« Revenge porn », comptes « fisha » : les ados face aux nouvelles cyberviolences

« Revenge porn », comptes « fisha » : les ados face aux nouvelles cyberviolences

Bérengère Stassin, Université de Lorraine

En mars 2020 est née l’association Stop Fisha, afin de venir en aide aux victimes de pornodivulgation. Une pratique qui consiste à « divulguer, afin de nuire à un tiers et sans son consentement, un enregistrement ou tout autre document à caractère sexuel le concernant, que celui-ci ait été ou non réalisé avec son accord ».

Si le fait de réaliser des images de manière consentie peut relever d’un jeu de séduction auquel on se livre dans le cadre d’une relation de confiance, les diffuser sans le consentement de la personne représentée constitue une cyberviolence. Bien qu’elle ne soit pas juridiquement considérée comme telle, la pornodivulgation est une violence sexiste et sexuelle qui peut toucher des hommes, mais cible principalement des jeunes filles et des femmes.

Dans le cadre d’une étude exploratoire menée dans quatre lycées du Grand Est entre 2018 et 2020, 18 élèves (7 garçons et 11 filles) ont été interrogés sur leur expérience du harcèlement scolaire et de la cyberviolence. Les résultats montrent que la pornodivulgation y occupe une place importante.

Différentes formes

Le « revenge porn » (en français : pornovengeance) est l’une des premières formes de pornodivulgation à émerger au début des années 2000, avec le site américain MyEx.com dédié à la publication de photos ou vidéos intimes de femmes par leur ex-partenaire venant publiquement détruire leur réputation (leurs noms et cordonnées étaient explicitement mentionnés) à des fins de vengeance, à la suite d’une rupture sentimentale ou une infidélité mal vécue.

D’autres formes ont ensuite été identifiées :

  • l’envoi de contenus à caractère sexuel qui choquent la personne qui les reçoit ;
  • le chantage à la webcam consistant à extorquer des faveurs sexuelles (« sextorsion ») ou de l’argent en menaçant une personne de diffuser ses contenus intimes (réalisés de manière consentie ou piratés) ;
  • la création de comptes « fisha » (en verlan : afficher) dédiés à la publication de photos intimes représentant des filles, avec mention de leur identité ;
  • la publication de photos volées, prises sous la jupe de femmes (« upskirting »).

En 2017, une enquête européenne chiffrait à 6 % la proportion d’adolescentes et adolescents ayant été victimes de pornodivulgation, et à 51 % le nombre de témoins. Parmi les 18 élèves que nous avons rencontrés, 2 filles en ont été victimes, 14 (dont les 2 filles) ont déclaré en avoir été témoins et 4 n’ont jamais expérimenté aucune forme de cyberviolence. Cette forme d’agression leur vient spontanément à l’esprit quand on les interroge sur leur expérience de la cyberviolence :

« Le revenge porn, c’est une réalité, il y a eu un cas dans ma classe. Il y a un garçon qui a publié des photos de son ex. Et ça a fait le tour de la classe, mais ça a aussi fait le tour de la ville. » (Baptiste)

Quand une jeune fille est victime de pornodivulgation, il n’est pas rare qu’elle subisse une campagne de déconsidération orchestrée par ses camarades l’accusant d’être responsable de ce qui lui arrive (« il ne fallait pas poser nue »), voire par ses amies qui se désolidarisent pour ne pas entacher leur réputation (« il ne faut pas être l’amie d’une fille facile »). https://www.youtube.com/embed/Ih0ahWAtwOo?wmode=transparent&start=0 France : « Stop Fisha », un collectif en lutte contre la pornodivulgation (France 24, 2021).

Des élèves ont aussi reporté des faits d’« upskirting » et mentionné des « dossiers » prêts à être partagés :

« L’année dernière, il y a un élève qui a pris une photo de notre prof par en dessous, parce qu’elle avait une jupe. Et elle a pas mal circulé avant d’être supprimée. » (Louane)

« Il y a un garçon qui a dans son portable un dossier avec plein de photos de filles du lycée un peu dénudées et, pendant une soirée, il a montré une vidéo d’une fille… » (Jérôme)

Une pratique à risque

Si le selfie intime peut être considéré comme un élément de langage amoureux visant à manifester son désir pour un garçon ou pour une fille, il est clairement identifié comme une pratique à risque :

« Il ne faut pas le faire, ça peut avoir des conséquences. C’est prendre un risque. » (Julia)

Pour Léo, les garçons qui font ça « veulent se faire passer pour des malins, pour des bonshommes ». Emma a une autre explication :

« Ils se croient supérieurs et dès qu’une fille leur refuse, ça y est, c’est la fin du monde. Limite, on n’a pas le droit de leur refuser quelque chose. »

Pour Clara, seuls les garçons s’adonneraient à la diffusion non consentie d’images intimes :

« Nous, les filles, on ne fait pas ça. Il y a des garçons qui envoient des photos aux filles, mais ce n’est pas pour ça qu’elles les publient. »

Louane n’a pas la même vision des choses et souligne l’importance de ne pas faire de généralité :

« Parce qu’il y a beaucoup de garçons qui ne le feront pas et que ça existe aussi l’inverse, des filles qui publient des photos de garçons, mais on en parle moins, parce que c’est moins sensationnel. »

Cette pornodivulgation reconfigure d’une certaine manière les relations entre les filles et les garçons. Elle façonne les représentations que certaines filles peuvent avoir des garçons (« traîtres », « frustrés ») et que certains garçons peuvent avoir des filles : « il ne faut pas sortir avec une fille qui a été victime de pornodivulgation, car elle a mauvaise réputation » ; « à cause de la pornodivulgation, les filles ne font plus confiance aux garçons ». https://www.youtube.com/embed/vWcueLZj81Q?wmode=transparent&start=0 Harcèlement : Les victimes de « revenge porn » ne sont toujours pas prises au sérieux (France TV, 2021).

Léo a cherché à venir en aide à une fille de sa classe dont les photos ont été publiées, mais s’est rapidement senti impuissant :

« Elle a essayé de se suicider. […] Je me voyais pas la laisser toute seule avec ça, je ne le supportais pas […] Franchement, il y a pas beaucoup de possibilités à part supprimer les images, mais ça reste ancré. À part la soutenir, parler à sa famille pour qu’ils la comprennent. Franchement, je sais pas quoi faire. »

Ces violences ont de terribles conséquences pour les victimes mais ont également un impact sur les témoins qui sont souvent impuissants face à la viralité avec laquelle les contenus se propagent et qui, affectés par la situation, deviennent des victimes collatérales :

« Quand on voit des personnes qu’on connaît ou même qu’on connaît pas, et que du jour au lendemain ça va pas, ça fait mal. » (Arisa)

Prises de conscience

Cette étude réaffirme le poids des stéréotypes de genre dans la cyberviolence entre pairs et met aussi en exergue le fait que des stéréotypes âgistes et certains discours sociaux entourant les sociabilités et pratiques numériques adolescentes imprègnent les esprits :

« Quand on raconte à nos parents ce qui se passe, ils nous disent que pour eux c’était pas comme ça, qu’ils étaient pas méchants comme ça, que c’était pas la même mentalité. » (Paula)

« Le problème, c’est que les jeunes de maintenant, ils n’ont pas peur facilement. Faut vraiment les impressionner pour qu’il y ait un impact. Alors toutes les personnes qui viennent au lycée pour parler, ou pour parler des problèmes qu’elles ont eus, c’est pas forcément des choses qui vont aider. » (Baptiste)

Pour lutter contre ces violences, Emma, qui a reçu des photos choquantes au collège, et Audrey, qui a été victime d’homophobie, se sont engagées dans le dispositif « Ambassadeurs contre le harcèlement scolaire », une façon d’aider les autres tout en réparant le tort qu’on leur a fait :

« Je veux devenir ambassadrice pour montrer que les garçons ne sont pas supérieurs et que les filles ne sont pas inférieures. Je veux défendre les gens. » (Emma)

« Je veux aider les gens à ouvrir les yeux, à comprendre à quel point ça peut faire mal. Et moi, j’ai été harcelée au collège par rapport à mon orientation sexuelle. Donc je me bats contre l’homophobie, mais pas que, je me bats contre tout type de harcèlement. » (Audrey)

Le discours adolescent oscille entre fatalisme et révolte, résignation et envie de faire changer les choses. Certes, la lutte contre la pornodivulgation passe nécessairement par un renforcement des compétences psychosociales des élèves, par l’éducation à l’esprit critique et à la sexualité afin de leur apprendre à identifier les stéréotypes de genre, à dépasser les préjugés sexistes et à publier de l’information de manière sûre et responsable. Mais une autre clé peut résider dans les dispositifs qui les placent au cœur de la prévention.

Bien que des études pointent les limites auxquelles se trouve confronté l’« engagement lycéen », ce dernier est somme toute envisagé comme un moyen efficace de ne pas rester passif face à la violence subie en tant que victime ou témoin.

Enfin, les victimes ou leurs parents peuvent à tout moment se rapprocher d’associations comme E-enfance qui offrent un accompagnement, notamment lors d’un dépôt de plainte. La pornodivulgation est en effet un délit passible de deux ans d’emprisonnement et de 60 000 euros d’amende et le fait de participer à la diffusion des contenus, ne serait-ce que par un simple « like », constitue un acte de harcèlement de meute, passible de trois ans d’emprisonnement et 45 000 euros d’amende.

Bérengère Stassin, Maître de conférences en sciences de l’information et de la communication, membre du CREM, Université de Lorraine

Cet article est republié à partir de The Conversation sous licence Creative Commons. Lire l’article original.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.