Intervention au colloque « Les frontières de l’image », Perpignan, 6-7 septembre 2017

Voici le diaporama de mon intervention de ce jour au colloque « Les frontières de l’image »  (Programme frontières de l’image) organisé par l’Université de Perpignan Via Domitia (UPVD) : Le cyberharcèlement par l’image. Le texte de l’intervention sera publié plus tard dans les actes du colloque, mais en voici un résumé :

Chaque année, environ 10 % des élèves sont victimes de harcèlement scolaire, c’est-à-dire de brimades et de violences, physiques et psychologiques, qui sont exercées de manière répétée à leur encontre et dont les conséquences sont parfois terribles : repli sur soi, perte de confiance en soi, troubles du sommeil, anxiété, état dépressif, conduites auto-agressives et, chez les plus fragiles, conduites suicidaires. S’il y a quelques années encore les victimes trouvaient un peu de répit une fois qu’elles sortaient de l’école, il est aujourd’hui monnaie courante que leurs assaillants les poursuivent en dehors des temps scolaires, et ce, par le biais des smartphones et des médias sociaux. Le harcèlement devient alors cyberharcèlement. Ce dernier prend différentes formes : insultes en ligne, happy slapping ou encore publication de photographies compromettantes (photos truquées, selfies intimes). Il n’est pas rare que des élèves – des filles, mais aussi des garçons – soient confronté-e-s à des cyberviolences à caractère sexuel par textos, photos, vidéos, ou bien qu’ils réalisent des selfies intimes qui peuvent parfois être publiés sans leur accord suite à une rupture amicale ou sentimentale (revenge porn). Après avoir présenté différents cas de cyberviolence qui ont fait l’actualité ces dernières années en France, mais aussi à l’étranger (diapos 3 à 7), nous interrogeons le rapport que les adolescents entretiennent aux médias sociaux ainsi qu’à leur(s) image(s) (diapos 8 à 13), puis nous réfléchissons aux « éducations à… » qui peuvent être mobilisées pour lutter contre le (cyber)harcèlement : éducation aux médias et à l’information, éducation à l’image, à l’empathie, au respect des autres et de soi, etc. (diapos 14 à 15). L’objectif de cette intervention est aussi de montrer que si la cyberviolence entre adolescents est bien une réalité, elle est loin de constituer le principal projet communicationnel qu’ils développent au sein du Web. Ce dernier reste avant tout et principalement pour eux un terrain de jeu, un lieu de socialisation, de construction identitaire, de partage d’information, de valorisation d’une passion, d’apprentissage…

 

 

L’éducation aux médias et à l’information : entretien avec Juliette Filiol, professeure documentaliste en lycée

Juliette Filiol est professeure documentaliste au lycée Albert Einstein de Sainte-Geneviève-des-Bois (académie de Versailles), formatrice, blogueuse sur cinephiledoc et twitteuse @JFiliol. En ce début d’année scolaire, j’ai le plaisir de l’interroger sur l’éducation aux médias et à l’information (EMI) mais aussi sur la manière dont le professeur documentaliste peut aider les élèves à gérer leur présence en ligne et s’inscrire comme un acteur de la lutte contre le cyberharcèlement à l’école.

Pouvez-vous nous rappeler quels sont les objectifs de l’éducation aux médias et à l’information ?

L’objectif principal de l’EMI est de permettre aux élèves d’apprendre à exercer une citoyenneté informationnelle et numérique. Il s’agit notamment de les sensibiliser à la pluralité des sources d’information, à la complexité actuelle de leur univers informationnel, et d’éveiller leur esprit critique. Pour répondre à ces objectifs, l’enseignant peut s’appuyer sur des documents tels que le dossier EMI sur Eduscol ou la matrice EMI proposée par le groupe TraAM Documentation de l’académie de Toulouse. Cette matrice propose 6 grands objectifs, organisés en quatre facettes (Information documentation, Éducation aux médias, Culture numérique et Citoyenneté et éthique) ainsi qu’une progression du cycle 3 au lycée.

