L’Association Contre les Violences Scolaires et Extra-scolaires (ACVS-49) : entretien avec Oliver Laurendeau

Olivier Laurendeau est le fondateur et le président de l’Association Contre les Violences Scolaires et Extra-scolaires (ACVS-49@ACVS49 ) dont le siège social est à Montreuil-Juigné dans le Maine-et-Loire. J’ai eu le plaisir de l’interroger sur les actions que mène son association dans le cadre de la lutte contre le harcèlement et les violences scolaires.

Pouvez-vous nous dire quand et comment est née votre association, mais aussi quelles en sont les principales actions ?

Nous avons créé l’association en mai 2013 suite au harcèlement subi par notre fils aîné et surtout suite à sa tentative de suicide le 4 février 2012. Nous agissons sur deux champs. Le premier est l’écoute, le soutien et l’aide aux victimes de harcèlement et à leur famille. Et le second regroupe les actions de prévention dans les établissements scolaires, de la grande section au BTS, et les actions de sensibilisation des adultes lors de conférences. Nous formons aussi les professionnels de l’éducation, de la santé et de l’animation.

Quels sont les outils sur lesquels vous vous appuyez ?

Pour mener à bien nos actions, nous avons créé un livre sur le bien-vivre ensemble à destination des écoles maternelles et des écoles primaires : Une nouvelle école pour Léo. Pour les autres niveaux (le collège, le lycée), nous travaillons sous forme d’échanges et de débats, d’apport de définitions, de visionnage de films…  

Intervenez-vous essentiellement dans le Maine-et-Loire ?

Oui, nous intervenons essentiellement sur le Maine-et-Loire et menons une prospection ciblée, mais nous sommes aussi très largement demandés sur la région des Pays de la Loire.

Pouvez-vous nous dire quelques mots sur le collectif You Are Heroes dont l’ACVS-49 est membre ?

You Are Heroes est un collectif d’acteurs (d’associations, de personnes) qui luttent contre le harcèlement scolaire. Ce collectif est piloté par l’association Les Parents. Le but est de mutualiser des outils, des actions, mais aussi de rendre visibles toutes les actions « terrain » des différents membres du collectif.

Êtes-vous satisfait de la manière dont l’éducation nationale, à qui on a souvent reproché de rester indifférente au harcèlement scolaire, s’est engagée ces dernières années dans la lutte contre le phénomène ?

Je pense que l’Éducation nationale a pris en charge la lutte contre le harcèlement scolaire et s’est dotée de bons outils. Nous sommes complémentaires avec l’action du ministère, car nous agissons sur le terrain et relayons leurs actions. Il faut maintenant que les enseignants soient formés à la détection du harcèlement.

Quel rôle les parents ont-ils à jouer dans la lutte contre le cyberharcèlement qui peut avoir lieu au sein de l’école, mais qui se déroule tout de même la plupart du temps en dehors des temps scolaires ? 

Les parents doivent être vigilants quant à l’utilisation que font leurs enfants d’Internet et des réseaux sociaux. Il faut former nos jeunes et rester en veille sur cette nouvelle technologie. Il y a trop de jeunes aujourd’hui qui se retrouvent seuls devant Internet, avant le collège, et qui utilisent parfois mal cet outil, pour insulter, se moquer de leurs camarades…

Je vous remercie pour vos réponses et vous souhaite une très bonne continuation.

 

« Mon combat de ronde » : entretien avec Valentine Miraglia

Dans son livre Harcèlement en milieu scolaire, la psychologue Hélène Morano nous explique que pour faire face à la violence dont ils sont victimes, certains enfants et adolescents mettent en place des stratégies d’adaptation négatives consistant à adopter un comportement d’évitement (éviter les temps de récréation, les sorties scolaires, manquer des cours) ou à s’engager dans des conduites auto-agressives (automutilation, fugue, consommation de produits illicites), voire dans des conduites suicidaires. D’autres, au contraire, réussissent à puiser dans leurs ressources antérieures et dans leurs capacités d’auto-efficacité et parviennent plus facilement à surmonter leur souffrance et à mettre en place des stratégies d’adaptation positives : recherche d’information sur le harcèlement scolaire, identification des acteurs susceptibles de leur venir en aide, investissement dans les activités sportives ou culturelles, engagement dans des associations spécialisées ou création de leur propre association. L’écriture et le militantisme sont aussi une voie possible, voie qui a été choisie par Mathilde Monnetauteure de 14 ans, harcelée, par Noémya Grohan, auteure de De la rage dans mon cartable et présidente de Généraction solidaireNicolas Bouvier, auteur d’une trilogie sur le sujet, et plus récemment par Valentine Miraglia que j’ai eu le plaisir d’interroger. 

Bonjour Valentine, pouvez-vous vous présenter ?

Bonjour, je m’appelle Valentine Miraglia, j’ai 20 ans, j’habite à Avion, dans le Pas-de-Calais. Je suis actuellement à la recherche d’un emploi.

Il y a quelques mois, vous avez publié « Mon combat de ronde » aux éditions Netbook. Comment est né ce livre ?

Ce livre est né du journal intime que j’ai tenu pendant plusieurs années.

On comprend en vous lisant que vous avez souvent été victime de moqueries et d’insultes de la part de vos camarades, en raison principalement de votre poids… Quand tout cela a-t-il commencé ? 

Cela a commencé en fin de primaire, mais, vu mon jeune âge, je n’en ai pas tenu compte… Je dirais que cela a vraiment commencé dès ma première année au collège, mais que les choses se sont améliorées dès le lycée.

Avez-vous également été victime de cyberharcèlement  ?

Non, je n’ai pas été victime de harcèlement sur les réseaux sociaux.

Vous dîtes dans votre livre : « J’écris ce livre avec les larmes aux yeux, en espérant que le message, que je veux vous faire passer, passera ». Est-ce que ce livre est la première étape d’un engagement dans la lutte contre le harcèlement scolaire ? Pensez-vous par exemple rejoindre le monde associatif et intervenir dans les établissements scolaires ?

J’ai voulu en écrivant ce livre faire ressentir mon mal-être en tant que victime, car je ne suis malheureusement pas un cas isolé. J’aimerais, par ces aides médiatiques, aider les personnes à en parler, chose que moi je n’ai pas faite. On m’a proposé de rejoindre une association…  Je vais les contacter d’ici quelques jours. Concernant les interventions en milieu scolaire, cela est en train de se mettre en place.

Justement, j’ai lu sur le site de La Voix du Nord que vous aviez présenté votre livre à un public d’adolescents il y a quelques jours. Comment s’est passée cette rencontre ?

Tout d’abord, c’était pour moi la première fois que je présentais le livre devant des personnes. J’avais le stress au début, puis finalement j’ai sauté le pas et j’y suis arrivée. J’ai surpassé ma timidité pour parler d’un sujet qui me touche énormément. C’est Zineb Bouziane, l’adjointe au maire d’Avion, qui a tout organisé. C’était donc des jeunes de 11 à 19 ans ou même plus, des jeunes du CAJ (Centre d’Animation Jeunesse) et des jeunes de la Maison de l’Enfance. J’ai eu un très bon contact avec eux. Ils m’ont posé beaucoup de questions, et c’est avec plaisir que je leur ai répondu.

Je vous remercie d’avoir répondu à mes questions et je vous souhaite beaucoup de réussite dans vos nouveaux projets.

L’éducation aux médias et à l’information : entretien avec Juliette Filiol, professeure documentaliste en lycée

Juliette Filiol est professeure documentaliste au lycée Albert Einstein de Sainte-Geneviève-des-Bois (académie de Versailles), formatrice, blogueuse sur cinephiledoc et twitteuse @JFiliol. En ce début d’année scolaire, j’ai le plaisir de l’interroger sur l’éducation aux médias et à l’information (EMI) mais aussi sur la manière dont le professeur documentaliste peut aider les élèves à gérer leur présence en ligne et s’inscrire comme un acteur de la lutte contre le cyberharcèlement à l’école.

Pouvez-vous nous rappeler quels sont les objectifs de l’éducation aux médias et à l’information ?

L’objectif principal de l’EMI est de permettre aux élèves d’apprendre à exercer une citoyenneté informationnelle et numérique. Il s’agit notamment de les sensibiliser à la pluralité des sources d’information, à la complexité actuelle de leur univers informationnel, et d’éveiller leur esprit critique. Pour répondre à ces objectifs, l’enseignant peut s’appuyer sur des documents tels que le dossier EMI sur Eduscol ou la matrice EMI proposée par le groupe TraAM Documentation de l’académie de Toulouse. Cette matrice propose 6 grands objectifs, organisés en quatre facettes (Information documentation, Éducation aux médias, Culture numérique et Citoyenneté et éthique) ainsi qu’une progression du cycle 3 au lycée.

Dans le cadre de l’EMI, les élèves sont à la fois consommateurs et auteurs de l’information : l’objectif de l’EMI, tel que le rappelle notamment la matrice, est de les amener progressivement de la posture du consommateur à celle d’acteur. Il s’agit par exemple de confronter les élèves aux différents supports et sources d’information, et de les former à l’usage autonome d’un centre de ressources, à évaluer l’information et sa fiabilité, à maîtriser leur identité numérique et à publier une information de manière responsable.

Pour mettre en œuvre l’EMI, l’enseignant peut notamment s’appuyer sur les dispositifs tels que les EPI (Information, communication, citoyenneté), sur les différents parcours, notamment le Parcours citoyen, mais aussi sur la plateforme PIX qui permet d’évaluer les compétences numériques des élèves, de la 4e au lycée. Évidemment, l’EMI recouvre des objectifs, des réalités et des possibilités de mises en œuvre qui ne peuvent être résumés ici de manière exhaustive, c’est aussi ce qui fait sa richesse et sa complexité.

Quelles sont les actions et les initiatives qui sont mises en place dans votre académie dans le cadre de l’EMI ?

Dans l’académie de Versailles où j’exerce, nous avons la chance de disposer d’un site dédié à l’éducation aux médias et à l’information. Le site propose des dossiers thématiques (webradio, WebTV, journal) pour faciliter la mise en place d’un média scolaire en établissement. Il recense également des initiatives réalisées dans l’académie.

Depuis 3 ans, nous avons une journée académique consacrée à l’EMI, sur une thématique précise. J’y ai participé il y a un an, lorsque la journée traitait la thématique suivante : « Faire publier les élèves, un levier pour s’informer et informer ». Y intervenaient notamment l’ancienne directrice du CLEMI, Divina Frau-Meigs, ainsi que des enseignants présentant des projets, comme Lionel Vighier, enseignant de français proposant une séquence sur les théories du complot, ou Isabelle Poulain, professeure documentaliste, animant un atelier sur l’évaluation de l’information. En 2017, la thématique était centrée sur la Web TV.

Pour l’année 2017-2018, l’académie a été retenue pour participer aux Travaux Académiques Mutualisés en EMI, sur la thématique « Enseigner les communs dans l’École du 21e siècle : quelle gouvernance dans les disciplines ? Communs, numérique, connaissance, esprit critique, bigdata, créativité », ce qui va certainement impulser des pratiques et des initiatives au-delà des membres de l’équipe retenus pour ces travaux.

Enfin, et sans oublier les partenaires tels que le CLEMI et les ateliers CANOPÉ, les nombreuses webradios et WebTV, ainsi que les séquences mises en ligne par les collègues enseignants, il existe un groupe de travail EMI mis en place dans l’académie, et de nombreuses formations continues sont proposées par le PAF aux enseignants.

Vous avez évoqué plus haut le fait d’apprendre aux élèves à « maîtriser leur identité numérique » et à « publier une information de manière responsable »… Selon vous, comment le professeur documentaliste peut-il aider les élèves à gérer leur présence en ligne et leur identité numérique ?

Le professeur documentaliste peut intervenir de différentes manières. Dans le cadre de la gestion du CDI, il peut proposer une politique d’acquisition prenant en compte des publications récentes sur le sujet. Je pense notamment aux ouvrages Les Réseaux sociaux, comment ça marche ? ou Terra Data : qu’allons-nous faire de nos données numériques ?

Via le portail documentaire e-sidoc ou via d’autres moyens de communication qu’il utiliserait avec les élèves, il peut leur indiquer des sites internet comme Internet sans crainte ou le site de la CNIL. Il peut aussi installer des expositions et des affiches, je pense par exemple aux affiches proposées par la CNIL : « 10 conseils pour rester net sur le net ». L’idéal est évidemment de mettre en place des séquences pédagogiques sur le sujet (l’un des objectifs de la matrice EMI étant « Assumer une présence numérique ») à travers des dispositifs tels que les différents parcours, l’EMC, les EPI… Une de mes collègues, Sandrine Duquenne, propose sur son portail e-sidoc une rubrique dédiée à l’EMI : nous avions travaillé ensemble sur une infographie à proposer aux élèves sur l’identité numérique, elle propose aussi des séances pour ses élèves de 2nde ainsi que, dans le cadre de la liaison collège / lycée, une présentation sur les données personnelles.

Pour ma part, j’ai surtout travaillé avec les élèves en 2nde et en 1ère, dans le cadre de l’EMC, sur la présence numérique des candidats à la présidentielle, sur l’identité (culturelle, professionnelle, numérique) via la réalisation de schémas heuristiques, et sur l’identité numérique via des sondages aux élèves (les faire taper leur nom sur Google, observer les résultats, voir ce qui apparaît de leurs traces).

Et cela ne tient pas compte de l’accompagnement quotidien que le professeur documentaliste peut apporter aux élèves lorsqu’ils viennent librement au CDI !

Et comment peut-il s’inscrire dans la lutte contre les dérives possibles que sont les phénomènes de cyberviolence et de cyberharcèlement ? Je pense notamment à tout ce qui est insulte en ligne ou diffusion de photos compromettantes…

Il peut s’appuyer sur des sites institutionnels proposés. En termes de prévention, et en collaboration avec les autres membres de la communauté éducative, il peut mettre en place des séances de sensibilisation à ces questions (vie privée, comportement sur les réseaux sociaux), et encore une fois, acquérir des ressources sur le sujet. Il peut faire intervenir des partenaires extérieurs (association, police…) et lui-même intervenir dans le cadre des différentes instances de l’établissement, en particulier le CESC (comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté). Il peut se rapprocher de l’équipe de vie scolaire et du personnel médical et social de l’établissement (infirmière, médecin scolaire, COPsy, assistante sociale). En termes de lutte, il peut se rapprocher de l’équipe éducative, en particulier de la vie scolaire et du chef d’établissement afin que la situation soit gérée au mieux.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune professeur (documentaliste ou autre) qui serait confronté à un cas de cyberviolence ?

J’ai été confrontée deux fois depuis le début de ma carrière à des cas de cyberviolence et de cyberharcèlement. La première fois, après avoir constaté ce cas, j’ai immédiatement prévenu le CPE de mon établissement, qui a convoqué les élèves concernés, et le cas s’est réglé relativement facilement. La deuxième fois, l’élève concerné avait utilisé les réseaux sociaux pour se venger d’une situation de harcèlement, et cela s’était retourné contre lui, ce qui pour moi était assez inédit. J’ai été confrontée à l’élève, car j’avais une relation de confiance avec lui, et j’ai tenté, par le dialogue, de le calmer, avant qu’il soit pris en charge par la vie scolaire.

Les conseils que je donne sont les suivants : observer la situation et chercher à avoir le plus d’éléments tout en restant à distance et en se protégeant et en protégeant les victimes ; ne pas rester isolé face à cette situation ; prévenir sa hiérarchie et s’appuyer sur des collègues et des partenaires en qui on a confiance ; ne pas culpabiliser et penser qu’il y a une bonne conduite à tenir : telle réaction va fonctionner dans une situation, et va s’avérer inefficace dans une autre (l’important est d’être sûr d’avoir fait tout son possible pour l’élève en question) ; mettre en place une ou des séances de sensibilisation au harcèlement si cela n’a pas déjà été fait.