#J’aime les autres. Les bonnes relations à l’école / Catherine Verdier

VERDIER Catherine (2017). # J’aime les autres. Les bonnes relations à l’école. Monaco : Éditions du Rocher, 149 p.

Dans cet ouvrage, Catherine Verdier propose une méthode pour aider les enfants à développer leurs compétences relationnelles, pour faire émerger ce qu’ils ont de meilleur en eux et pour lutter ainsi contre le harcèlement scolaire. Après avoir rappelé les caractéristiques et les conséquences de cette forme particulière de violence entre pairs (chapitre 1), elle présente la « méthode des trois E » (chapitres 2, 3 et 4) qu’elle élabore dans le cadre de ses activités de psychologue et de thérapeute au sein de Psyfamille et de Marion La Main Tendue (chapitre 5).

 « E » comme « Émotion ». Parce que les compétences émotionnelles sont nécessaires à l’adaptation de l’individu à son environnement et au développement de sa sensibilité à l’égard des autres. Il est donc primordial d’aider l’enfant à reconnaître et à exprimer ses propres émotions et celles des autres, et ce, dès son plus jeune âge et de différentes manières : en utilisant une « roue des émotions », en l’interrogeant sur ce que peuvent ressentir les autres à partir d’une situation de la vie quotidienne ou sur ce que ressent le personnage d’une histoire qu’on est en train de lui conter.

« E » comme « Estime de soi ». Parce qu’une bonne « estime de soi », c’est-à-dire une évaluation positive de soi-même, de son mérite et de sa valeur, va directement influer sur la « confiance en soi » (sentiment que l’on est capable d’agir) et sur l’ « affirmation et soi » (capacité à exprimer ses besoins et désirs aux autres tout en respectant les leurs) et vice versa. Il est donc important d’aider l’enfant à renforcer son estime de soi, en lui offrant à la maison un environnement stable et sécurisant, mais surtout en le valorisant, en l’encourageant à essayer de nouvelles choses, en le félicitant quand il réussit quelque chose, en tenant compte de ses idées et de ses opinions, etc.

« E » comme « Empathie ». Parce que l’empathie est un « élément indispensable pour vivre en bonne harmonie dans une société » (p. 96) et que « les enfants ne viennent pas au monde avec un mode d’emploi relationnel » (p. 104). Éduquer un enfant à l’empathie, c’est lui faire prendre conscience que ses actes et ses paroles ont des conséquences sur les autres. Dès lors, un recours au langage des émotions est nécessaire, car pour être capable d’identifier les conséquences que son comportement a sur les autres, l’enfant doit être capable de reconnaître leurs émotions. Le travail en groupe, le sport collectif ou encore le « jeu des trois figures » créé par Serge Tisseron sont de bons moyens pour développer l’empathie des plus jeunes.

# J’aime les autres s’adresse aussi bien aux parents qu’aux enseignants et prend aussi bien en compte la problématique de l’enfant harcelé que de l’enfant harceleur. Il délivre quelques conseils quant aux attitudes qu’il convient d’adopter face aux enfants, que cela soit en classe ou à la maison, et donne quelques pistes d’actions ludiques et pédagogiques qui peuvent être développées pour travailler sur les « trois fonctions nécessaires pour éviter à un enfant d’être la cible d’un harcèlement ou de devenir harceleur » (p. 30).

Un livre écrit sans prétention, qui ne cherche pas à théoriser, mais à expliquer les choses simplement en appui sur une expérience professionnelle. Un livre qui constitue une bonne entrée en matière pour qui veut comprendre le rôle des trois « E » dans les phénomènes de harcèlement scolaire.

 

« Mon combat de ronde » : entretien avec Valentine Miraglia

Dans son livre Harcèlement en milieu scolaire, la psychologue Hélène Morano nous explique que pour faire face à la violence dont ils sont victimes, certains enfants et adolescents mettent en place des stratégies d’adaptation négatives consistant à adopter un comportement d’évitement (éviter les temps de récréation, les sorties scolaires, manquer des cours) ou à s’engager dans des conduites auto-agressives (automutilation, fugue, consommation de produits illicites), voire dans des conduites suicidaires. D’autres, au contraire, réussissent à puiser dans leurs ressources antérieures et dans leurs capacités d’auto-efficacité et parviennent plus facilement à surmonter leur souffrance et à mettre en place des stratégies d’adaptation positives : recherche d’information sur le harcèlement scolaire, identification des acteurs susceptibles de leur venir en aide, investissement dans les activités sportives ou culturelles, engagement dans des associations spécialisées ou création de leur propre association. L’écriture et le militantisme sont aussi une voie possible, voie qui a été choisie par Mathilde Monnetauteure de 14 ans, harcelée, par Noémya Grohan, auteure de De la rage dans mon cartable et présidente de Généraction solidaireNicolas Bouvier, auteur d’une trilogie sur le sujet, et plus récemment par Valentine Miraglia que j’ai eu le plaisir d’interroger. 

Bonjour Valentine, pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, je m’appelle Valentine Miraglia, j’ai 20 ans, j’habite à Avion, dans le Pas-de-Calais. Je suis actuellement à la recherche d’un emploi.

Il y a quelques mois, vous avez publié « Mon combat de ronde » aux éditions Netbook. Comment est né ce livre ?

Ce livre est né du journal intime que j’ai tenu pendant plusieurs années.

On comprend en vous lisant que vous avez souvent été victime de moqueries et d’insultes de la part de vos camarades, en raison principalement de votre poids… Quand tout cela a-t-il commencé ? 

Cela a commencé en fin de primaire, mais, vu mon jeune âge, je n’en ai pas tenu compte… Je dirais que cela a vraiment commencé dès ma première année au collège, mais que les choses se sont améliorées dès le lycée.

Avez-vous également été victime de cyberharcèlement  ?

Non, je n’ai pas été victime de harcèlement sur les réseaux sociaux.

Vous dîtes dans votre livre : « J’écris ce livre avec les larmes aux yeux, en espérant que le message, que je veux vous faire passer, passera ». Est-ce que ce livre est la première étape d’un engagement dans la lutte contre le harcèlement scolaire ? Pensez-vous par exemple rejoindre le monde associatif et intervenir dans les établissements scolaires ?

J’ai voulu en écrivant ce livre faire ressentir mon mal-être en tant que victime, car je ne suis malheureusement pas un cas isolé. J’aimerais, par ces aides médiatiques, aider les personnes à en parler, chose que moi je n’ai pas faite. On m’a proposé de rejoindre une association…  Je vais les contacter d’ici quelques jours. Concernant les interventions en milieu scolaire, cela est en train de se mettre en place.

Justement, j’ai lu sur le site de La Voix du Nord que vous aviez présenté votre livre à un public d’adolescents il y a quelques jours. Comment s’est passée cette rencontre ?

Tout d’abord, c’était pour moi la première fois que je présentais le livre devant des personnes. J’avais le stress au début, puis finalement j’ai sauté le pas et j’y suis arrivée. J’ai surpassé ma timidité pour parler d’un sujet qui me touche énormément. C’est Zineb Bouziane, l’adjointe au maire d’Avion, qui a tout organisé. C’était donc des jeunes de 11 à 19 ans ou même plus, des jeunes du CAJ (Centre d’Animation Jeunesse) et des jeunes de la Maison de l’Enfance. J’ai eu un très bon contact avec eux. Ils m’ont posé beaucoup de questions, et c’est avec plaisir que je leur ai répondu.

Je vous remercie d’avoir répondu à mes questions et je vous souhaite beaucoup de réussite dans vos nouveaux projets.