Intervention au colloque « Réseaux sociaux, traces numériques et communication électronique », Le Havre, 6-8 juin 2018

Voici le diaporama et le résumé de mon intervention d’hier au 5ème colloque international « Réseaux sociaux, traces numériques et communication électronique » organisé par l’Université Le Havre Normandie : Traces numériques et lutte contre la cyberviolence scolaire. Voici également le programme et le sommaire des actes dans lesquels a été publiée la communication co-écrite avec Brigitte Simonnot : Programme_RSTNCE2018 / Sommaire_RSTNCE2018.

STASSIN Bérengère, SIMONNOT Brigitte (2018). Traces numériques et lutte contre la cyberviolence scolaire. In ZLITNI Sami, LIÉNARD Fabien (dir.) Actes du 5ème colloque international « Réseaux sociaux, traces numériques et communication électronique », Le Havre, 6-8 juin 2018 : 309-318.

La cyberviolence entre pairs peut prendre différentes formes : exclusion sociale, usurpation d’identité, violence verbale (insultes, moqueries, menaces, rumeurs), violence sexuelle (envoi d’images choquantes, revenge porn), violence physique médiatisée par les outils numériques (happy slapping, challenges Facebook impliquant le corps). Elle est souvent ancrée dans le sexisme, l’homophobie, les stéréotypes de genre et les moqueries liées à l’apparence physique. Elle peut être un prolongement de la violence « hors ligne » ou du harcèlement scolaire, mais elle peut aussi en être l’élément déclencheur [diapos 2 à 3]. Les élèves qui s’adonnent à la violence en ligne ne sont pas nécessairement des intimidateurs au sein de leur école, de même pour les « cybervictimes ». Les études approchant le phénomène au prisme du genre sont contradictoires : certaines soulignent que les filles sont plus impliquées que les garçons dans des actes de cyberviolence (commis notamment à l’égard d’autres filles), d’autres soulignent au contraire que les garçons sont plus impliqués, et d’autres encore que les garçons et les filles sont autant impliqués [diapo 4].

La cyberviolence peut être exercée afin de nuire à l’image et à la réputation de la victime (p.ex. le revenge porn vise à faire passer la cible pour une « fille facile »), mais elle peut aussi être exercée afin de booster celles des cyberagresseurs (p.ex : le happy slapping n’est pas une agression filmée, mais une agression perpétrée en vue d’être filmée et diffusée, puis de gagner en popularité au sein d’un réseau de contacts) [diapos 5 à 7].  La cyberviolence est également constitutive de l’identité numérique des victimes et des agresseurs. Elle s’appuie sur les trois dimensions définies par Fanny George : les insultes et les rumeurs relèvent du « déclaratif » ;  les notifications sur les réseaux sociaux, les likes, retweets, et autre partage relèvent de l’ « agissant » ; la course à l’audience et à la popularité relève du « calculé ». [diapo 8]. 

Concernant la définition du « cyberharcèlement » entre pairs, il n’existe pas de consensus dans la littérature scientifique. Certains auteurs l’envisagent comme l’envoi « numérique » de contenus violents. Ils considèrent donc comme « harcelantes » des cyberviolences qui peuvent parfois n’être que ponctuelles. D’autres auteurs,  au contraire, le définissent selon des critères similaires au harcèlement scolaire : intentionnalité, répétitivité et déséquilibre des forces. Mais au sein du web et des médias sociaux, la répétition peut également venir de la  fragmentation des actions (chaque like, partage, retweet participe de la répétition des méfaits) et/ou de la pérennité des traces numériques. Les contenus « embarrassants » peuvent resurgir à tout moment, même des années plus tard, entachant à nouveau l’image et la réputation de la victime… mais aussi de l’agresseur dont les agissements passés peuvent être révélés. Bien que ne relevant pas de la cyberviolence, l’affaire « Mennel » illustre bien l’impact que des propos publiés dans le passé peuvent avoir sur le présent [diapos 9 à 10].

Inscrite dans le code de l’éducation depuis juillet 2013, l’éducation aux médias et à l’information (EMI) peut participer de la lutte contre les cyberviolences et le cyberharcèlement en aidant les élèves à réfléchir à leurs activités en ligne, à avoir une meilleure connaissance du fonctionnement des médias sociaux et de ce que Louise Merzeau nommait l’ « intelligence des traces », à maîtriser leur identité numérique et à passer d’une posture de consommateur de plateforme à une posture d’acteur responsable. Investir la notion de « traces numériques » dans l’EMI et s’appuyer sur les différentes dimensions de l’identité numérique peut être un bon levier pour éveiller les consciences [diapos 11 à 13].

 


Une réflexion au sujet de « Intervention au colloque « Réseaux sociaux, traces numériques et communication électronique », Le Havre, 6-8 juin 2018 »

  1. Ping : Culture numérique | Pearltrees

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.