#J’aime les autres. Les bonnes relations à l’école / Catherine Verdier

VERDIER Catherine (2017). # J’aime les autres. Les bonnes relations à l’école. Monaco : Éditions du Rocher, 149 p.

Dans cet ouvrage, Catherine Verdier propose une méthode pour aider les enfants à développer leurs compétences relationnelles, pour faire émerger ce qu’ils ont de meilleur en eux et pour lutter ainsi contre le harcèlement scolaire. Après avoir rappelé les caractéristiques et les conséquences de cette forme particulière de violence entre pairs (chapitre 1), elle présente la « méthode des trois E » (chapitres 2, 3 et 4) qu’elle élabore dans le cadre de ses activités de psychologue et de thérapeute au sein de Psyfamille et de Marion La Main Tendue (chapitre 5).

 « E » comme « Émotion ». Parce que les compétences émotionnelles sont nécessaires à l’adaptation de l’individu à son environnement et au développement de sa sensibilité à l’égard des autres. Il est donc primordial d’aider l’enfant à reconnaître et à exprimer ses propres émotions et celles des autres, et ce, dès son plus jeune âge et de différentes manières : en utilisant une « roue des émotions », en l’interrogeant sur ce que peuvent ressentir les autres à partir d’une situation de la vie quotidienne ou sur ce que ressent le personnage d’une histoire qu’on est en train de lui conter.

« E » comme « Estime de soi ». Parce qu’une bonne « estime de soi », c’est-à-dire une évaluation positive de soi-même, de son mérite et de sa valeur, va directement influer sur la « confiance en soi » (sentiment que l’on est capable d’agir) et sur l’ « affirmation et soi » (capacité à exprimer ses besoins et désirs aux autres tout en respectant les leurs) et vice versa. Il est donc important d’aider l’enfant à renforcer son estime de soi, en lui offrant à la maison un environnement stable et sécurisant, mais surtout en le valorisant, en l’encourageant à essayer de nouvelles choses, en le félicitant quand il réussit quelque chose, en tenant compte de ses idées et de ses opinions, etc.

« E » comme « Empathie ». Parce que l’empathie est un « élément indispensable pour vivre en bonne harmonie dans une société » (p. 96) et que « les enfants ne viennent pas au monde avec un mode d’emploi relationnel » (p. 104). Éduquer un enfant à l’empathie, c’est lui faire prendre conscience que ses actes et ses paroles ont des conséquences sur les autres. Dès lors, un recours au langage des émotions est nécessaire, car pour être capable d’identifier les conséquences que son comportement a sur les autres, l’enfant doit être capable de reconnaître leurs émotions. Le travail en groupe, le sport collectif ou encore le « jeu des trois figures » créé par Serge Tisseron sont de bons moyens pour développer l’empathie des plus jeunes.

# J’aime les autres s’adresse aussi bien aux parents qu’aux enseignants et prend aussi bien en compte la problématique de l’enfant harcelé que de l’enfant harceleur. Il délivre quelques conseils quant aux attitudes qu’il convient d’adopter face aux enfants, que cela soit en classe ou à la maison, et donne quelques pistes d’actions ludiques et pédagogiques qui peuvent être développées pour travailler sur les « trois fonctions nécessaires pour éviter à un enfant d’être la cible d’un harcèlement ou de devenir harceleur » (p. 30).

Un livre écrit sans prétention, qui ne cherche pas à théoriser, mais à expliquer les choses simplement en appui sur une expérience professionnelle. Un livre qui constitue une bonne entrée en matière pour qui veut comprendre le rôle des trois « E » dans les phénomènes de harcèlement scolaire.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.