M

Marave Challenge : défi apparu au sein des réseaux sociaux en décembre 2017 et consistant à agresser une ou plusieurs personnes dans le but de gagner de l’argent (10 euros pour l’agression d’un garçon et 30 euros pour l’agression d’une fille). Ce challenge rentre dans la catégorie des jeux dangereux* qui se développent dans les cours de récréation ou aux abords des établissements scolaires.

Mean girls : terme signifiant « méchantes filles » utilisé dans les pays anglo-saxons pour qualifier un groupe de jeunes filles relativement populaires au sein de leur établissement scolaire qui s’en prennent à une tierce personne (le plus souvent une autre fille), l’insultent, la dénigrent, portent atteinte à sa réputation.

Méthode Pikas : méthode de traitement du harcèlement scolaire développée dans les années 1970 par le psychologue suédois Anatol Pikas, connue également sous le nom de « Méthode de la préoccupation partagée » et implantée en France par Jean-Pierre Bellon et Bertrand Gardette. Lorsqu’un cas de harcèlement est avéré, la méthode préconise d’intervenir en premier lieu auprès des harceleurs, en les invitant à se confier sur la situation de l’élève harcelé, à révéler ce qu’ils en savent, sans leur dire ouvertement que l’on sait qu’ils en sont les principaux responsables. Cela doit aboutir à une « préoccupation partagée » pour la victime, à une reconnaissance de sa souffrance et à la formulation de solutions qui permettraient d’améliorer sa situation et de faire cesser les brimades. Afin de casser la dynamique de groupe (principal moteur du harcèlement selon Pikas) et de leur permettre de s’exprimer librement, les élèves sont d’abord reçus individuellement. Une réunion collective à laquelle participe également l’élève harcelé est ensuite organisée. L’approche se veut « non punitive » : il ne s’agit ni de sanctionner les intimidateurs, ni de les faire culpabiliser, mais de leur faire prendre conscience de leurs actes et de leurs conséquences.