Le harcèlement scolaire

Comme je l’ai évoqué dans le « paratexte », ce carnet vise à analyser les formes de violence et de harcèlement en ligne exercées par les jeunes en contexte scolaire ou post-scolaire ainsi que les discours sociaux qui les entourent. Mais avant de définir ce que j’entends par « cyberviolence » et « cyberharcèlement », je propose de consacrer ce premier billet au « harcèlement scolaire ».

Le harcèlement dans la littérature

Selon Jean-Pierre Bellon et Bertrand Gardette (2016 : 81), « ce sont les écrivains qui ont donné les premières descriptions du [harcèlement scolaire] sans le nommer ainsi ». La littérature classique regorge en effet de personnages moqués, voire brimés par leurs pairs. Dans les Mémoires d’un fou, roman de jeunesse de Gustave Flaubert, publié à titre posthume (1901), le narrateur nous confie avoir « été tracassé par [s]es maîtres et raillé par [s]es camarades » tout comme l’a été Daniel Eyssette, dit le Petit Chose (Alphonse Daudet, 1868), à cause de sa fragilité et de la pauvreté de ses parents. Dans La cicatrice (Bruce Lowery, 1960), le jeune Jeff se livre : « Tout a commencé parce que j’ai un vilain visage : un bec de lièvre qu’à la maison on appelle pudiquement « ma cicatrice ». Ma mère en est si malheureuse… […] À l’école, à cause de cette cicatrice, les autres se moquaient de moi, et même me faisaient subir toutes sortes d’avanies, de méchancetés et de menaces ». Ce défaut sur son visage lui vaut le surnom de « grosses lèvres » et l’exclusion du groupe. Dans Tom Brown’s schooldays, Thomas Hughes (1857), lui, brosse le portrait du tyrannique Harry Flashman : « il ne laissait jamais passer la moindre occasion de dire ou faire du mal », « était expert en toutes les formes de torture, mais avant tout avait l’art de dire des paroles blessantes et cruelles ». Quant à l’élève Törless (Robert Musil, 1906), il ne subit ni ne fait subir, mais est témoin de brimades face auxquelles il a du mal à se positionner : doit-il se ranger du côté du plus faible… ou des plus forts ? Enfin, on pourrait également ajouter à cette liste les humiliations que font subir les garçons de Longeverne à ceux de Velrans dans la Guerre des Boutons (Pergaud, 1912) ou encore les cruautés que les écoliers anglais, livrés à eux-mêmes, s’infligent mutuellement dans Sa Majesté des mouches (William Golding, 1954).

Sobriquets, moqueries, insultes, bousculades, croche-pieds, coups de poing, vol ou détérioration du matériel, crachat dans l’assiette à la cantine, rabaissement, humiliation, tels sont les méfaits qu’ont subis des générations d’enfants et d’adolescents dans l’enceinte ou sur le chemin de l’école et que subissent encore aujourd’hui près de 700 000 élèves français, soit 10 % d’entre eux.

Premières théorisations du « harcèlement scolaire » 

Longtemps considéré comme un épiphénomène de cours de récréation, comme des « histoires de gosses » qui « ont toujours existé », des choses par lesquelles il faut passer pour s’endurcir et apprendre à vivre en société, le harcèlement scolaire devient objet de recherche en sciences sociales dans les années 1970 et est pour la première fois théorisé dans les travaux de deux psychologues scandinaves : Anatol Pikas et Dan Olweus. Le premier qualifie cette forme particulière de violence entre pairs de « mobbing », terme anglais formé à partir du verbe to mob (attaquer, assaillir) et renvoyant à the mob (la foule), alors que le second choisit le terme « bullying », formé à partir du verbe to bully (maltraiter, tyranniser) et renvoyant à la figure du bully (la brute, le tyran). « Derrière ce qui pourrait apparaître comme une simple différence de terminologie, on voit clairement se profiler deux approches très différentes » (Bellon, Gardette, 2016 : 15), deux visions, quasi antagonistes, d’un même phénomène.  Pour Pikas, les actions de violence entre pairs se caractérisent avant tout par leur dimension groupale : le groupe exerce une pression sur ses membres les poussant à commettre des méfaits. A contrario, Olweus considère que c’est la personnalité agressive, voire perverse, d’un individu, qui le conduit, seul ou en groupe, à s’en prendre violemment à autrui. L’agresseur-type est pour lui un individu impulsif, avide de dominer et de soumettre l’autre, jouissant des souffrances qu’il lui fait endurer, et qui évolue la plupart du temps dans un cadre familial soit trop laxiste, soit trop répressif. C’est une approche psychologisante « qui tend à individualiser le problème et à n’en rendre responsable que l’agresseur ou la victime, parfois la famille, en minimisant l’influence du contexte socio-économique et celle des institutions. […] Être victime ou agresseur devient alors le cumul de traits de caractère qui culminent chez les agresseurs dans une personnalité antisociale » (Debarbieux, 2006 : 118).

C’est pourtant le terme bullying – et plus particulièrement school bullying – qui s’est imposé dans les pays anglo-saxons et qui a été traduit en France par « harcèlement scolaire »,  lors de la traduction des travaux d’Olweus : Violence entre élèves, harcèlement et brutalité (1999). Dans la préface, Jacques Pain admet que  « traduire bullying n’a rien d’une sinécure ». Il a lui-même proposé le néologisme « malmenance » mais c’est « harcèlement » qui l’a emporté.

La lutte contre le harcèlement scolaire en France

Alors que la plupart des pays nord-européens et anglo-saxons ont mis en place des réflexions et des dispositifs de prévention relatifs au harcèlement scolaire depuis plusieurs décennies, le phénomène est longtemps resté, en France, englobé dans les questions et les débats sur la violence scolaire en général (Catheline, 2015). Ce n’est qu’au début des années 2010, à l’initiative de Luc Chatel, alors ministre de l’Éducation nationale (2010-2012), et de son conseiller, le magistrat Laurent Bayon, que des actions concrètes sont mises en places, actions poursuivies par Vincent Peillon (2012-2014) et Najat Vallaud-Belkacem (2014-_).

La lutte contre le harcèlement scolaire a ainsi été inscrite dans la loi de refondation de l’école du 8 juillet 2013. Une campagne de sensibilisation (« Agir contre le harcèlement scolaire ») a été lancée en novembre 2013. Un site Internet ministériel a été mis en ligne, proposant différentes ressources (guides pédagogiques, outils de sensibilisation, recommandations d’actions destinées aux enfants victimes, témoins ou auteurs de harcèlement, ainsi qu’aux parents et aux enseignants). Un numéro vert à quatre chiffres (3020) a été ouvert en 2015 : accessible de 9 à 20 heures en semaine et de 9 à 18 heures le samedi, il s’inscrit en complément du numéro vert « net écoute » (0 800 200 000) géré par l’association e-Enfance mais avant tout dédié au cyberharcèlement. Le prix « Mobilisons nous conte le harcèlement » a été créé en 2013 et récompense, chaque année dans chaque académie, les élèves ayant réalisé les meilleurs plan de prévention et support de communication. Une journée de mobilisation nationale pour dire « Non au harcèlement » aura désormais lieu chaque premier jeudi de novembre. La première a été lancée le 5 novembre 2015 et la seconde s’est déroulée le 3 novembre 2016. Un parcours m@gistère « Ressources sur le harcèlement entre pairs en milieu scolaire » est ouvert aux personnels de toutes les académies.

Telles sont les principales actions mises en place par le ministère au cours des cinq dernières années. Je précise qu’en « local », au sein de chaque académie et de chaque établissement, il existe également des dispositifs de prévention et d’éducation, mais c’est un point sur lequel je reviendrai beaucoup plus longuement dans mes futurs billets.

Les caractéristiques du harcèlement scolaire 

Où s’arrête la brimade, où commence le harcèlement ? Selon Hélène Romano (2015 : 22) pour que les brimades ou les violences subies par un élève puissent être qualifiées de harcèlement, elles doivent remplir cinq « critères » : (1) relever d’une intention de nuire, c’est-à-dire être réalisées volontairement dans le seul objectif de blesser la personne qu’elles ciblent ; (2) s’inscrire dans un processus de répétition, de réitération, un acte isolé et ponctuel ne peut être considéré comme du harcèlement ; (3) s’inscrire dans une relation asymétrique, au sens où l’émetteur des brimades exerce une domination (physique, psychologique) sur sa cible ; (4) provoquer chez cette dernière un sentiment d’insécurité, (5) ainsi qu’une blessure psychique.

La répétition est cependant une question délicate, car il est impossible de définir un nombre précis à partir duquel la brimade devient harcèlement. Comme le souligne la psychologue, tout dépend du « seuil de tolérance [qui] varie inévitablement d’un individu à un autre ».  Les répercussions (somatiques, psychologiques, scolaires, familiales ou encore sociales) peuvent ainsi être nettement plus importantes chez un élève qui a été harcelé au cours d’un seul et unique trimestre que chez un élève ayant subi des brimades tout au long d’une année, voire durant toute sa scolarité.

Concernant la relation asymétrique propre à toute situation de harcèlement, si elle peut être rendue possible par le tandem « émetteur sadique – récepteur masochiste », elle résulte tout de même plus dans la majorité des cas du phénomène de groupe évoqué supra : un élève est ciblé par un groupe composé d’un meneur et de suiveurs. Il peut parfois recevoir de l’aide ou du soutien de la part d’un défenseur (le meilleur ou la meilleure ami(e)) mais, sous la pression du groupe, il n’est pas rare que ce dernier se désolidarise. De même, il existe un certain nombre d’observateurs extérieurs qui « voient mais ne disent rien », généralement par peur des représailles. L’élève cible se retrouve donc seul contre tous.

Quant au lieu et au temps du harcèlement, ils sont relativement variables. Il se manifeste principalement au sein même de l’établissement, dans la cour de récréation, dans les couloirs, à la cantine mais aussi dans les salles de classe. Les activités scolaires qui se déroulent hors de l’établissement (sorties sportives ou culturelles) sont aussi propices au prolongement des attaques, tout comme le trajet scolaire ou les activités extrascolaires où la cible peut à nouveau croiser la route de ses assaillants. Enfin, la maison, qui constituait il y a encore quelques années un lieu de répit et de repos, est également devenue, sous certains aspects, un lieu potentiel de harcèlement par le biais des smartphones et des médias sociaux, nouveaux canaux de diffusion de messages insultants, violents, menaçants. C’est un point que je ne détaillerai ni ne commenterai également pas ici, mais sur lequel je reviendrai plus tard.

Approche critique de la notion de « harcèlement »

Bellon et Gardette (2016 : 20) se livrent à une critique de l’emploi du terme « harcèlement » pour désigner ces formes particulières de violence entre pairs, « un terme relatif à des comportements pervers ou déviants d’adultes pour qualifier des pratiques enfantines ou adolescentes », un terme qui renvoie avant tout au harcèlement « moral » et au harcèlement « sexuel » ainsi qu’aux « manipulations » et « perversions » qui les entourent. Bien qu’ils ne nient pas le fait que certains jeunes puissent être dotés d’une structure psychique perverse ou ne puissent ressentir aucune empathie à l’égard des personnes qu’ils malmènent, ils soulignent que « [p]armi l’ensemble des situations de brimades entre élèves qu'[ils ont] pu observer, très rares sont celles qui relèvent d’une logique perverse; les intimidateurs de cour d’école ne deviendront pas mécaniquement les pervers narcissiques de demain; et l’on commettrait autant une erreur qu’une faute en induisant à partir de comportements de l’enfance on ne sait quelle prédiction engageant l’avenir ». Dans les pays anglo-saxons le terme « harassment » est ainsi réservé au harcèlement entre adultes et c’est le terme de « bullying » qui est donc privilégié, mais également de « mobbing » tout comme au Québec où l’on parle d’ « intimidation » et de « cyberintimidation » à l’école.

Partisans de l’approche pikassienne, les deux auteurs insistent à plusieurs reprises sur le fait que c’est la pression que le groupe exerce sur ses membres et la peur qu’il peut leur inspirer (peur d’être rejeté, peur des représailles) qui les poussent le plus souvent à s’engager dans des actions et des comportements violents. En considérant le pouvoir performatif des mots on ne peut que partager leur point de vue et prôner un emploi mesuré du terme « harcèlement ». En outre, si la forte médiatisation qu’a connu ces dernières années le « harcèlement scolaire » semble avoir porté ses fruits (diminution des agressions de 15% au collège entre 2010 et 2014, des langues qui se délient beaucoup plus facilement), il faut cependant être vigilant quant aux dérives que pourrait générer une surmédiatisation du « phénomène » et qui consisteraient à considérer trop rapidement et trop systématiquement comme « harcelants » des actes qui ne le seraient pas.