Dans le cadre de l’EMI, les élèves sont à la fois consommateurs et auteurs de l’information : l’objectif de l’EMI, tel que le rappelle notamment la matrice, est de les amener progressivement de la posture du consommateur à celle d’acteur. Il s’agit par exemple de confronter les élèves aux différents supports et sources d’information, et de les former à l’usage autonome d’un centre de ressources, à évaluer l’information et sa fiabilité, à maîtriser leur identité numérique et à publier une information de manière responsable.

Pour mettre en œuvre l’EMI, l’enseignant peut notamment s’appuyer sur les dispositifs tels que les EPI (Information, communication, citoyenneté), sur les différents parcours, notamment le Parcours citoyen, mais aussi sur la plateforme PIX qui permet d’évaluer les compétences numériques des élèves, de la 4e au lycée. Évidemment, l’EMI recouvre des objectifs, des réalités et des possibilités de mises en œuvre qui ne peuvent être résumés ici de manière exhaustive, c’est aussi ce qui fait sa richesse et sa complexité.

Quelles sont les actions et les initiatives qui sont mises en place dans votre académie dans le cadre de l’EMI ?

Dans l’académie de Versailles où j’exerce, nous avons la chance de disposer d’un site dédié à l’éducation aux médias et à l’information. Le site propose des dossiers thématiques (webradio, WebTV, journal) pour faciliter la mise en place d’un média scolaire en établissement. Il recense également des initiatives réalisées dans l’académie.

Depuis 3 ans, nous avons une journée académique consacrée à l’EMI, sur une thématique précise. J’y ai participé il y a un an, lorsque la journée traitait la thématique suivante : « Faire publier les élèves, un levier pour s’informer et informer ». Y intervenaient notamment l’ancienne directrice du CLEMI, Divina Frau-Meigs, ainsi que des enseignants présentant des projets, comme Lionel Vighier, enseignant de français proposant une séquence sur les théories du complot, ou Isabelle Poulain, professeure documentaliste, animant un atelier sur l’évaluation de l’information. En 2017, la thématique était centrée sur la Web TV.

Pour l’année 2017-2018, l’académie a été retenue pour participer aux Travaux Académiques Mutualisés en EMI, sur la thématique « Enseigner les communs dans l’École du 21e siècle : quelle gouvernance dans les disciplines ? Communs, numérique, connaissance, esprit critique, bigdata, créativité », ce qui va certainement impulser des pratiques et des initiatives au-delà des membres de l’équipe retenus pour ces travaux.

Enfin, et sans oublier les partenaires tels que le CLEMI et les ateliers CANOPÉ, les nombreuses webradios et WebTV, ainsi que les séquences mises en ligne par les collègues enseignants, il existe un groupe de travail EMI mis en place dans l’académie, et de nombreuses formations continues sont proposées par le PAF aux enseignants.

Vous avez évoqué plus haut le fait d’apprendre aux élèves à « maîtriser leur identité numérique » et à « publier une information de manière responsable »… Selon vous, comment le professeur documentaliste peut-il aider les élèves à gérer leur présence en ligne et leur identité numérique ?

Le professeur documentaliste peut intervenir de différentes manières. Dans le cadre de la gestion du CDI, il peut proposer une politique d’acquisition prenant en compte des publications récentes sur le sujet. Je pense notamment aux ouvrages Les Réseaux sociaux, comment ça marche ? ou Terra Data : qu’allons-nous faire de nos données numériques ?

Via le portail documentaire e-sidoc ou via d’autres moyens de communication qu’il utiliserait avec les élèves, il peut leur indiquer des sites internet comme Internet sans crainte ou le site de la CNIL. Il peut aussi installer des expositions et des affiches, je pense par exemple aux affiches proposées par la CNIL : « 10 conseils pour rester net sur le net ». L’idéal est évidemment de mettre en place des séquences pédagogiques sur le sujet (l’un des objectifs de la matrice EMI étant « Assumer une présence numérique ») à travers des dispositifs tels que les différents parcours, l’EMC, les EPI… Une de mes collègues, Sandrine Duquenne, propose sur son portail e-sidoc une rubrique dédiée à l’EMI : nous avions travaillé ensemble sur une infographie à proposer aux élèves sur l’identité numérique, elle propose aussi des séances pour ses élèves de 2nde ainsi que, dans le cadre de la liaison collège / lycée, une présentation sur les données personnelles.

Pour ma part, j’ai surtout travaillé avec les élèves en 2nde et en 1ère, dans le cadre de l’EMC, sur la présence numérique des candidats à la présidentielle, sur l’identité (culturelle, professionnelle, numérique) via la réalisation de schémas heuristiques, et sur l’identité numérique via des sondages aux élèves (les faire taper leur nom sur Google, observer les résultats, voir ce qui apparaît de leurs traces).

Et cela ne tient pas compte de l’accompagnement quotidien que le professeur documentaliste peut apporter aux élèves lorsqu’ils viennent librement au CDI !

Et comment peut-il s’inscrire dans la lutte contre les dérives possibles que sont les phénomènes de cyberviolence et de cyberharcèlement ? Je pense notamment à tout ce qui est insulte en ligne ou diffusion de photos compromettantes…

Il peut s’appuyer sur des sites institutionnels proposés. En termes de prévention, et en collaboration avec les autres membres de la communauté éducative, il peut mettre en place des séances de sensibilisation à ces questions (vie privée, comportement sur les réseaux sociaux), et encore une fois, acquérir des ressources sur le sujet. Il peut faire intervenir des partenaires extérieurs (association, police…) et lui-même intervenir dans le cadre des différentes instances de l’établissement, en particulier le CESC (comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté). Il peut se rapprocher de l’équipe de vie scolaire et du personnel médical et social de l’établissement (infirmière, médecin scolaire, COPsy, assistante sociale). En termes de lutte, il peut se rapprocher de l’équipe éducative, en particulier de la vie scolaire et du chef d’établissement afin que la situation soit gérée au mieux.

Quels conseils donneriez-vous à un jeune professeur (documentaliste ou autre) qui serait confronté à un cas de cyberviolence ?

J’ai été confrontée deux fois depuis le début de ma carrière à des cas de cyberviolence et de cyberharcèlement. La première fois, après avoir constaté ce cas, j’ai immédiatement prévenu le CPE de mon établissement, qui a convoqué les élèves concernés, et le cas s’est réglé relativement facilement. La deuxième fois, l’élève concerné avait utilisé les réseaux sociaux pour se venger d’une situation de harcèlement, et cela s’était retourné contre lui, ce qui pour moi était assez inédit. J’ai été confrontée à l’élève, car j’avais une relation de confiance avec lui, et j’ai tenté, par le dialogue, de le calmer, avant qu’il soit pris en charge par la vie scolaire.

Les conseils que je donne sont les suivants : observer la situation et chercher à avoir le plus d’éléments tout en restant à distance et en se protégeant et en protégeant les victimes ; ne pas rester isolé face à cette situation ; prévenir sa hiérarchie et s’appuyer sur des collègues et des partenaires en qui on a confiance ; ne pas culpabiliser et penser qu’il y a une bonne conduite à tenir : telle réaction va fonctionner dans une situation, et va s’avérer inefficace dans une autre (l’important est d’être sûr d’avoir fait tout son possible pour l’élève en question) ; mettre en place une ou des séances de sensibilisation au harcèlement si cela n’a pas déjà été fait.

Journée d’étude – La lutte contre le cyberharcèlement à l’école : quels acteurs et quels dispositifs ?

J’ai le plaisir de vous annoncer l’organisation par le Crem d’une journée d’étude intitulée La lutte contre le cyberharcèlement à l’école : quels acteurs et quels dispositifs ?, le 28 septembre 2017 à l’Université de Lorraine, sur le site de l’ESPÉ (5 rue Paul Richard 54320 Maxéville), salle des conférences, bâtiment E, 2ème étage. 

La journée est ouverte à toute personne intéressée par la question. Elle réunira des chercheur-e-s en sciences de l’information et de la communication, en sciences de l’éducation, en sciences du langage et en psychologie du développement ainsi que des praticien-ne-s et président-e-s d’association engagé-e-s dans la prévention contre le harcèlement scolaire.

Elle est organisée en partenariat avec l’Université de Lorraine, l’IUT Nancy Charlemagne, la MAIF et l’Autonome de Solidarité Laïque de Meurthe-et-Moselle.

Inscription gratuite mais obligatoire: berengere.stassin@univ-lorraine.fr

Le programme sera le suivant : 

8h30 : Accueil des participants

9h15 : Ouverture de la journée

  • Bérengère Stassin, Université de Lorraine, pour le comité d’organisation
  • Jacques Walter, Université de Lorraine, Directeur du Crem
  • Jean-Michel Wavelet, Inspecteur d’académie, Inspecteur pédagogique régional, Académie Nancy-Metz

10h-12h : Nature et fonctionnement du cyberharcèlement scolaire       

  • Modération : Corinne Martin, Université de Lorraine

Cybersexisme : une étude sociologique dans des établissements scolaires franciliens, Sigolène Couchot-Schiex, Université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne

Facebook, Snapchat : instances de construction identitaire partagées, Anne Dizerbo, Université de Rouen Normandie

L’impact des variables individuelles sur le cyberharcèlement à l’école : existe-t-il un profil des victimes ? Jérôme Dinet et Pauline Villière, Université de Lorraine

12h-13h30 : Déjeuner

13h30-15h30 : Dispositifs de prévention                                                               

  • Modération : Aurore Promonet, Université de Lorraine

Traiter les situations de harcèlement scolaire avec la méthode de la préoccupation partagée (Pikas), Jean-Pierre Bellon, APHEE

La confiance en soi pour être ni victime, ni harceleur, Catherine Verdier, Association Marion La Main Tendue

Violences et cyber-violences : un problème, des solutions, Willy Pierre, Association Les Parents

15h45 – 17h : Dispositifs éducatifs                                                                     

  • Modération : Pierre Morelli, Université de Lorraine

Prévenir le cyberharcèlement : contribution de l’éducation aux médias et à l’information, Brigitte Simonnot, Université de Lorraine

Quelles « Éducations à » pour développer un regard critique à l’égard du (cyber)harcèlement ? Sylvie Pierre, Université de Lorraine

Le cyberharcèlement : un « vieux vin » dans une « nouvelle bouteille » ?

Comme nous l’avons vu précédemment, le harcèlement entre pairs a, d’une certaine manière, toujours existé et nous avons tous été, au moins une fois au cours de notre scolarité, soit le témoin, soit la cible, soit encore l’auteur si ce n’est d’un comportement harcelant tout au moins de brimades relativement répétées. Ainsi, la chercheuse Qing Li (2007) compare le « cyberharcèlement » à un « vieux vin » contenu dans une « nouvelle bouteille » (« new bottle but old wine »), c’est-à-dire un « phénomène ancien » qui se réalise et prend corps à travers les nouveaux canaux de communication que constituent les dispositifs numériques. Cette métaphore est intéressante car elle soulève certaines questions : Le « cyberharcèlement » entre pairs est-il un phénomène comparable au « harcèlement scolaire » tel qu’on le connaissait jusqu’à la fin du siècle dernier ? Les violences et autres brimades perpétrées « en ligne » sont-elles de même nature que celles perpétrées « hors ligne » ? Sont-elles exercées et subies par celles et ceux qui les exercent ou les subissent déjà hors ligne ? La « nouvelle bouteille » que constituent Facebook, Twitter, Instagram et autre Snapchat ne donne-t-elle pas au « vieux vin » un nouvel « arôme », un nouveau « goût », plus acide, plus amer ? Nous allons voir que si l’on retrouve certaines similitudes entre le « cyberharcèlement » et sa version « non cyber » ce dernier engendre tout de même un nouveau rapport à l’espace et au temps et fait émerger de nouvelles parties prenantes qui rendent l’appréhension du phénomène beaucoup plus difficile.

Un nouveau rapport à l’espace et au temps

Dans le billet précédent, j’ai présenté et défini les différentes formes de violence qui s’exercent en ligne entre jeunes : dénigrement, exclusion, flaming, happy slapping, outing, sexting, revenge porn, slut shaming, etc. Ces formes de violence peuvent relever de l’ « exclusion sociale », de la « violence verbale » ou encore de la « violence physique », tout comme les violences exercées en ligne. Si nous nous appuyons sur la définition du harcèlement, nous pouvons dire qu’il y a « cyberharcèlement » lorsque des cyberviolences sont exercées de manière répétée dans l’intention délibérée de nuire à l’autre. Mais la répétition peut-elle être appréhendée de la même manière « en ligne » que « hors ligne » ? De manière générale, il est impossible de quantifier la répétition, de définir un nombre à partir duquel les brimades et les violences franchissent le cap du harcèlement, parce que tout dépend du seuil de tolérance de la personne ciblée.

Dans sa forme la plus traditionnelle et non numérique, le harcèlement scolaire s’inscrivait dans la durée : l’élève cible subissait les brimades de ses camarades de manière répétée au cours d’un trimestre ou d’une année (voire durant une partie de sa scolarité), mais connaissait quelques moments de répit : le soir, le week-end et pendant les vacances scolaires. Les brimades médiées par les outils numériques sortent désormais de l’école et poursuivent la cible chez elle et sur son temps libre. Le harcèlement « en ligne » n’entretient donc pas le même rapport à l’espace que le harcèlement scolaire tel qu’on le connaissait jusqu’à la fin du siècle dernier. Cette abolition des frontières et la chambre d’écho que constituent les médias sociaux donnent au harcèlement une nouvelle audience et peuvent engager des personnes qui ne fréquentent pas le même établissement que la cible, voire qui ne la connaissent pas, voire encore qui ont quitté les bancs de l’école depuis un certain temps. Parmi les 100 000 tweets en lien avec l’affaire de sexting dont a été victime une jeune fille lors de la soirée du 31 décembre 2015, combien émanaient de personnes qui la connaissaient vraiment ?

Le cyberharcèlement n’entretient pas non plus le même rapport à la temporalité et peut s’opérer de manière condensée : 100 000 tweets sur 4 jours. La vitesse et la viralité avec lesquelles les contenus se diffusent au sein du Web aboutissent donc à une répétition condensée sur une très courte période. En outre, en contexte numérique, la répétition peut également venir de la pérennité des traces. Les photos et les vidéos intimes postées à l’insu des victimes sont généralement supprimées des sites sources, mais leur copie et leur partage font qu’elles sont toujours stockées quelque part dans le Web profond et qu’elles peuvent resurgir à tout moment, comme l’a expérimenté Laure Manaudou dont l’ex petit-ami avait publié en 2007 des photos d’elle posant nue. Alors qu’elle croyait cette affaire de sexting classée depuis plusieurs années, elle voit les photos resurgir sur la Toile au printemps 2016 suite à leur évocation par le rappeur français Booba. Ce dernier, poussé par un intense élan de poésie, déclare à la fin de sa chanson Salside : « Tu vaux rien comme un selfie d’la chatte à Laure Manau­dou ». Avertie de la chose, l’ancienne nageuse publie, non sans humour, le 9 mai 2016 sur son compte Twitter le message suivant : « Son intérêt soudain pour mes animaux m’a interpellée. Avec tout le respect que je ne lui dois pas, il parle dans sa dernière chanson de mon félin, et fait une faute. En effet, mon animal de compagnie s’appelle Malau et est un mâle, contrairement aux paroles de sa chanson… ». Lorsque Cyril Hanouna interroge le chanteur sur cette affaire dans son émission Touche à mon poste, il répond dans un premier temps que « c’était pour rire » (« Ça, c’est une vanne, c’est pas bien méchant »), sous couvert de l’humour il banalise son acte. Puis il reporte crûment la faute sur la principale intéressée (« Elle a sa chatte sur internet, faut qu’elle assume ») qui se retrouve alors coupable d’être victime. Cette attitude ne détonne malheureusement pas vraiment dans un programme télé où, « pour rire », l’on prend plaisir à ridiculiser et à humilier l’autre, où tantôt un homme embrasse, sans son accord, une femme sur la poitrine, tantôt lui prend la main et la pose sur son sexe.

[Ouvrons une petite parenthèse] Dans une lettre ouverte publiée le 30 novembre dernier sur sa page Facebook, Greg Allaeys, comédien engagé dans la lutte contre le harcèlement scolaire, interpelle l’animateur : « NON, humilier quelqu’un, même pour rire, ce n’est pas normal. Et embrasser une fille ou un garçon sans son consentement non plus. […] Tout ce que tu fais impunément contribue à banaliser le harcèlement ». Dans la même lignée, c’est la journaliste Audrey Pulvar qui s’adresse à lui quelques jours plus tard via son compte Twitter : « Cyril, des dizaines de milliers de femmes sont victimes tous les jours en France d’atteintes et d’agressions sexuelles. Certaines regardent Touche pas à mon poste. Faire de ces agressions, réelles, un jeu, ne les rend pas moins condamnables mais plus banales. Et c’est très grave. Reprends-toi,ami ! ». Pour Capucine Anav, à qui appartient la fameuse main, l’emploi du terme « agression sexuelle » est inadmissible : « Inadmissible le terme « agression sexuelle » TPMP est une famille ! Continuons à rigoler. Et stop au donneurs de leçons #JustKiffer », tweete-t-elle le 8 décembre. Mais peut-on #JustKiffer quand on sait que #DesMilliersDeJeunesVousRegardent ? Je répondrai en citant le CSA qui a récemment été saisi suite à une énième humiliation que le trublion de C8 à fait subir à son bouc émissaire préféré : « Le Conseil a considéré que l’agression verbale de l’animateur à l’encontre de l’un des chroniqueurs constituait un manque de retenue dans la diffusion de telles images susceptible d’humilier les personnes. Le Conseil est également particulièrement préoccupé du caractère répété de ce type de séquences et des effets d’imitation que cela peut induire auprès du jeune public. » [Fermons la parenthèse]

De nouvelles parties prenantes

Revenons maintenant aux cyberviolences entre jeunes. Comme pour la violence hors ligne, on retrouve, en ligne,  trois cas de figure : (1) des jeunes qui sont cyberagresseurs mais qui ne sont pas cybervictimes ; (2) des jeunes qui sont cybervictimes mais ne sont pas cyberagresseurs ; (3) des jeunes qui sont et cyberagresseurs et cybervictimes.

Si parmi les « cyberagresseurs » se trouvent des jeunes qui sont déjà impliqués dans des actes de violence hors ligne et qui prolongent tout naturellement leurs méfaits en ligne, si parmi les « cybervictimes » se trouvent des jeunes qui sont déjà victimes hors ligne et qui se font poursuivre en ligne une fois la journée d’école terminée, le lien entre « agression en ligne » et « agression hors ligne » n’est pas avéré dans tous les cas. En effet, de nouvelles parties prenantes font leur apparition (Bellon, Gardette, 2014), rendant l’analyse du phénomène plus complexe :

  • Ceux qui font l’objet de moqueries voire de harcèlement hors ligne et qui se servent de leurs compétences informatiques pour se venger de leurs harceleurs ; l’avocate américaine Parry Aftab (spécialiste du droit numérique) appelle ce phénomène la « revenge of the nerds » ;
  • Ceux qui ne font pas l’objet de moqueries et encore moins de harcèlement mais qui se servent de leurs compétences informatiques pour venger les victimes et punir les harceleurs ; ce sont les « vengeful angels » ;
  • Ceux qui se métamorphosent et se désinhibent sous l’anonymat et qui se livrent à des actions qu’ils s’interdiraient totalement hors ligne ;
  • Ceux qui par leurs likes, retweets, partages et commentaires cautionnent les méfaits et y participent pleinement ; comme l’indiquait le slogan de la 2ème journée de mobilisation nationale contre le harcèlement scolaire : « liker, c’est déjà harceler ».

Pourquoi des jeunes peuvent-ils plus facilement s’engager dans la violence « en ligne » que dans la violence « hors ligne » ? Pourquoi des jeunes se font sans scrupule malmener en public, « malmenance » qui laisse parfois la place à un véritable lynchage numérique ? Trois éléments de réponse peuvent être avancés. Tout d’abord, l‘absence de face à face « physique » propre à la communication en ligne, l’impossibilité d’accéder aux visages des cibles et donc à leurs émotions, diminue l’empathie des agresseurs voire la fait même disparaître : « le cyberespace facilite des niveaux d’empathie affective [capacité à vivre et partager les émotions d’autrui] et cognitive [capacité à comprendre les émotions des autres] peu élevés chez les individus de par l’éloignement de la victime » (Blaya, 2013 :118). Ensuite, parce que l’anonymat que permettent de conserver les dispositifs numériques entraîne un sentiment d’impunité et une désinhibition : « le cyberespace rend possible l’anonymat de l’agresseur qui est ainsi plus susceptible d’adopter des comportements inhibés par ailleurs » (idem). Enfin, parce que le cyberharcèlement peut être le fait d’un morcellement et d’une démultiplication des tâches faisant que chacun apporte par son clic sa pierre à ce répugnant édifice que l’on construit « pour rire » et qui « est virtuel », que l’on bâtit sans toujours réfléchir au mal que l’on fait et aux conséquences « réelles » de ses actes.

Dès lors, comment endiguer le phénomène ? Comment faire sortir nos jeunes de la cyberviolence et du cyberharcèlement ? Je répondrai à ces questions de manière plus détaillée dans un futur billet, mais je vais donner pour l’heure quatre bribes de réponse. (1) En rendant les actions de prévention systématiques dans chaque établissement scolaire, à chaque rentrée scolaire et tout au long de l’année. (2) Comme la seule prévention sans éducation ne peut être efficace, en renforçant les dispositifs éducatifs tels que  l’« éducation à l’empathie », l’« enseignement moral et civique » et l’« éducation aux médias et à l’information ». (3) En enseignant à nos élèves l’économie et l’écologie des médias sociaux, leur structure et leurs logiques, l’« intelligence des traces » que laissent nécessairement toutes leurs activités en ligne, (4) mais surtout en déconstruisant avec eux le mythe de la « virtualité du Web », ce mythe d’un Web où l’on peut mal agir parce que « ce n’est pas la vraie vie ».

 

Les différentes formes de cyberviolence

La violence en ligne entre pairs peut prendre différentes formes. En appui sur les travaux de Blaya (2013) et de Bellon et Gardette (2014) je vais en présenter sept (qui font également l’objet d’une définition synthétique dans le glossaire) : « exclusion », « flaming », « dénigrement », « usurpation d’identité », « outing », « happy slapping » et « sexting ». Nous verrons, par les exemples que je donnerai, que ces cyberviolences peuvent aussi bien être exercées entre jeunes qu’entre adultes, qu’elles peuvent tout autant toucher des personnages publics que des illustres inconnus qui se retrouvent alors bien malgré eux propulsés sur le devant d’une scène dont le public est loin de se distinguer par sa bienveillance.

L’exclusion ou l’ostracisme consiste à exclure une personne d’un regroupement social en ligne (ex : un groupe Facebook). La personne exclue peut faire, au sein du groupe, l’objet de moqueries. Notons qu’en contexte « scolaire », la création d’un « groupe » en ligne peut aussi avoir vocation à se moquer d’un ou de plusieurs professeurs. En effet, les cyberviolences n’épargnent pas les enseignants qui peuvent aussi bien être ciblés par des élèves ou des parents que par leurs propres pairs (Villeneuve et al., 2016).

Le flaming consiste à envoyer un message violent (insultant, menaçant) et plus particulièrement une « salve » de messages à destination d’une personne ou d’un groupe de personnes. Les 295 commentaires injurieux et sexistes, dont a fait l’objet une vidéo postée en mai 2016 par la youtubeuse Marion Seclin et intitulée « #TasÉtéHarceléeMais… t’as vu comment t’étais habillée ? », illustrent parfaitement le phénomène. C’est également de flaming – en plus des brimades et des humiliations quotidiennement subies au sein de son collège – dont a été victime la jeune Marion Fraisse. Moquée, insultée, menacée de mort par SMS et sur son « mur » Facebook, invitée « à se pendre », elle met fin à ses jours en février 2013. Son histoire a été racontée par sa mère dans un ouvrage intitulé « Marion, 13 ans pour toujours » et récemment adapté en téléfilm.

