Cyberharcèlement à l’école : les enseignants ne sont pas épargnés

Le cyberharcèlement à l’école est le plus souvent associé au harcèlement scolaire et donc aux violences entre élèves. Des violences qui s’exercent dans l’enceinte de l’établissement et qui se poursuivent sur les réseaux sociaux ou des violences qui voient le jour en ligne et qui se poursuivent en face à face. Mais on évoque moins souvent le fait que les enseignants sont aussi victimes de cyberviolence et de cyberharcèlement : happy slapping ou agressions filmées ; publications et commentaires de photos ou vidéos volées pendant les cours ; photos retouchées, photos montées ; rumeurs et insultes qui circulent en ligne, au sein de groupes fermés ou de manière publique.

Des violences, flirtant avec le revenge porn, ciblent également des enseignantes : le creepshot ou la publication de photos d’un décolleté trop plongeant ou de fesses moulées dans un pantalon; l’upskirting ou la publication de photos prises sous leur jupe. Ces violences, Hélène les a récemment et douloureusement expérimentées. En novembre dernier, cette professeure d’anglais, âgée de 47 ans, a découvert qu’une vidéo et une série de photos prises sous sa jupe ou insistant sur ses parties intimes (et parfois accompagnées de gestes et de propos obscènes) circulaient sur les réseaux sociaux. Au micro de Totem, elle rend compte de la violence du choc provoqué par cette découverte et l’impact que cela a eu sur sa santé (elle est actuellement en arrêt maladie). Vous pouvez écouter son interview :

 

Au Québec, une étude réalisée en 2016 par Stéphane Villeneuve, Nancy Goyette, Céline Duroisin et Jean-Paul Pinte chiffre à 5,6 % le nombre d’enseignants victimes de cyberviolence. Pour certains les actes ont été ponctuels, et pour d’autres, ils se sont étendus sur plusieurs mois, constituant bien une forme de cyberharcèlement. Bien que les agressions émanent le plus souvent des élèves (48,8 %), ils arrivent aussi qu’ils soient ciblés par des attaques perpétrées par des parents d’élèves (29,3 %), par des collègues (17,1 %) ou par leur direction (12,2 %). Ces attaques sont principalement de l’ordre de l’insulte, de la moquerie, de la diffamation, de la menace ou de la diffusion de données personnelles.

A notre connaissance, il n’existe pas en France d’étude similaire, mais différents cas sont rapportés chaque année aux Autonomes de solidarité laïque, des associations départementales qui œuvrent pour la défense des personnels enseignants, le plus souvent en partenariat avec la MAIF. Comme le soulignait un article du Monde.fr, sur  5 000 dossiers de « protection professionnelle juridique » que les ASL ont ouverts durant l’année scolaire 2015-2016, 200 à 300 (soit 5 % environ) relevaient de « préjudices informatiques ».

Les campagnes de prévention mises en place par le gouvernement depuis le début des années 2010 et les différents dispositifs éducatifs développés pour endiguer le harcèlement et le cyberharcèlement à l’école doivent nécessairement prendre en compte cet aspect trop souvent laissé de côté. Et l’histoire d’Hélène réaffirme que l’interdiction du portable à l’école n’est certainement pas la solution !


2 réflexions sur « Cyberharcèlement à l’école : les enseignants ne sont pas épargnés »

  1. Ping : La « ligue du LOL », une affaire de cyberharcèlement choquante, mais hélas classique | Mirmande PatrimoineS Blogue

  2. Ping : La « ligue du LOL », une affaire de cyberharcèlement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.