Les représentations du (cyber)harcèlement scolaire au cinéma

Dans ce billet, je vous propose d’évoquer la manière dont le harcèlement scolaire et le cyberharcèlement sont représentés au cinéma et plus particulièrement dans trois films de fiction relativement récents : Después de Lucia (Michel Franco, 2012), 1:54 (Yan England, 2016) et One Kiss (Ivan Cotroneo, 2016). Il ne s’agit pas de les analyser selon des critères artistiques ou esthétiques, mais au prisme des mises en intrigue et des images de la (cyber)violence qu’ils donnent à voir.

[Attention spoiler]

1/ Sexisme, homophobie et stéréotypes de genre

Les trois films mettent en exergue des aspects réalistes du (cyber)harcèlement, notamment son ancrage dans le sexisme, l’homophobie et les stéréotypes de genre. Alejandra (Después de Lucia) et Blu (One Kiss) sont victimes de slut shaming en raison d’une relation sexuelle qu’elles ont eue avec un garçon de leur lycée et qui a été filmée et diffusée en ligne. Tim et Francis (1:54), Lorenzo et Antonio (One Kiss) sont la cible d’insultes à caractère homophobe, parce qu’ils assument ouvertement leur homosexualité et/ou parce que leur comportement ne correspond pas aux normes de virilité hétérosexuelle en vigueur…

Si Alejandra remarque que son partenaire filme leurs ébats, elle pense que la vidéo restera « confidentielle ». Elle est donc terriblement désemparée quand elle se rend compte, dès le lendemain, qu’elle circule sur les réseaux sociaux. Quant à Blu, elle ignore pendant très longtemps avoir été filmée et pense qu’elle doit sa réputation de « fille facile » au simple fait d’ « avoir couché ».

La cyberviolence occupe une place importante dans les intrigues et plus particulièrement le revenge porn : pour Alejandra et Blu, il est l’élément déclencheur du harcèlement qu’elles subissent, alors que pour Tim – filmé en train d’avoir une relation sexuelle avec un autre garçon – il en constitue l’apogée, l’ultime brimade qu’on lui inflige et qui va le pousser dans ses retranchements.

2/ Les conséquences du harcèlement scolaire 

Le sentiment de honte, le silence observé pour protéger ses parents, l’isolement, ou encore la culpabilité sont également bien retranscrits dans les films de Michel Franco et de Yan England. Alejandra se replie sur elle-même. Seule contre tous depuis que ses amies lui ont tourné le dos, elle se terre dans le silence. Tim tait également ses souffrances. Il se réfugie dans l’athlétisme et défie son principal intimidateur au 800 mètres : une stratégie d’adaptation positive… qui ne durera qu’un temps.

L’expérience commune que font Blu, Antonio et Lorenzo (One Kiss) des brimades au sein de leur lycée renforce leurs liens amicaux et leur complicité, mais les conduit également à s’adonner à la cyberviolence. Pour se venger de leurs intimidateurs, ils publient des informations compromettantes à leur égard. Les harcelés deviennent à leur tour harceleurs, autre conséquence possible du harcèlement scolaire. 

3/ Des situations poussées à l’extrême 

Si les trois films semblent prendre le parti de refléter le vécu et les émotions des victimes de manière relativement réaliste, d’autres caractéristiques des situations dans lesquelles sont plongés les personnages sont poussées à l’extrême. Avant même le début de l’intrigue, tous ont déjà été fragilisés par la vie : Alejandra et Tim ont perdu leur mère, Antonio a perdu son frère, Lorenzo a grandi en foyer, Blu s’occupe d’une mère dépressive. La violence dont ils sont victimes apparaît alors comme la suite logique de leur malheur.

Le monde adolescent dans lequel ils évoluent est déconnecté du monde des adultes. Les figures d’autorité restent en retrait : des parents trop absorbés par leur propre souffrance (le deuil, la dépression) pour deviner celle de leur enfant et des enseignants qui ne mesurent pas la gravité des actes qui se déroulent sous leurs yeux, voire les ignorent. La violence se développe en toute impunité.

Et les trois films s’achèvent de manière tragique (suicide ou meurtre), laissant entendre que le (cyber)harcèlement ne pourrait avoir d’autre issue que la mort.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *