Les différentes formes de cyberviolence

La violence en ligne entre pairs peut prendre différentes formes. En appui sur les travaux de Blaya (2013) et de Bellon et Gardette (2014) je vais en présenter sept (qui font également l’objet d’une définition synthétique dans le glossaire) : « exclusion », « flaming », « dénigrement », « usurpation d’identité », « outing », « happy slapping » et « sexting ». Nous verrons, par les exemples que je donnerai, que ces cyberviolences peuvent aussi bien être exercées entre jeunes qu’entre adultes, qu’elles peuvent tout autant toucher des personnages publics que des illustres inconnus qui se retrouvent alors bien malgré eux propulsés sur le devant d’une scène dont le public est loin de se distinguer par sa bienveillance.

L’exclusion ou l’ostracisme consiste à exclure une personne d’un regroupement social en ligne (ex : un groupe Facebook). La personne exclue peut faire, au sein du groupe, l’objet de moqueries. Notons qu’en contexte « scolaire », la création d’un « groupe » en ligne peut aussi avoir vocation à se moquer d’un ou de plusieurs professeurs. En effet, les cyberviolences n’épargnent pas les enseignants qui peuvent aussi bien être ciblés par des élèves ou des parents que par leurs propres pairs (Villeneuve et al., 2016).

Le flaming consiste à envoyer un message violent (insultant, menaçant) et plus particulièrement une « salve » de messages à destination d’une personne ou d’un groupe de personnes. Les 295 commentaires injurieux et sexistes, dont a fait l’objet une vidéo postée en mai 2016 par la youtubeuse Marion Seclin et intitulée « #TasÉtéHarceléeMais… t’as vu comment t’étais habillée ? », illustrent parfaitement le phénomène. C’est également de flaming – en plus des brimades et des humiliations quotidiennement subies au sein de son collège – dont a été victime la jeune Marion Fraisse. Moquée, insultée, menacée de mort par SMS et sur son « mur » Facebook, invitée « à se pendre », elle met fin à ses jours en février 2013. Son histoire a été racontée par sa mère dans un ouvrage intitulé « Marion, 13 ans pour toujours » et récemment adapté en téléfilm.

Le dénigrement consiste à décrédibiliser une personne, à porter atteinte à son image, à sa réputation, à lancer toute sorte de rumeurs à son égard, comme l’a récemment expérimenté l’actrice française Marion Cotillard. Accusée par certains d’avoir eu une liaison avec Brad Pitt, provoquant sa rupture avec Angelina Jolie, elle a fait l’objet de nombreux messages d’injure (qu’elle a elle-même qualifiés de « déferlante inouïe ») mais a surtout vu son compte Instagram littéralement spammé par une émoticône particulière : un serpent. En anglais, le « snake » est un terme argotique et dépréciatif utilisé pour qualifier une personne de « sournoise », de « perfide ». Au sein des médias sociaux, il est devenu un outil de diffamation sexiste reposant « sur le postulat que les femmes sont sournoises, manipulatrices et mesquines lorsqu’il s’agit de conquérir un homme déjà engagé » : sneaky girls.

Dans la « catégorie » du dénigrement, on trouve également le « slut shaming » que l’on peut traduire en français par l’expression « couvrons de honte les salopes ». Cette forme de violence, touchant particulièrement les jeunes filles, consiste à blâmer et à déconsidérer celles dont la tenue vestimentaire, le maquillage, l’attitude voire les activités sexuelles ne correspondent pas aux normes en vigueur dans un groupe d’adolescents. Catherine Blaya (2013 : 56-57) rapporte qu’elle est avant tout exercée par d’autres jeunes filles « voulant ainsi se démarquer des autres et asseoir leur popularité de « filles bien » et vertueuses au sein de la communauté masculine ». La chercheuse d’ajouter : « Les filles s’adonnent ainsi à des pratiques de discrimination sexiste, pensant se valoriser aux dépens de leurs congénères mais contribuant à leur propre enfermement dans des stéréotypes de genre ».

L’usurpation d’identité consiste à usurper l’identité de quelqu’un en accédant à sa messagerie ou à son profil, à se faire passer pour lui pour envoyer des messages embarrassants/insultants à une autre personne. Mais elle consiste aussi à ouvrir un profil aux nom et prénom de la personne ciblée et à publier des contenus embarrassants (cf. revenge porn). C’est par exemple ce qui est arrivé en 2013 à Jean (*) qui a découvert qu’un profil Facebook et un compte Twitter avaient été créés à son nom et comportaient des contenus injurieux ayant trait à son homosexualité ainsi que des photos compromettantes.

L’outing consiste à divulguer des informations intimes et /ou confidentielles sur une personne, par exemple révéler, sans qu’elle le sache ou ne le veuille, son homosexualité. L’usurpation d’identité dont a fait l’objet Jean (*) relevait également de l’outing.

Le happy slapping, dont on a beaucoup parlé au milieu des années 2000, consiste à filmer, le plus souvent à l’aide d’un téléphone portable, une scène de violence subie par une personne et à diffuser la vidéo en ligne. Comme le souligne Serge Tisseron (2011 : 60), « le happy slapping n’est pas une agression filmée, mais une agression perpétrée avec l’intention de la filmer pour la montrer ensuite à d’autres ». 

Le sexting, mot-valise anglais issu de la contraction de « sex » (sexe) et de « texting » (envoi de SMS), renvoie au fait d’envoyer des textos, des photographies ou encore des vidéos à caractère explicitement sexuel dans le but de séduire son/sa partenaire. Mais lorsque ces photos ou vidéos sont interceptées (ou réalisées) puis diffusées en ligne par un tiers malveillant cherchant à nuire à la personne qu’elles représentent, il s’agit d’une cyberviolence. C’est de sexting dont a été victime une jeune fille de 17 ans lors du réveillon du nouvel an 2016. En soirée chez des amis, elle s’éclipse dans la salle de bain pour un moment d’intimité avec son petit-ami ignorant que des « voyeurs » les ont suivis et que l’un d’eux photographie leurs ébats avec son téléphone portable. La photo est instantanément partagée sur Snapchat, « screenée » par l’un des récepteurs et rediffusée via Twitter. En moins de quatre jours l’affaire fait l’objet de plus de 100 000 tweets, pour la plupart moqueurs, sexistes et offensifs (ex : « Vous êtes là à [la] défendre Mdrrr mais une pute reste une pute, elle n’a plus qu’à assumer vu qu’elle devait aimer ça »). Aux messages insultants s’ajoutent la création de faux profils (usurpation d’identité) et le lancement d’une rumeur évoquant son suicide. Dans la même lignée, mais dont l’issue a été des plus tragiques, nous pouvons évoquer l’histoire de la jeune italienne Tiziana Cantone qui a mis fin à ses jours en septembre 2016 suite à la diffusion de sextapes (auxquelles elle a volontairement participé mais dont elle pensait qu’elles resteraient confidentielles) et suite surtout au lynchage en ligne qu’elle a subi pendant plus d’un an.

Lorsque les photos ou vidéos intimes sont publiées à des fins de vengeance par un(e) ex petit(e) ami(e) qui vit mal la rupture et souhaite nuire à l’autre, on parle de « revenge porn ». C’est ce qu’a amèrement expérimenté en décembre 2007 la nageuse française Laure Manaudou qui a vu publiées en ligne une série de photos d’elle posant nue. Notons que le revenge porn cible tout de même plus les femmes que les hommes et qu’il peut aussi se réaliser par usurpation d’identité visant à créer un faux profil présentant la cible comme une escorte ou une prostituée.

Les différentes formes de violence que je viens de présenter s’articulent autour de trois axes relativement « classiques » : l’exclusion sociale, la violence verbale et la violence physique. Elles portent autant atteinte à l’intégrité morale des personnes qu’elles ciblent (flaming, dénigrement) qu’à leur intégrité physique (happy slapping), font la part belle au sexisme (slut shaming, sexting, revenge porn) et peuvent tout aussi bien être exercées entre adultes qu’entre jeunes. Les violences subies en ligne peuvent cependant avoir sur certaines victimes des répercussions beaucoup plus importantes que les violences subies « hors ligne ». On imagine aisément comment le sentiment d’inconfort, d’insécurité et de honte peut s’amplifier à mesure que se multiplie le nombre de vues, de partages et de commentaires. 

Concernant la violence entre jeunes, 40 % des élèves interrogés par Catherine Blaya (2013 : 98) entre 2011 et 2012 affirment avoir au moins subi une fois une attaque en ligne : flaming ou dénigrement (20 %), usurpation d’identité (12 %), exclusion d’un groupe en ligne (11 %), humiliation par image (5 %), happy slapping (4 %). L’étude récemment menée auprès de 1 500 élèves franciliens par l’Observatoire universitaire international éducation et prévention (2016) révèle, quant à elle, que 13 % des filles et 6 % des garçons ont été victimes de rumeurs au sein des médias sociaux et que 20 % des filles et 13 % des garçons ont fait l’objet de moqueries et d’insultes liées à leur apparence physique. Elle met également en exergue que 7 % des élèves ont déjà réalisé des selfies intimes et que parmi eux 4 % de filles et 1 % de garçons ont vu ces photos publiées sans leur accord suite à une rupture amicale ou sentimentale. Enfin, un élève sur cinq fait régulièrement l’objet de violences en ligne donc de « cyberharcèlement », phénomène dont je présenterai les logiques et caractéristiques dans le prochain billet. 

 


3 réflexions au sujet de « Les différentes formes de cyberviolence »

  1. Ping : La lutte contre le cyberharcèlement à l’école [1/2] : quels acteurs et quels dispositifs ? | Cyberviolence & Cyberharcèlement

  2. Ping : Le cyberharcèlement : un « vieux vin » dans une « nouvelle bouteille » ? | Cyberviolence & Cyberharcèlement

  3. Ping : Le cyberharcèlement : un « vieux vin » dans une « nouvelle bouteille » ? | Cyberviolence & Cyberharcèlement

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *