France 2 et la troisième journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire

Ce jeudi 9 novembre 2017 a eu lieu la troisième journée nationale de lutte contre le harcèlement scolaire qui se focalisait cette année sur les « témoins ». À cette occasion, la chaîne de télévision France 2 a mobilisé certains de ses programmes autour du phénomène. Télématin y a consacré une chronique et a reçu le ministre de l’Éducation nationale Jean-Michel Blanquer. Ce dernier a souligné que la campagne « Non au harcèlement » est un « enjeu de communication avec toute la société française » et qu’il faut se mobiliser « dans la vie sociale en général et à l’école en particulier, parce que [le harcèlement] est quelque chose qu’il ne faut pas sous-estimer, [qui] touche beaucoup d’enfants [et qui] pollue la vie de ceux qui sont concernés ». L’émission Ça commence aujourd’hui a entièrement été dédiée au problème et a laissé la parole à Catherine Verdier, que je ne présente plus, à Laura (22 ans), à la maman de Florenzo (8 ans), à Kiara (13 ans) et à ses parents. Ancienne victime, Kiara se bat désormais contre la violence scolaire à travers l’association Marcel Ment qu’elle a créée avec ses proches et ceux du jeune Christopher. L’initiative qui a cependant le plus retenu mon attention est la page web que France 2 (et plus précisément France TV) a ouverte aux internautes afin qu’ils puissent s’exprimer sur le sujet. Des centaines de messages ont été postés tout au long de la journée par de jeunes victimes ou par des adultes qui, des années plus tard, se souviennent de leur douloureux passage à l’école, ou encore par des parents ayant à cœur de rendre compte de ce que vit ou a vécu leur enfant. 

Ces posts forment une poignante mosaïque de témoignages illustrant différents aspects du harcèlement scolaire : les brimades (« Insinuations, rumeurs, moqueries, humiliations, tout est passé ! », « J’ai été la poubelle de classe, c’est-à-dire qu’en cours je recevais des stylos, des boules de gomme, des morceaux de papier ») ; le sentiment de peur et de solitude (« J’ai peur de ce qui va m’arriver », « J’ai peur d’aller au lycée », « Je me levais la boule au ventre, je me sentais seule, abandonnée ») ; les conséquences psychosomatiques (« Je suis tombée dans l’anorexie », « J’ai fait une sévère dépression et développé de la phobie sociale », « Je maigrissais à vue d’œil », « Je devenais muette ») ; le silence que l’on garde pour ne pas blesser ses proches (« Je ne disais rien à mes parents, je voulais les protéger »), et la culpabilité des parents qui surgit une fois que le silence se brise (« Je suis une maman qui se reproche et qui se reprochera toute sa vie le harcèlement de son fils qu’elle n’a pas su voir ») ; les traces que peut laisser à long terme cette violence (« J’ai également été victime de harcèlement scolaire. J’ai 43 ans, je n’ai jamais oublié. Ça conditionne et détruit »); l’indifférence de certains enseignants et camarades de classe (« J’ai crié à l’aide, j’ai pleuré, j’ai supplié, personne n’a bougé, ni les profs, ni les surveillants, ni les élèves »); les réactions à chaud de certains parents (« C’est donc moi qui ai pris les choses en main ! Je suis allée à la sortie de l’école et j’ai pris la [harceleuse] par le col, lui ai tiré les cheveux, et l’ai menacée. Elle a porté plainte et nous sommes allées en conciliation. Je n’ai jamais été inquiétée par la suite et je ne regrette pas mon intervention car les brimades ont stoppé »). Outre l’expression d’une souffrance en cours ou passée, de nombreux posts dévoilent les idées noires des victimes. Un champ lexical de la mort se dessine à mesure que l’on avance dans la lecture: « J’allais à l’école comme on va à l’abattoir », « Je mentirais si je disais que je n’ai jamais pensé à la mort », « Je me suis mise à m’automutiler et je voulais mourir », « Je me suis taillé les veines », « J’ai pensé au suicide ». Mais le message qui m’a le plus interpellée est le suivant :

Après avoir lu ce message, je me suis demandé de quelle manière France TV avait décidé de gérer cette rubrique « Prenez la parole » : Une réponse est-elle apportée aux messages les plus alarmants ? L’identité des internautes est-elle vérifiée ? Doit-on indiquer une adresse mail ou un numéro de téléphone de façon à être contacté lorsqu’on rédige quelque chose qui s’apparente à un appel au secours ?

Pour envoyer un message, il suffit d’ouvrir un formulaire et de saisir le texte. Facultativement, on peut renseigner les cases « Votre Prénom/Pseudonyme » (si la case reste vide le message apparaît comme rédigé par « Anonyme »), « Votre âge », « Votre ville ». Une fois le message envoyé, il est soumis à modération, mais aucune autre information n’est demandée. Sauf erreur de ma part, il ne semble donc pas possible de rentrer en contact avec les auteurs des messages… Et je tique un peu sur ce point… Certes la possibilité d’anonymat peut générer de « faux témoignages », mais quand on sait les ravages que provoque le harcèlement scolaire la « précaution maximale » s’impose d’elle-même.

Bien que je trouve l’initiative intéressante, je pense qu’il est toujours délicat d’inviter des personnes à s’exprimer sur les violences qu’elles ont subies sans leur offrir un minimum de feed-back…


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *