Qu’est-ce qu’un IAN ? Entretien avec Mélissa Hemmer, IAN en Documentation

Bonjour Mélissa. Pouvez-vous me dire quel a été votre parcours professionnel et dans quel établissement scolaire vous enseignez ?

J’enseigne actuellement au lycée Colbert à Thionville depuis la rentrée 2014 à temps plein au CDI. Je travaille depuis 5 ans avec une autre collègue professeur-documentaliste, également à plein temps au lycée car j’ai bénéficié de l’ouverture d’un second poste en 2014.

J’ai obtenu le Capes de documentation ainsi que le Master « Information numérique, formations et métiers de la documentation » en 2012 à l’université de Lorraine. J’ai donc commencé à enseigner en tant que professeur-documentaliste dès la rentrée de septembre 2012 dans l’académie de Strasbourg pour mon année de stage. Je suis également restée une année de plus dans l’académie de Strasbourg (de 2013 à 2014) en tant que néo-titulaire dans un autre collège de Strasbourg. L’année suivante, j’ai finalement obtenu ma mutation pour revenir dans l’académie de Nancy-Metz et je suis donc arrivée en poste à temps plein au lycée Colbert de Thionville en septembre 2014.

En plus de mes missions de professeur-documentaliste, je fais partie depuis 2016 du jury du Capes interne de documentation et je suis également IAN en documentation depuis septembre 2016.

Pour finir, je prépare actuellement une certification (CAFFA) qui me permettra à terme d’être formatrice académique.

Qu’est-ce qu’un IAN ? Et plus particulièrement un IAN en Documentation ? Et comment devient-on IAN ?

Un IAN est un Interlocuteur Académique pour le Numérique, chargé de développer le numérique dans son académie. C’est la personne relais entre le ministère, l’inspection académique et ses pairs au niveau académique. Un IAN en documentation est amené à développer le numérique par plusieurs canaux : la gestion et l’actualisation du site académique dans sa discipline ; la gestion de la liste de diffusion académique (communication d’informations officielles…) ; la conception et l’animation de formations académiques liées au numérique.

On devient IAN en ayant été repéré à la suite d’actions que l’on a pu mettre en place dans ses pratiques pédagogiques. C’est l’inspecteur ainsi que la DANE (délégation académique au numérique éducatif) qui décident conjointement de nommer une personne en particulier pour la mission d’IAN.

Quelles sont les principales actions de prévention ou de formation de la DANE et plus particulièrement de la DANE de l’académie Nancy-Metz à laquelle vous appartenez ?

Je fais partie d’un groupe de formation intitulé « #aucalmesurleweb » qui a pour objectif de faire de la prévention autour des questions liées au numérique, en particulier l’image que l’on renvoie de soi sur internet et les moyens qui permettent de protéger ses données personnelles et de maîtriser son identité numérique. Ce groupe peut également intervenir dans les établissements en cas de cyberharcèlement, à la suite de demandes faites par les chefs d’établissement ou par des enseignants qui auraient repéré une situation problème.

En tant que IAN et que professeure documentaliste, comment pensez-vous que l’école peut lutter contre le cyberharcèlement ? Et vous ? Avez-vous déjà rencontré un cas de cyberviolence parmi vos élèves ?

En tant qu’IAN et professeur-documentaliste je pense que nous avons un rôle primordial à jouer dans la lutte contre le cyberharcèlement car nous sommes des personnes-ressources en lien direct avec les élèves et leurs problèmes quotidiens. Nous pouvons intervenir en termes de prévention pour lutter contre le cyberharcèlement en réalisant plusieurs actions pédagogiques et sensibiliser les élèves à cette question.

Dans le cadre de mon travail au lycée et de mes missions d’IAN, j’ai rencontré plusieurs cas de cyberviolence qui ont été résolus grâce à des débats autour du sujet, ce qui a permis de faire connaître le problème aux élèves et de libérer la parole. Des sanctions ont également été prises au sein de mon établissement scolaire (conseil de discipline, exclusion de l’établissement pour quelques jours…) quand les faits de cyberharcèlement étaient graves et menaçaient la sécurité d’un ou plusieurs élèves.

Je pense que la prévention peut déjà faire beaucoup, car cela peut permettre de mettre des mots sur des actes, ce qui a par le passé pu être libérateur pour plusieurs élèves que j’ai rencontrés. Il faut ensuite qu’un accompagnement soit fait tout au long de l’année scolaire dans les établissements avec des personnes référentes formées pour aider les élèves en difficulté.

Merci pour vos réponses !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.