Glossaire

Ce glossaire est mis à jour régulièrement. Les dernières entrées sont rédigées en vert, et non en vers 😉 

Alexithymie : du grec α (préfixe privatif), λέξις (mot, parole) et θυμός (sentiment, émotion), l’alexithymie désigne l’incapacité à identifier ses sentiments et émotions et à les exprimer. Plus particulièrement, il s’agit d’une incapacité à relier une expérience physiologique (tachycardie, bouffées de chaleur, tremblements) à l’émotion à laquelle elle renvoie (peur, joie, tristesse) et donc à la verbaliser. Les enfants alexithymiques risqueraient plus que d’autres d’être victime de harcèlement scolaire

Ambassadeur lycéen contre le harcèlement : élève qui se porte volontaire pour mener au sein de son propre lycée, ou au sein d’autres établissements (écoles et collèges inclus) de son académie, des actions d’information et de sensibilisation relatives au harcèlement scolaire et au cyberharcèlement. Il reçoit pour cela une formation d’une journée, dispensée par une personne qualifiée (p. ex. un référent harcèlement*), qui comprend une approche théorique du harcèlement entre pairs ainsi qu’une présentation des outils et moyens mis à sa disposition. Le dispositif, mis en place en 2015, peut être activé avec l’accord du chef d’établissement si au moins trois lycéens se portent volontaires. Au Royaume-Uni, un dispositif similaire est développé depuis 2011 par la fondation « The Diana Award » et financé par le « Department for Education ». A ce jour, plus de 24 000 « Anti-Bullying Ambassadors » ont été formés pour agir au sein de leur école.  

Blue Whale Challenge : challenge apparu en Russie en 2016, arrivé en France au printemps 2017, et consistant à relever 50 défis – généralement lancés par un « tuteur » via les réseaux sociaux – dont la dangerosité va crescendo : ne plus parler à personne, monter sur une grue, s’asseoir sur un toit les jambes dans le vide, regarder en pleine nuit des vidéos effrayantes, s’automutiler, se scarifier, etc. L’ultime défi consiste quant à lui à se donner la mort. L’expression « Blue Whale Challenge » (« défi de la baleine bleue »), fait référence à la croyance populaire selon laquelle les baleines bleues se suicident en s’échouant volontairement sur les plages. 

Body shaming : fait de se moquer, d’humilier, de couvrir de honte (shame [sb]) une personne en raison de l’apparence ou des imperfections de son corps (body). Le fat shaming consiste à se moquer d’une personne en raison de son surpoids ou de son obésité (fat). Le skinny shaming consiste à se moquer d’une personne en raison de sa maigreur (skin).

Bullycide : mot-valise anglais formé par la contraction des termes « bullying » (harcèlement) et « suicide » utilisé dans le langage familier pour désigner le suicide d’un adolescent que l’on impute au harcèlement dont il a été victime.

Dédipic : mot-valise formé par la contraction des termes « dédicace » et « picture » (photo) et qui renvoie au fait de poster en ligne une photo d’une partie dénudée de son corps sur laquelle on a écrit le nom de la personne à qui on souhaite la dédicacer. 

Doxxing : mot-valise anglais formé par la contraction des termes « document » et « tracing » (« traçage de document ») et renvoyant au fait de rechercher et de collecter des données et des informations personnelles relatives à un individu et de les publier en ligne à son insu dans le seul but de lui nuire. En ce sens, le revenge porn* participe du document tracing.

Empathie : du grec ἐν (dans, à l’intérieur) et πάθoς (souffrance, ce qui est éprouvé), l’empathie désigne la faculté de comprendre les émotions d’autrui, de percevoir ce qu’il ressent et, comme on le dit communément, de « se mettre à sa place ». Les enfants qui manquent d’empathie risquent plus que d’autres de se rendre auteurs d’actes de malveillance et d’intimidation. Dans le cas de la cyberviolence, une diminution de l’empathie de l’agresseur peut être provoquée par le fait que, caché derrière son écran, il n’ait pas accès au visage de sa victime et ne soit pas en mesure de percevoir ce qu’elle ressent à la lecture des insultes ou des menaces. La lutte contre le harcèlement scolaire passe donc, entre autres, par le développement des compétences émotionnelles et de l’empathie des élèves. Pour ce faire, différents dispositifs ludiques peuvent être mobilisés avec les plus jeunes. Enfin, il convient de distinguer l’ « empathie » de la « sympathie » (sentiment d’attraction, penchant naturel et chaleureux envers quelqu’un) et de la « compassion » (sentiment de pitié, désir de mettre fin à la souffrance d’autrui).

Fat shaming :  voir « body shaming »

Fire Challenge : challenge apparu au sein des réseaux sociaux en 2014 et consistant à asperger une partie de son corps d’un liquide inflammable, à y mettre le feu (fire) et à éteindre ce dernier le plus vite possible. L’action est filmée et diffusée en ligne.

Flaming : fait de publier au sein d’un média social, d’un forum ou de tout autre site une série de messages violents (insultants, menaçants, sexistes, racistes, homophobes) à destination d’une personne ou d’un groupe de personnes. 

Happy slapping : expression anglaise formée à partir des termes « happy » (joyeux) et « slap » (gifler) et qui renvoie au fait de filmer l’agression physique d’une personne avec un téléphone portable et de la publier en ligne. On parle également de vidéolynchage.

Hikikomori : terme japonais désignant une « personne qui vit en marge de la société », généralement recluse chez elle. Ce retrait de la vie sociale est souvent provoqué par « un choc émotionnel lié à une trop forte pression à l’école, au travail, ou à la maison », mais aussi à la suite d’un harcèlement scolaire ou ijime* que l’on a pu subir. Pour se soustraire aux brimades, au regard et aux jugements des autres, de jeunes japonais prennent la décision de ne plus quitter leur chambre. Ils y restent cloîtrés, passent leur temps à jouer ou à lire, n’ont que peu de contact avec leur famille. Le phénomène a été relaté dans différents mangas et dans le film De l’autre côté de la porte.

Hot Water Challenge : challenge apparu durant l’été 2017 aux États-Unis, consistant à se verser une casserole d’eau bouillante (hot water) sur la tête – ou à la verser sur celle de quelqu’un d’autre – et à filmer la scène afin de la diffuser en ligne. Il s’agit d’une déclinaison plus dangereuse mais moins engagée du Ice Bucket Challenge. 

Ice and Salt Challenge : challenge apparu au sein des réseaux sociaux en 2016 et consistant à verser une dose de sel (salt) sur son avant-bras, à y déposer un glaçon (ice) et à tenir le plus longtemps possible malgré la douleur et la sensation de brûlure. L’action est filmée et diffusée en ligne.

Ice Bucket Challenge, appelé aussi Cold Water Challenge : challenge apparu durant l’été 2014, consistant à se verser ou à se faire verser un seau (bucket) d’eau glacée (ice or cold water) sur la tête, à filmer la scène afin de la diffuser en ligne, puis à inviter un de ses « contacts » à relever le défi. Ce challenge a été mis en place pour récolter des fonds dans le cadre de la lutte contre la maladie de Charcot : une personne relevant le défi devait verser 10 dollars à l’association ASL (Amyotropic lateral sclerosis), une personne refusant de se prêter au jeu devait quant à elle en verser 100. L’association aurait au total collecté plus de 100 millions de dollars, grâce notamment à la participation de nombreuses célébrités. Des accidents provoqués par un choc thermique ont cependant été à déplorer. 

Ijime : terme japonais désignant le phénomène de rejet accompagné de brimades (psychologiques, physiques, matérielles) dont sont victimes certains élèves dans les écoles japonaises du fait de leur différence (p. ex. être d’origine étrangère, avoir des parents divorcés, être mal coiffé ou mal habillé, avoir de l’acné, etc.). Les brimades ciblant l’ijimerarekko (la victime d’ijime) émanent de quelques élèves qui reçoivent le plus souvent le soutien de l’ensemble de la classe. La victime se retrouve seule contre tous, et rares sont les personnes qui lui viennent en aide par peur d’être à leur tour prises pour cible et exclues du groupe. L’ijimequi est dépeint dans différents mangas – est donc une forme de harcèlement scolaire poussée à son extrême dans une société où le besoin d’appartenir à un groupe et de gommer ses différences pour être conforme aux normes est très fort. Comme le dit le proverbe, « Deru kui wa utareru »Le clou qui dépasse appelle le coup de marteau »). Comme toute forme de harcèlement, l’ijime a de graves conséquences : dépression, conduites suicidaires, et suicide dans les cas les plus tragiques. Il peut aussi provoquer une phobie sociale et pousser certains jeunes à se couper totalement de la société, à vivre en hikikomori*. Notons que l’ijime n’est pas propre à l’enfance ou à l’adolescence et que des adultes peuvent aussi en être victimes au sein de leur lieu de travail de la part de leurs collègues.

IRL : sigle de « In Real Life », expression anglaise signifiant « dans la vraie vie » et utilisée pour qualifier une rencontre ou un échange qui a « physiquement » lieu, c’est-à-dire qui se produit en « face-à-face » et non pas en ligne via messagerie électronique ou instantanée.

KiVa Koulu : programme finlandais de lutte contre le harcèlement scolaire développé entre 2006 et 2009 par l’Université de Turku à destination des élèves âgés de 7 à 13 ans. KiVa Koulu (que l’on peut traduire par « Belle École ») est aujourd’hui mis en œuvre dans la plupart des écoles de Finlande et met à leur disposition différentes ressources (cours, jeux en ligne, courts métrages, etc.) sur lesquelles elles peuvent s’appuyer pour mener des actions de prévention, d’éducation, mais aussi de traitement des situations de harcèlement. Le programme cible particulièrement la « majorité silencieuse », c’est-à-dire les « témoins passifs » qui voient mais ne disent rien. Il vise à développer leur empathie* et leur conscience de la souffrance des victimes pour modifier peu à peu leur comportement. Il prône également une approche « non punitive » des cas de harcèlement afin que ceux-ci soient réglés selon la méthode dite de « préoccupation partagée » développée par le psychologue suédois Anatol Pikas dans les années 1970 (cf. Méthode Pikas*).

Mean girls : terme signifiant « méchantes filles » utilisé dans les pays anglo-saxons pour qualifier un groupe de jeunes filles relativement populaires au sein de leur établissement scolaire qui s’en prennent à une tierce personne (le plus souvent une autre fille), l’insultent, la dénigrent, portent atteinte à sa réputation.

Méthode Pikas : méthode de traitement du harcèlement scolaire développée dans les années 1970 par le psychologue suédois Anatol Pikas, connue également sous le nom de « Méthode de la préoccupation partagée » et implantée en France par Jean-Pierre Bellon et Bertrand Gardette. Lorsqu’un cas de harcèlement est avéré, la méthode préconise d’intervenir en premier lieu auprès des harceleurs, en les invitant à se confier sur la situation de l’élève harcelé, à révéler ce qu’ils en savent, sans leur dire ouvertement que l’on sait qu’ils en sont les principaux responsables. Cela doit aboutir à une « préoccupation partagée » pour la victime, à une reconnaissance de sa souffrance et à la formulation de solutions qui permettraient d’améliorer sa situation et de faire cesser les brimades. Afin de casser la dynamique de groupe (principal moteur du harcèlement selon Pikas) et de leur permettre de s’exprimer librement, les élèves sont d’abord reçus individuellement. Une réunion collective à laquelle participe également l’élève harcelé est ensuite organisée. L’approche se veut « non punitive » : il ne s’agit ni de sanctionner les intimidateurs, ni de les faire culpabiliser, mais de leur faire prendre conscience de leurs actes et de leurs conséquences.

One Finger Selfie Challenge : challenge apparue au sein des médias sociaux en 2016 et consistant à prendre une photo de soi (selfie) entièrement nu devant un miroir en cachant ses parties intimes à l’aide de son index. Un jeu avec le miroir et l’angle de prise de vue crée un effet optique permettant à ce seul doigt (one finger) de masquer à la fois poitrine et entre-jambes.

Outing : fait de divulguer des informations intimes et /ou confidentielles sur une personne (ex: révéler, sans son consentement, son homosexualité). 

Revenge of the Nerds : expression utilisée par l’avocate américaine Parry Aftab (spécialiste du droit numérique) pour qualifier les actions de cyberviolence ou de cyberharcèlement qui émanent de personnes qui sont IRL victimes de violence ou de harcèlement et qui se servent de leurs compétences informatiques pour se venger de leur agresseur. Initialement « Revenge of the Nerds » est le titre d’un film américain sorti en 1984 (« Les Tronches » en français) racontant l’histoire de deux étudiants américains qui rejetés par les différentes fraternités de leur campus décident de créer leur propre loge.

Référent harcèlement: nommé par le Recteur d’académie, un référent harcèlement accompagne les établissements scolaires dans le traitement des situations de harcèlement entre pairs et en assure le suivi. Il convient de distinguer le « référent départemental » qui est chargé d’informer les chefs d’établissement de son département des situations signalées notamment via la ligne d’écoute 3020 et le « référent académique » qui joue plus un rôle de supervision et de coordination au sein de l’académie. Un référent harcèlement peut également être amené à dispenser des formations sur le terrain, à l’instar de la formation à destination des Ambassadeurs lycéens*, et se fait le relais des campagnes ministérielles contre le harcèlement scolaire.

Revenge porn ou porno-vengeance : action de se venger d’un(e) ex petit(e) ami(e) – le plus souvent après une rupture qui est mal vécue – en publiant en ligne des photos ou vidéos intimes voire à caractère explicitement sexuel. Le revenge porn, qui cible avant tout les femmes, peut également consister à ouvrir un site ou un profil en ses nom et prénom (cf. usurpation d’identité) et à la présenter comme une escorte ou une prostituée.

Roasting : fait de se moquer de quelqu’un, de le tourner en ridicule (roast [sb]). Le terme est aujourd’hui utilisé pour désigner une nouvelle pratique développée au sein des médias sociaux et consistant à demander à être ridiculisé publiquement. Concrètement, cela consiste à poster une photo de soi-même hashtaggée #roastme et donc à inviter ses contacts à la commenter « négativement », à réaliser à partir d’elle un montage ou un mème. Bien que le but initial soit de faire rire ou d’être moqué gentiment, il n’est pas rare que les commentaires s’enveniment et deviennent insultants voire humiliants.

Selfie : autoportrait photographique réalisé via smartphone et généralement destiné à être publié en ligne sur les médias sociaux tels que Facebook, Instagram, Snapchat ou Twitter.

Sexting : mot-valise anglais formé par la contraction de « sex » (sexe) et de « texting » (envoi de SMS) désignant le fait d’envoyer, via smartphone, un texto, une photographie ou encore une vidéo à caractère explicitement sexuel. Le sexting peut être réalisé volontairement par une personne dans le but de séduire son/sa partenaire, mais il peut aussi être réalisé dans le but de nuire à la personne représentée sur une photographie ou dans une vidéo (cf. revenge porn).

Sextorsion : terme formé par la contraction de « sexe » et d’ « extorsion » qui renvoie au fait de convaincre une personne de réaliser des photos ou vidéos intimes voire à caractère explicitement sexuel, puis de la menacer de les publier en ligne si elle ne verse pas une somme d’argent. La sextorsion est aussi appelée « chantage à la webcam ».

Sharenting : mot-valise anglais issu de la contraction des termes « sharing » (partage) et « parenting » (parental) désignant le fait de publier des photos de ses enfants au sein des réseaux sociaux, la plupart du temps sans leur consentement et sans réfléchir aux conséquences que ces publications pourraient avoir à moyen/long terme (question du non-respect du droit à l’image, sentiment de dévalorisation que pourront ressentir les enfants une fois adolescents, utilisation de ces « données » par les plateformes à des fins commerciales et publicitaires, aspiration des photos à des fins pédopornographiques, etc.).

Slut shaming : expression anglaise formée à partir des termes « slut » (salope) et « shame » (couvrir de honte) et qui renvoie au fait de blâmer ou de déconsidérer une jeune fille pour sa tenue vestimentaire, son maquillage ou encore son activité sexuelle parce qu’ils ne correspondent pas aux normes en vigueur dans un groupe d’adolescents ou tout simplement à dessein de lui nuire.

Skinny shaming : voir « body shaming »

Upskirting : fait de prendre une photo de l’entrejambe d’une fille ou d’une femme en plaçant un appareil photo en dessous de sa jupe (skirt) sans qu’elle s’en rende compte et de la partager en ligne. Une jeune anglaise, victime en août 2017 d’upskirting alors qu’elle assistait à un concert, se bat désormais pour faire reconnaître cette pratique comme agression sexuelle. D’autres cas d’upskirting ont en outre été dénoncés ces derniers mois au Royaume-Uni par des enseignantes, lycéennes et étudiantes. 

Vengeful Angels : expression utilisée par l’avocate américaine Parry Aftab (spécialiste du droit numérique) pour qualifier les actions de cyberviolence ou de cyberharcèlement qui émanent de personnes qui se servent de leurs compétences informatiques pour venger les victimes de violence ou de harcèlement et punir les agresseurs.