A

Alexithymie : du grec α (préfixe privatif), λέξις (mot, parole) et θυμός (sentiment, émotion), l’alexithymie désigne l’incapacité à identifier ses sentiments et émotions et à les exprimer. Plus particulièrement, il s’agit d’une incapacité à relier une expérience physiologique (tachycardie, bouffées de chaleur, tremblements) à l’émotion à laquelle elle renvoie (peur, joie, tristesse) et donc à la verbaliser. Les enfants alexithymiques risqueraient plus que d’autres d’être victime de harcèlement scolaire.

Ambassadeur lycéen contre le harcèlement : élève qui se porte volontaire pour mener au sein de son propre lycée, ou au sein d’autres établissements (écoles et collèges inclus) de son académie, des actions d’information et de sensibilisation relatives au harcèlement scolaire et au cyberharcèlement. Il reçoit pour cela une formation d’une journée, dispensée par une personne qualifiée (p. ex. un référent harcèlement*), qui comprend une approche théorique du harcèlement entre pairs ainsi qu’une présentation des outils et moyens mis à sa disposition. Le dispositif, mis en place en 2015, peut être activé avec l’accord du chef d’établissement si au moins trois lycéens se portent volontaires. Au Royaume-Uni, un dispositif similaire est développé depuis 2011 par la fondation « The Diana Award » et financé par le « Department for Education ». A ce jour, plus de 24 000 « Anti-Bullying Ambassadors » ont été formés pour agir au sein de leur école.