Le stage Cerpep / Respect Zone sur la prévention des cyberviolences… Petit compte-rendu

Un stage Cerpep sur la prévention des cyberviolences a été organisé ce vendredi 16 mars 2018 par Respect Zone, une ONG française offrant des outils de communication non violente et d’éducation au numérique pour protéger la liberté d’expression et lutter contre la haine. Une cinquantaine d’enseignants et d’éducateurs (du primaire et du secondaire) sont venus des quatre coins du pays pour assister à cette journée hébergée dans les confortables et chaleureux locaux de Facebook France.

Les interventions du matin

J’ai eu le plaisir de participer à une table ronde, pour parler cyberharcèlement et éducation aux médias et à l’information. Jérémie Mani a évoqué le travail de modération des contenus générés par les internautes que réalise son entreprise, Netino, au sein de différents sites de médias et de marques. Franck Aubry a rappelé les objectifs de la DILCRAH (Délégation Interministérielle à la Lutte Contre le Racisme, l’Antisémitisme et la Haine anti-LGBT) et ses principales missions et Sandra Oberdorff a présenté le fonctionnement de la plateforme PHAROS (Plateforme d’Harmonisation, d’Analyse, de Recoupement et d’Orientation des Signalements). Cette dernière permet de signaler des contenus et comportements illicites repérés sur Internet (pédopornographie, incitation à la haine raciale, terrorisme, escroquerie, etc.).

Le court métrage « Je suis en danger » réalisé par Delphine Seignon nous a été présenté. Ce dernier, projeté le 9 novembre 2017 lors de la troisième Journée de mobilisation nationale pour dire « Non au harcèlement », était axé sur le rôle clé joué par les témoins dans la lutte contre le cyberharcèlement entre pairs.

Monique Aquilina (Académie de Versailles) et Sylvie Hamon (principale du collège Saint-Pol Roux de Brest) ont fait un retour d’expérience suite à la labellisation Respect Zone de leur établissement. Cette labellisation consiste en différentes actions : apposer le logo Respect Zone sur son site et ses différents profils afin d’afficher son refus de la haine, être formé à des techniques de sensibilisation à l’automodération et à l’autodéfense en ligne, permettre aux élèves de devenir Ambassadeur Respect Zone afin de veiller au bien-être de leurs camarades et de développer des actions de prévention de la violence en ligne, mais également hors ligne. Et bien d’autres choses encore que je vous laisse découvrir sur le site de l’organisation.

Cette initiative est, à mon sens, doublement intéressante puisqu’elle place les élèves au cœur de la lutte contre la violence tout en leur offrant des outils visant à développer leurs compétences numériques et leur esprit critique pour faire face aux différents contenus auxquels ils sont quotidiennement confrontés. Il ne s’agit donc pas d’insister encore et encore sur les dangers d’Internet et des réseaux sociaux, mais de proposer des outils et des ressources permettant d’accéder à un usage responsable et citoyen de l’environnement numérique et pouvant être utilisés dans le cadre de l’Éducation aux médias et à l’information, du Parcours Citoyen ou encore du Comité d’Éducation à la Santé et à la Citoyenneté.

Les interventions de l’après-midi

Clotilde Briend a ensuite présenté la manière dont Facebook luttait contre les contenus illicites et haineux, les différents paramètres de confidentialité qu’il offrait à ses usagers afin de sécuriser au mieux leur profil ainsi que le Guide pratique pour lutter contre le cyberharcèlement entre élèves réalisé en partenariat avec l’Éducation nationale et l’association e-Enfance. Sans évoquer, bien sûr, l’utilisation que font nos amis les GAFAM de nos données et de nos affects 🙂

Un débat avec la salle a ensuite été organisé. Les enseignants et éducateurs qui étaient présents ont pu rendre compte de leurs expériences, de la manière dont ils traitaient les situations de harcèlement et de cyberharcèlement dans leur établissement. Au cours de ces échanges, différents outils et méthodes de prévention de la violence ont été évoqués : la méthode Pikas enseignée, en France, par Jean-Pierre Bellon et Bertrand Gardette, les dispositifs ludiques permettant de développer l’empathie (Les Trois Figures, Feelings, Valeurs en main) et l’estime de soi, ou encore le théâtre forum.

Virginie Selmi et Stéphanie Miraut du Centre académique d’Aide aux Écoles et aux Établissements (C.A.A.E.E.) ont présenté la manière dont elles travaillaient avec les HLPR (helpers), des élèves ambassadeurs engagés contre la violence scolaire. Puis, la journée s’est conclue par la présentation du Brevet de Modérateur Respect Zone par Cécile Henriques, formatrice et co-auteure du programme « Bien-dit », et Mathilde Olivry, conseillère principale d’éducation. Concrètement, il s’agit d’un projet de promotion du respect et de formation à la modération qui consiste, en coopération avec l’Éducation nationale, à créer des modules de formation en ligne débouchant sur un certificat. Cette formation certifiante permettrait d’apprendre, aux élèves et aux enseignants, à modérer les contenus des sites et forums dont ils ont la charge ou qu’ils fréquentent et, comme évoqué plus haut, de développer des compétences numériques. De nombreuses propositions d’action sont en outre présentées dans l’ouvrage de Philippe Coen : Internet contre Internh@te.

Mon bilan

Une journée riche en échanges qui a permis de compléter le réseau d’acteurs engagés dans la lutte contre le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement que j’ai à cœur de tracer dans ce blog. Une journée qui témoigne encore une fois qu’une véritable communauté de pratique et de savoir est en train de se constituer en France. Une communauté dont les membres peuvent avoir des postures qui diffèrent ou divergent, mais qui apportent tou.te.s leur pierre à l’édifice ou plutôt à la mosaïque de connaissances sur laquelle parents et éducateurs peuvent s’appuyer pour aider nos enfants à grandir connectés, même si c’est compliqué.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.