Quand Ardisson rencontre Squeezie, ou Des mythes qui ont la vie longue

2005 : C’est quoi un blogueur ? Un adolescent boutonneux qui passe son temps à raconter sa vie et à dire du mal de ses camarades ou bien une boutonneuse qui raconte à ses copines comment il faut se maquiller pour cacher son acné, le tout sur un « skymachinchose » truffé de fautes d’orthographe. Parce qu’ils ne savent pas écrire, les jeunes.

2017 : C’est quoi un youtubeur ? Un adolescent boutonneux qui passe son temps à se filmer en train de manger de la pizza et de jouer à des jeux vidéo stupides, ou bien une boutonneuse qui passe son temps à se filmer pour montrer à ses copines comment il faut se maquiller pour cacher son acné. Mais au moins ils ne font pas de fautes d’orthographe, vu qu’ils n’écrivent pas.

Il est des mythes qui ont la vie longue, comme nous l’a montré Thierry Ardisson le samedi 11 novembre alors qu’il recevait le youtubeur gaming Squeezie. Âgé de 21 ans et suivi par plus de 9 millions de personnes, ce dernier était convié pour parler de Tourne la page, le livre qu’il a co-écrit avec Maxence Laperousse (Maxenss) et qui vient de sortir aux éditions Michel Lafont. Une interview loin d’être passée inaperçue.

Dès la première minute, le ton est donné : « Ce qui est incroyable c’est que c’est le roi de YouTube, mais qu’il est ici ce soir pour faire la promo d’un livre. Finalement, vous êtes resté old school. Mais vos fans, vous pensez qu’ils vont acheter un livre de vous ? S’ils achètent un livre, vos fans… Pour eux, c’est un tapis de souris […] Et vous l’avez appelé Tourne la page. Vous aviez peur que vos fans soient incapables de savoir comment ça fonctionne ? ». Ardisson tente donc de tourner le jeune homme en ridicule en méprisant son public (en l’occurrence les gamers) et en insinuant qu’il serait suivi par 9 millions d’idiots. Mais ce dernier ne se laisse pas démonter et réagit non sans humour.

On comprend ensuite que l’animateur ne s’est pas vraiment intéressé au travail de son invité (eh oui, faire des vidéos sur YouTube ça demande un peu de travail) et n’a pas vraiment compris ce qu’était un youtubeur – évoluant dans le gaming ou dans tout autre domaine – car pour lui l’activité se résume à « se filmer en train de ». S’il s’était un peu plus penché sur la question, il serait peut-être tombé sur une vidéo datée du 30 septembre 2017 dans laquelle le youtubeur recevait un invité de choix pour une séquence jeu « de mots » : le célèbre linguiste et lexicographe Alain Rey, rédacteur en chef des publications des éditions Gros Tapis de Souris Le Robert. Ce qui n’a d’ailleurs pas dû plaire aux 9 millions d’idiots. 

Aussi, aurait-il été intéressant de l’interroger sur cette loufoque rencontre, de revenir sur son parcours (il a posté ses premiers tubes à 15 ans), sur l’investissement que demande l’animation d’une chaîne suivie par tant de personnes, sur la nature et le fonctionnement de la communauté qu’il a fait émerger et a su fédérer, sur les compétences qu’il a développées au cours de ces dernières années, ou encore sur sa professionnalisation progressive. Mais Ardisson avait des questions bien plus pertinentes à lui poser : « Est-ce que couper des pizzas, c’est devenu un métier ? », « Vous avez jamais pensé à vous filmer en train de lire un livre, dormir, baiser ou autre ? ». Entre Touche à mon poste – dont j’avais déjà eu l’occasion de vous parler – et Salut les terriens, qu’est-ce qu’on se marre sur C8 ! 

Une interview qui a donc fait le buzz la semaine dernière, massivement commentée sur Twitter, reprise sur différents sites de presse en ligne, jugée condescendante, polémique ou encore vieuxconniste… Une interview qui offrait pourtant une belle occasion de valoriser les pratiques numériques des jeunes, trop souvent associées par les médias aux dérives, aux dangers, au cyberharcèlement, à la cyberviolence… Mais Ardisson a préféré nous servir une bonne louche de stéréotypes « âgistes » et de mythes technicistes

Et quand une semaine plus tard, on l’interroge sur ce qui s’est passé, il explique que c’était pour rire, que « personne n’a compris le second degré » et qu’il ne s’excusera pas, avant de tendre intelligemment le majeur… Qu’est-ce qu’on se marre sur C8 !


C8/LES TERRIENS DU DIMANCHE
« Les terriens du dimanche »: Thierry Ardisson répond à la polémique Squeezie avec un doigt d’honneur

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.