La cyberviolence à caractère sexuel : le sexting et le revenge porn [1/2]

[Une autre version de ce billet a été publiée sur The Conversation]

[Une version anglaise de ce billet est disponible ici]

Le terme « sexting » est apparu dans les années 2000 pour désigner le fait d’envoyer un texto à caractère érotique ou sexuel : un sexto. Par extension, le terme désigne aujourd’hui le fait de réaliser une photo « intime » avec son téléphone portable ou son smartphone et de l’envoyer à son/sa partenaire afin de le/la séduire ou bien le fait de réaliser avec lui/elle une vidéo (sextape) afin de garder un « souvenir » d’un moment d’intimité. Comme le souligne la chroniqueuse Maïa Mazaurette : « Le “sexting” combine sexe et texto… mais, ironiquement, le terme est mal choisi. D’abord parce qu’il y a bien longtemps que les applications de messagerie, comme celle de Facebook, ont détrôné le texto, mais surtout parce que le sexting s’est émancipé du pur textuel. On se sexte massivement par photos interposées ».

Une pratique qui entre dans les mœurs…

En 2013, 29 % des adultes interrogés dans le cadre d’un sondage IFOP affirmaient avoir déjà été destinataires de sextos et/ou de sextapes, 19 % avaient déjà envoyé des images les représentant nus ou dénudés et 10 % s’étaient déjà filmés avec leur partenaire en pleine action. La pratique semblait tout de même plus répandue chez les moins de 25 ans : 35 % avaient déjà reçu des « contenus », 26 % avaient déjà sollicité autrui pour qu’il en envoie, 26 % avaient déjà été sollicités pour en envoyer, et 25 % en avaient déjà envoyé. Concernant les adolescents (12-15 ans), ils étaient, en 2016, 7 % à avoir déjà réalisé des selfies intimes, généralement à destination de leur petit.e ami.e.

Un jeu de séduction… 

Le sexting est avant tout un jeu de séduction, fondé sur une relation de confiance : les contenus envoyés à autrui sont supposés « confidentiels ». Il relève du « préliminaire », a une valeur « programmatique ». On peut « sexter » à destination d’un.e partenaire actuel.le ou d’un.e partenaire à venir (via par exemple une application de « rencontre » comme Tinder). Bien évidemment, les « échanges érotiques » n’ont pas attendu les médias sociaux pour voir le jour… Comme l’explique la philosophe Elsa Godart, il ne s’agit pas d« un changement de la sexualité sur le fond, mais sur la forme. C’est une nouvelle manière de faire la cour ! Aujourd’hui l’effeuillage est devenu sextape ». Et en s’adonnant au sexting, les « adolescents ne font d’ailleurs en cela rien d’autre qu’imiter les adultes » (Bellon, Gardette, 2014 : 86).

…Mais une forme possible de cyberviolence

Le sexting devient cyberviolence dès lors que les photos ou les vidéos sont réalisées sous la contrainte : 4 % des adolescentes ayant déjà réalisé des selfies intimes se sont senties obligées de le faire, sous pression, notamment, de leur petit ami. Le sexting devient cyberviolence dès lors que les photos ou les vidéos sont réalisées sans le consentement de la personne qu’elles représentent, sans que cette dernière ait connaissance du fait qu’on soit en train de la photographier ou de la filmer. Le sexting devient cyberviolence dès lors que son/sa destinataire est dérangé.e ou choqué.e par une telle réception. Enfin, il devient cyberviolence dès lors que les photos ou vidéos, réalisées avec ou sans consentement, sont diffusées afin de nuire à l’image et à la réputation de la personne qu’elles représentent. On parle alors dans ce cas précis de revenge porn… [A suivre…]


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.