Bibliothérapie, pouvoir réparateur de la fiction : entretien avec Armelle Cendo et Nora Nagi-Amelin, professeures documentalistes en collège

J’ai rencontré Armelle Cendo et Nora Nagi-Amelin, professeures documentalistes dans l’académie de Nice, lors de ma participation à #Ludodoc en août dernier et, en ce début d’année, j’ai le plaisir de les interviewer au sujet du projet de bibliothérapie « Lire délivre » qu’elles ont développé au sein de leur établissement. Je leur ai également demandé de formuler quelques recommandations de lecture en lien avec la problématique du harcèlement scolaire (à découvrir à la fin de l’entretien).

Bonjour à vous deux. Pouvez-vous vous présenter ? Me dire dans quel établissement et dans quelle académie vous travaillez ?

AC : Une vie professionnelle au service des livres depuis 22 ans. Après l’obtention d’un DUT métiers du Livre, j’ai passé 18 ans de vie professionnelle en tant que libraire dans des librairies indépendantes (pas dans des grandes surfaces du livre type FNAC), des lieux où le libraire est responsable de son assortiment, des lieux où le libraire est force de proposition, véritable partenaire des maisons d’édition, véritable passeur de livres dits “difficiles” (comprenez, hors best-sellers). Vous l’aurez compris, travailler ainsi suppose une très bonne connaissance de la littérature (jeunesse et adulte), une vraie passion, une vraie conviction pour le livre. Je suis devenue professeur documentaliste il y a 4 ans avec l’envie de me rapprocher du jeune public et de la pédagogie. Je suis actuellement en poste au collège Roger Carlès à Contes, situé dans la vallée du Paillon à 20 km de Nice. Cet établissement compte plus de 700 élèves de milieux sociaux très divers. Une particularité assez commune aux élèves : bien qu’assez proches de Nice géographiquement, ils ne vont pas volontiers “en ville” et sont assez éloignés des lieux culturels niçois.

NNA : Après un parcours atypique, responsable de magasin, documentaliste dans la publicité, dans la presse ou encore dans une association juridique,  je suis maintenant professeur documentaliste au collège Roland Garros de Nice. Cet établissement compte près de 700 élèves de milieux sociaux très divers, cette mixité est une véritable richesse humaine. Pour ma part, j’ai toujours eu une très forte appétence pour la littérature et suis convaincue des bienfaits qu’elle peut procurer. Aussi, lorsque Armelle m’a proposé de m’associer à elle pour un projet de bibliothérapie, c’est sans hésiter que j’ai accepté. Voilà donc 3 ans maintenant que nous œuvrons de concert, pas forcément exactement de la même façon mais toujours avec le même objectif : mener nos jeunes élèves vers un état de bien-être, grâce à la littérature.

Pouvez-vous m’expliquer comment est né ce projet de « bibliothérapie » qui s’intitule « Lire délivre » ?

Le projet « Lire délivre » est né d’une réflexion que nous menons depuis plusieurs années sur le pouvoir réparateur de la fiction. Cette réflexion est le fruit d’une observation et d’un ressenti à partir de notre expérience de lectrices. De plus, l’essai de Marc-Alain Ouaknin, Bibliothérapie. Lire, c’est guérir, et L’art de lire ou comment résister à l’adversité de Michèle Petit nous ont permis de mieux comprendre ce qui était à l’œuvre dans le pouvoir thérapeutique de la lecture de romans.

La découverte du livre de Régine Detambel Les livres prennent soin de nous et l’implication de l’auteure, qui est aussi kinésithérapeute, dans la formation en bibliothérapie à destination des soignants, des professionnels du livre et des enseignants nous ont convaincues d’imaginer un dispositif à l’attention des élèves de collèges et de lycées. À ceci s’est ajouté la lecture d’un article dans la revue Inter CDI d’Aurélie Louvel, élève de Régine Détambel et à l’origine du site Bibliothérapie jeunesse, qui a donné une légitimité à notre démarche.

Au fil de notre réflexion et de nos lectures puisées dans la littérature adulte, nous nous sommes rendues compte combien ces dernières années, la société interroge et utilise consciemment l’apport de la fiction pour comprendre le monde, ses contradictions et ses tensions. De plus, les auteurs contemporains eux-mêmes construisent des fictions destinées à « réparer le monde » (du livre éponyme d’Alexandre Gefen paru en 2017 aux éditions José Corti).

Si nous analysons nos dernières lectures, nous comprenons combien les romans nous ont permis d’accéder à des problématiques contemporaines.

Aujourd’hui, la fiction n’est pas seulement une façon d’expliquer le monde, de mettre des mots sur les événements et les sentiments comme c’est le cas en littérature. Elle nous permet aussi d’aller à contre-courant de la vitesse. Elle représente, par le temps nécessaire à sa lecture linéaire et à l’introspection qui en résulte, une alternative au zapping numérique et à ses avatars de l’extime (Facebook, Snapchat, Instagram…) censés produire et relayer des récits de soi, des fictions de soi qui envahissent la sphère numérique mais font rarement œuvre littéraire.

C’est ainsi que petit à petit nous en sommes venues à vouloir partager cette acception de la littérature auprès de nos élèves. En effet, pourquoi ne pas faire profiter les adolescents de l’aspect réparateur de la lecture ? Pourquoi ne pas puiser pour eux dans la littérature jeunesse des romans qui expliquent le monde, ses tensions, ses contradictions ?

Pour ce projet, vous avez réorganisé les espaces de votre CDI… De quelle manière ?

Avant même de modifier les espaces, il est indispensable de procéder à un diagnostic des problèmes rencontrés par les élèves dans l’établissement. Pour ce faire, nous avons sollicité tous les acteurs du collège dans cette aventure pour une meilleure efficacité, une meilleure synergie : CPE, infirmière, professeurs principaux, principal, principal adjoint. Chacun détient une pièce du puzzle, c’est-à-dire des informations sur les difficultés rencontrées par les élèves qu’elles soient d’ordre scolaires, familiales, sociales ou liées à la santé. Nous évitons ainsi de passer à côté d’informations importantes, nous pouvons compléter nos sélections et, d’emblée, impliquer nos usagers. Alors seulement, nous pouvons présenter un assortiment de romans dans un espace dédié « Lire délivre » qui reflète les besoins des élèves.

Nous avons donc aménagé un espace de lecture privilégié au CDI. Dans mon CDI (Armelle), l’espace où je présente les romans sous la forme d’un panneau attractif (« des livres qui font du bien quand… ») contient des fauteuils confortables qui invitent à s’arrêter. Les livres sont glissés dans des sacs de couleurs vives sur lesquels sont inscrits des thèmes d’ado : « le collège quelle galère », « aller vers ceux qui sont différents », « je me dispute avec ma sœur »,  « mal fringué(e) ? », « mes parents sont séparés », « tomber amoureux », « accros aux écrans ? ». Chaque sac contient plusieurs livres d’épaisseurs différentes afin de ne décourager aucun lecteur.

Nora, quant à elle, a organisé un espace central où les élèves peuvent s’installer dans de grands poufs face au meuble « Lire Délivre » (un ancien meuble à casiers rénové « maison »). Ce dernier affiche les thématiques « Moi et l’école », « Moi et les autres », « Moi et le sport », « Moi et moi »… Et dans chaque casier, les élèves retrouvent les titres sélectionnés pour la thématique. Parallèlement, des affiches, reprenant les mêmes visuels, avec des QR codes renvoyant aux paniers e-sidoc, permettent de réserver les ouvrages en ligne.

Dans tous les cas, un seul impératif : les titres proposés doivent être des romans car « bibliothérapie », se compose de « biblio » comme livre et de « thérapie ». Quand on parle de bibliothérapie on entend le pouvoir bénéfique de la lecture dans la mesure où les mots écrits permettent d’accéder au registre symbolique, à la métaphore et ainsi aux questionnements d’affleurer.

Auriez-vous quelques recommandations de lecture ou suggestions d’acquisition à faire concernant la thématique du harcèlement scolaire et du cyberharcèlement, ou bien concernant des thématiques proches ? Des romans jeunesse ou non, des bandes dessinées ?

Nous travaillons énormément avec la collection Petite Poche de Thierry Magnier, qui propose des romans très courts sur tous les sujets d’actualité et de préoccupations adolescentes : l’amitié, les expulsions, les migrants, la différence, la mort… Ces livres se lisent très rapidement mais sont denses en émotion. Ils permettent d’amorcer une réflexion voire un dialogue sur toutes ces problématiques qui préoccupent les adolescents mais aussi les adultes. Ils ont également la qualité de ne pas rebuter les faibles lecteurs, ce qui nous paraît essentiel.

Concernant le harcèlement scolaire, L’enfer au collège d’Arthur Ténor est un titre phare. Tout d’abord, c’est un roman qui donne la parole à la victime mais aussi au harceleur. C’est une position qui intéresse beaucoup nos jeunes lecteurs qui sont parfois témoins de faits de harcèlement et qui ne savent pas trop comment réagir que ce soit vis-à-vis de la victime ou vis-à-vis de son agresseur. De plus, les deux protagonistes sont des collégiens, ce qui facilite l’appropriation du texte par nos usagers. Enfin, s’il ne propose pas de solution toute faite, ce roman, au texte relativement simple, permet de bien comprendre l’engrenage du harcèlement sans toutefois sombrer dans le pathos.

Mais Arthur Ténor n’est pas le seul à avoir écrit autour du harcèlement scolaire. Il y aussi La Carotte et le bâton de Delphine Pessin, qui narre le calvaire d’une jeune fille dont le seul crime est d’être rousse ; De la Rage dans mon cartable de Noémya Grohan, qui est un best seller ; Wonder de R.J. Palacio qui nous fait partager le quotidien d’un enfant qui entre en 6e mais dont c’est aussi la première rentrée scolaire puisque, atteint d’une malformation faciale, August n’est jamais allé à l’école. Bien sûr, l’apparence physique rebutante (ou considérée comme telle) provoque des sentiments de rejet, de moqueries, et même de harcèlement. Enfin, A Silent Voice de Yoshitoki Oima (récemment adapté au cinéma) qui met en scène une jeune sourde qui est harcelée.

Il y a encore de nombreux titres sur le harcèlement car c’est un sujet qui intéresse beaucoup le jeune lectorat. En effet, ces dernières années, le harcèlement a abandonné son statut de sujet tabou pour libérer la parole : campagnes nationales, concours et témoignages ont permis de nommer ce fléau et c’est désormais devenu un sujet abordé lors de séances de prévention, lors de projets pédagogiques mais aussi et surtout dans la littérature.

Je vous remercie pour vos réponses et vous souhaite, à vos élèves et à vous deux, une excellente année 2019 !

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.