La cyberviolence à caractère sexuel : le sexting et le revenge porn [2/2]

[Une autre version de ce billet a été publiée sur The Conversation]

[Une version anglaise de ce billet est disponible ici]

Comme nous l’avons vu précédemment, les images (photos, vidéos) relevant du « sexting » peuvent avoir été réalisées « volontairement » par la personne qu’elles représentent à des fins de séduction, avoir été réalisées sous la « contrainte » ou sous la « menace » ou bien encore avoir été volées lors d’un moment d’intimité. Quoi qu’il en soit, leur diffusion non consentie relève du « revenge porn » ou de la « porno-vengeance ».

Une histoire d’ex, mais pas que… 

Le revenge porn est d’abord pratiqué à des fins de vengeance par des ex-petit.e.s ami.e.s vivant mal la rupture. Si des garçons se vengent de filles et si des filles se vengent de garçons, des garçons se vengent aussi de garçons et des filles se vengent aussi de filles. Hétéros ou homos, les porno-vengeurs et porno-vengeresses cherchent avant tout à nuire à l’image et à la réputation de leur ex.

Mais, il n’est pas rare que des adolescentes voient leurs photos diffusées par leur « actuel » petit ami qui souhaite montrer à ses copains qu’il a « une vie sexuelle », qu’il est un homme, un vrai. Les images peuvent aussi être diffusées par un.e ami.e de la victime (qui se venge suite à une dispute, un différend ou par jalousie, amoureuse ou non) ; par un voyeur discret qui vole des images lors d’une soirée arrosée et se rit de les mettre en ligne ; par un « extorqueur » qui s’adonne à la sextorsion (cf. la tragique histoire d’Amanda Todd) ; par un « pirate anonyme » qui nuit juste gratuitement.

Une violence sexiste et sexuelle

Lorsqu’on se « porno-venge », on cherche généralement à nuire à l’image ou à la réputation de sa cible, ou à révéler des éléments secrets de sa vie privée. Ainsi, le revenge porn peut-il relever du body shaming (on se moque des rondeurs ou de la maigreur d’une fille, de la taille des parties génitales d’un garçon), du slut shaming (on fait passer une fille – et uniquement une fille – pour une « traînée » qui ose poser nue devant un objectif ou une caméra) ou encore de l’outing (on révèle l’infidélité d’une personne, son homo- ou sa bisexualité, ses goûts en matière de sexe).

Comme toute forme de cyberviolence, le revenge porn reste donc principalement ancré dans le sexisme, l’homophobie et les stéréotypes de genre. Si personne n’en est à l’abri, les filles risquent tout de même plus d’en être victimes que les garçons. Les différents cas ayant d’ailleurs fait l’actualité ces dernières années ciblaient principalement des femmes – célèbres ou non (cf. la tragique histoire de Tiziana Cantone) – et des adolescentes. Et si des garçons voient aussi leurs photos diffusées à leur insu mais que la diffusion n’est pas motivée par un désir de moquerie ou d’outing, cela reste bien souvent sans conséquence, ce qui est rarement le cas pour les jeunes filles et les femmes. En plus de voir leur intimité exposée publiquement, elles subissent des campagnes de slut shaming qui frôlent parfois le harcèlement.

Bien qu’il ne soit pas juridiquement considéré comme telle, en France et dans d’autres pays, le revenge porn constitue une violence sexuelle. Plus qu’une atteinte à la vie privée, il en constitue un viol et ses conséquences en sont tout aussi terribles : sensation d’être sali.e, souillé.e, sentiment de honte et d’humiliation (démultiplié par l’effroyable chambre d’écho que constitue les médias sociaux), de culpabilité (« pourquoi ai-je posé nu.e ? », « pourquoi ai-je envoyé cette vidéo ? », « pourquoi n’ai-je pas vu qu’on me filmait ? »). Les militant.e.s de la Cyber Civil Right Initiative préconisent d’ailleurs l’emploi du terme « cyber-viol » à celui de « revenge porn ». Et comme l’a déclaré Gina Martin, une jeune anglaise victime d’upskirting (autre variante du revenge porn) : « Ce n’est pas parce que vous ne touchez pas une personne que cela signifie qu’elle ne se sent pas comme violée par vos actes ».

Enfin, le revenge porn est une violence sexuelle dont la possible réitération pèse sur les victimes comme une épée de Damoclès, car la pérennité intrinsèque aux contenus numériques fait qu’ils peuvent ressurgir à tout moment, même de longues années plus tard

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *