La cyberviolence conjugale

En France, une femme sur dix est victime chaque année de violence conjugale, soit près de 225 000 femmes âgées de 18 à 75 ans. Des violences verbales, psychologiques, physiques, qui se poursuivent désormais en ligne. Les outils numériques sont devenus pour leur agresseur des outils de contrôle, de domination et d’humiliation, même après la rupture et la séparation.

Le Centre Hubertine Auclert (centre francilien pour l’égalité femmes-hommes) vient de publier un rapport relatif à ces cyberviolences suite à une étude conduite auprès de 302 femmes victimes de violences conjugales et de professionnel·le·s  qui les accompagnent (associations, unités médico-judiciaires, avocat·e·s).

Six formes de cyberviolences, exercées par le partenaire ou l’ex-partenaire, ont pu être distinguées. Je vous les présente ci-dessous en m’appuyant sur la synthèse de ce rapport.

1 – Le contrôle. Les femmes se font confisquer leur téléphone portable ou sont contraintes d’être joignables en permanence et/ou d’envoyer une photo pour prouver qu’elles se trouvent bien à l’endroit où elles disent se trouver.

2 – Les insultes, les injures ou les menaces envoyées de manière répétée par SMS ou via les réseaux sociaux, ou bien proférées par téléphone.

3 – L’installation d’un logiciel espion sur leur téléphone ou l’obligation de fournir les mots de passe ou codes confidentiels de leurs différents comptes, profils ou espaces personnels (banque en ligne, pôle emploi, CAF, etc.).

4 – L’utilisation de ces mots de passe ou codes pour bloquer l’accès au compte bancaire ou à tout autre espace personnel ou bien pour collecter des informations personnelles qui sont utilisées contre elles dans le cadre d’une procédure judiciaire.

5 – La diffusion de photos intimes, la menace de les diffuser, ou encore l’obligation de réaliser des sextapes. Il s’agit là d’une violence sexuelle.

6 – L’instrumentalisation des enfants qui sont alors contactés par le père pour surveiller la mère après la séparation.

Les outils numériques rendent donc possibles un contrôle et une surveillance à distance par le partenaire ou l’ex-partenaire. Même après la séparation, ces femmes continuent à être sous son emprise et vivent avec la peur d’être épiées ou d’être humiliées à tout moment. 

Si de manière générale elles pensent à protéger leur « vie privée numérique » au moment de la séparation (changer leurs mots de passe, leur numéro de téléphone, etc.), elles pensent plus rarement à demander à leurs enfants d’être plus prudents quant aux relations qu’ils peuvent entretenir « en ligne » avec leur père.

Enfin, les plaintes déposées pour cyberviolence sont moins systématiques que les plaintes pour violence. Cela peut s’expliquer par la difficulté pour les femmes de trouver une structure pouvant les accompagner dans leurs démarches, par une méconnaissance des lois relatives aux infractions numériques et par une possible minimisation des faits au moment où elles déposent plainte :  « comme pour les violences psychologiques […] les policiers demandent de plus en plus de choses : certificats médicaux, preuves… Et considèrent que si elles répondent aux messages c’est qu’elles ne sont pas victimes », précise une avocate interrogée dans le cadre de cette étude.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.