Qu’est-ce qu’une insulte ? D’après une Conf’Curieuse de Béatrice Fracchiolla

Les Conf’Curieuses sont des manifestations scientifiques à destination du grand public organisées par l’Université de Lorraine en partenariat avec le Grand Nancy et couvrant de larges domaines (médecine, sociologie, littérature, histoire, etc.). Ce jeudi 23 novembre, c’est Béatrice Fracchiolla, professeure des universités en sciences du langage et membre du Centre de recherche sur les médiations, qui a attisé notre curiosité. Spécialiste des violences verbales qu’elle étudie au prisme du genre, elle est venue parler « égalités des sexes, égalités des insultes ». Cette intervention a donc été l’occasion pour elle de proposer une définition assez complète de l’ « insulte ».

L’insulte et la violence verbale ayant une large place au sein des phénomènes de harcèlement scolaire et de cyberharcèlement, je vous propose un petit résumé de son propos à partir des quelques notes que j’ai prises ce soir-là. Pour celles et ceux qui souhaiteraient creuser la question, je vous renvoie vers cet article rédigé par notre conférencière et paru dans le Dictionnaire de la violence (2011), mais aussi à la rubrique « violence verbale » de la Bibliographie

Alors que dans le langage courant les termes « insulte » et « injure » sont souvent employés de manière équivalente, il est possible d’opérer une distinction entre les deux : l’ « insulte » est avant tout une violence verbale alors que l’ « injure » peut être verbale, mais aussi physique et renvoyer à des gestes ou des comportements adoptés en vue de blesser autrui. L’insulte relève donc de la violence verbale. Elle est plus précisément un terme impliquant un jugement de valeur négatif, un terme métaphorique, métonymique, ou encore hyperbolique, « associant souvent la personne visée à des animaux connotés négativement ou à des objets ou substances perçus comme dégoûtants » (Laforest et Vincent, 2004). C’est un acte social porteur de conséquences, un acte intentionnel, réalisé en vue de blesser.

L’insulte repose sur une interaction verbale impliquant a minima deux personnes et un objet : l’insulteur, l’insulté et l’insulte (le terme employé par l’insulteur). Lorsque l’interaction est duelle (Jean dit à Pierre : « Pauvre con ») on parle d’injure ou d’insulte « interpellative » (Larguèche, 2004). Mais lorsque Jean dit à Paul « Quel con » en parlant de Pierre, on parle d’insulte « référentielle ». Enfin, lorsque Jean, seul dans sa cuisine et venant de renverser sa tasse de café sur sa chemise blanche, dit « Merde », on ne parle plus d’insulte, mais de « juron ».

Une dimension stéréotypée est souvent revêtue par l’insulte, comme l’a montré Laurence Rosier, auteure d’un Petit traité de l’insulte (2006) et organisatrice depuis 2015 de l’exposition « Salope…et autres noms d’oiselles ». La linguiste classe l’insulte en quatre catégories : l’insulte raciste ou « ethnotype » qui renvoie à l’appartenance géographique de la personne que l’on insulte ; le « sociotype », lié à sa fonction sociale ou à sa profession (Ah, ces fonctionnaires…) ; l’insulte sexiste ou le « sexotype », renvoyant à son genre ou à son orientation sexuelle ; l’« ontotype », lié à son essence même. Ces quatre stéréotypies pouvant, bien sûr, se superposer… Et en disant long sur la mentalité et la vision du monde de la personne qui les profère…

Enfin, notons que le contexte dans lequel un terme est prononcé est à prendre en compte : je peux dire « T’es con » à un ami qui vient de me faire une blague sans chercher à le blesser. Notons aussi qu’il ne peut y avoir « insulte » que si et seulement si la personne ciblée par le propos insultant se sent blessée et s’estime insultée.

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.