Intervention au colloque « Les frontières de l’image », Perpignan, 6-7 septembre 2017

Voici le diaporama de mon intervention de ce jour au colloque « Les frontières de l’image »  (Programme frontières de l’image) organisé par l’Université de Perpignan Via Domitia (UPVD) : Le cyberharcèlement par l’image. Le texte de l’intervention sera publié plus tard dans les actes du colloque, mais en voici un résumé :

Chaque année, environ 10 % des élèves sont victimes de harcèlement scolaire, c’est-à-dire de brimades et de violences, physiques et psychologiques, qui sont exercées de manière répétée à leur encontre et dont les conséquences sont parfois terribles : repli sur soi, perte de confiance en soi, troubles du sommeil, anxiété, état dépressif, conduites auto-agressives et, chez les plus fragiles, conduites suicidaires. S’il y a quelques années encore les victimes trouvaient un peu de répit une fois qu’elles sortaient de l’école, il est aujourd’hui monnaie courante que leurs assaillants les poursuivent en dehors des temps scolaires, et ce, par le biais des smartphones et des médias sociaux. Le harcèlement devient alors cyberharcèlement. Ce dernier prend différentes formes : insultes en ligne, happy slapping ou encore publication de photographies compromettantes (photos truquées, selfies intimes). Il n’est pas rare que des élèves – des filles, mais aussi des garçons – soient confronté-e-s à des cyberviolences à caractère sexuel par textos, photos, vidéos, ou bien qu’ils réalisent des selfies intimes qui peuvent parfois être publiés sans leur accord suite à une rupture amicale ou sentimentale (revenge porn). Après avoir présenté différents cas de cyberviolence qui ont fait l’actualité ces dernières années en France, mais aussi à l’étranger (diapos 3 à 7), nous interrogeons le rapport que les adolescents entretiennent aux médias sociaux ainsi qu’à leur(s) image(s) (diapos 8 à 13), puis nous réfléchissons aux « éducations à… » qui peuvent être mobilisées pour lutter contre le (cyber)harcèlement : éducation aux médias et à l’information, éducation à l’image, à l’empathie, au respect des autres et de soi, etc. (diapos 14 à 15). L’objectif de cette intervention est aussi de montrer que si la cyberviolence entre adolescents est bien une réalité, elle est loin de constituer le principal projet communicationnel qu’ils développent au sein du Web. Ce dernier reste avant tout et principalement pour eux un terrain de jeu, un lieu de socialisation, de construction identitaire, de partage d’information, de valorisation d’une passion, d’apprentissage…

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *