R

Revenge of the Nerds : expression utilisée par l’avocate américaine Parry Aftab (spécialiste du droit numérique) pour qualifier les actions de cyberviolence ou de cyberharcèlement qui émanent de personnes qui sont IRL victimes de violence ou de harcèlement et qui se servent de leurs compétences informatiques pour se venger de leur agresseur. Initialement « Revenge of the Nerds » est le titre d’un film américain sorti en 1984 (« Les Tronches » en français) racontant l’histoire de deux étudiants américains qui rejetés par les différentes fraternités de leur campus décident de créer leur propre loge.

Référent harcèlement: nommé par le Recteur d’académie, un référent harcèlement accompagne les établissements scolaires dans le traitement des situations de harcèlement entre pairs et en assure le suivi. Il convient de distinguer le « référent départemental » qui est chargé d’informer les chefs d’établissement de son département des situations signalées notamment via la ligne d’écoute 3020 et le « référent académique » qui joue plus un rôle de supervision et de coordination au sein de l’académie. Un référent harcèlement peut également être amené à dispenser des formations sur le terrain, à l’instar de la formation à destination des Ambassadeurs lycéens*, et se fait le relais des campagnes ministérielles contre le harcèlement scolaire.

Revenge porn ou porno-vengeance : action de se venger d’un(e) ex petit(e) ami(e) – le plus souvent après une rupture qui est mal vécue – en publiant en ligne des photos ou vidéos intimes voire à caractère explicitement sexuel. Le revenge porn, qui cible avant tout les femmes, peut également consister à ouvrir un site ou un profil en ses nom et prénom (cf. usurpation d’identité) et à la présenter comme une escorte ou une prostituée.

Roasting : fait de se moquer de quelqu’un, de le tourner en ridicule (roast [sb]). Le terme est aujourd’hui utilisé pour désigner une nouvelle pratique développée au sein des médias sociaux et consistant à demander à être ridiculisé publiquement. Concrètement, cela consiste à poster une photo de soi-même hashtaggée #roastme et donc à inviter ses contacts à la commenter « négativement », à réaliser à partir d’elle un montage ou un mème. Bien que le but initial soit de faire rire ou d’être moqué gentiment, il n’est pas rare que les commentaires s’enveniment et deviennent insultants voire humiliants.