E

Empathie : du grec ν (dans, à l’intérieur) et πάθoς (souffrance, ce qui est éprouvé), l’empathie désigne la faculté de comprendre les émotions d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent et, comme on le dit communément, de « se mettre à sa place ». Les enfants qui manquent d’empathie risquent plus que d’autres de se rendre auteurs d’actes de malveillance et d’intimidation. Dans le cas de la cyberviolence, une diminution de l’empathie de l’agresseur peut être provoquée par le fait que, caché derrière son écran, il n’ait pas accès au visage de sa victime et ne soit pas en mesure de percevoir ce qu’elle ressent à la lecture des insultes ou des menaces. La lutte contre le harcèlement scolaire passe donc, entre autres, par le développement des compétences émotionnelles et de l’empathie des élèves. Pour ce faire, différents dispositifs ludiques peuvent être mobilisés avec les plus jeunes. Enfin, il convient de distinguer l’ « empathie » de la « sympathie » (sentiment d’attraction, penchant naturel et chaleureux envers quelqu’un) et de la « compassion » (sentiment de pitié, désir de mettre fin à la souffrance d’autrui).