Le dénigrement consiste à décrédibiliser une personne, à porter atteinte à son image, à sa réputation, à lancer toute sorte de rumeurs à son égard, comme l’a récemment expérimenté l’actrice française Marion Cotillard. Accusée par certains d’avoir eu une liaison avec Brad Pitt, provoquant sa rupture avec Angelina Jolie, elle a fait l’objet de nombreux messages d’injure (qu’elle a elle-même qualifiés de « déferlante inouïe ») mais a surtout vu son compte Instagram littéralement spammé par une émoticône particulière : un serpent. En anglais, le « snake » est un terme argotique et dépréciatif utilisé pour qualifier une personne de « sournoise », de « perfide ». Au sein des médias sociaux, il est devenu un outil de diffamation sexiste reposant « sur le postulat que les femmes sont sournoises, manipulatrices et mesquines lorsqu’il s’agit de conquérir un homme déjà engagé » : sneaky girls.

Dans la « catégorie » du dénigrement, on trouve également le « slut shaming » que l’on peut traduire en français par l’expression « couvrons de honte les salopes ». Cette forme de violence, touchant particulièrement les jeunes filles, consiste à blâmer et à déconsidérer celles dont la tenue vestimentaire, le maquillage, l’attitude voire les activités sexuelles ne correspondent pas aux normes en vigueur dans un groupe d’adolescents. Catherine Blaya (2013 : 56-57) rapporte qu’elle est avant tout exercée par d’autres jeunes filles « voulant ainsi se démarquer des autres et asseoir leur popularité de « filles bien » et vertueuses au sein de la communauté masculine ». La chercheuse d’ajouter : « Les filles s’adonnent ainsi à des pratiques de discrimination sexiste, pensant se valoriser aux dépens de leurs congénères mais contribuant à leur propre enfermement dans des stéréotypes de genre ».

L’usurpation d’identité consiste à usurper l’identité de quelqu’un en accédant à sa messagerie ou à son profil, à se faire passer pour lui pour envoyer des messages embarrassants/insultants à une autre personne. Mais elle consiste aussi à ouvrir un profil aux nom et prénom de la personne ciblée et à publier des contenus embarrassants (cf. revenge porn). C’est par exemple ce qui est arrivé en 2013 à Jean (*) qui a découvert qu’un profil Facebook et un compte Twitter avaient été créés à son nom et comportaient des contenus injurieux ayant trait à son homosexualité ainsi que des photos compromettantes.

L’outing consiste à divulguer des informations intimes et /ou confidentielles sur une personne, par exemple révéler, sans qu’elle le sache ou ne le veuille, son homosexualité. L’usurpation d’identité dont a fait l’objet Jean (*) relevait également de l’outing.

Le happy slapping, dont on a beaucoup parlé au milieu des années 2000, consiste à filmer, le plus souvent à l’aide d’un téléphone portable, une scène de violence subie par une personne et à diffuser la vidéo en ligne. Comme le souligne Serge Tisseron (2011 : 60), « le happy slapping n’est pas une agression filmée, mais une agression perpétrée avec l’intention de la filmer pour la montrer ensuite à d’autres ». 

Le sexting, mot-valise anglais issu de la contraction de « sex » (sexe) et de « texting » (envoi de SMS), renvoie au fait d’envoyer des textos, des photographies ou encore des vidéos à caractère explicitement sexuel dans le but de séduire son/sa partenaire. Mais lorsque ces photos ou vidéos sont interceptées (ou réalisées) puis diffusées en ligne par un tiers malveillant cherchant à nuire à la personne qu’elles représentent, il s’agit d’une cyberviolence. C’est de sexting dont a été victime une jeune fille de 17 ans lors du réveillon du nouvel an 2016. En soirée chez des amis, elle s’éclipse dans la salle de bain pour un moment d’intimité avec son petit-ami ignorant que des « voyeurs » les ont suivis et que l’un d’eux photographie leurs ébats avec son téléphone portable. La photo est instantanément partagée sur Snapchat, « screenée » par l’un des récepteurs et rediffusée via Twitter. En moins de quatre jours l’affaire fait l’objet de plus de 100 000 tweets, pour la plupart moqueurs, sexistes et offensifs (ex : « Vous êtes là à [la] défendre Mdrrr mais une pute reste une pute, elle n’a plus qu’à assumer vu qu’elle devait aimer ça »). Aux messages insultants s’ajoutent la création de faux profils (usurpation d’identité) et le lancement d’une rumeur évoquant son suicide. Dans la même lignée, mais dont l’issue a été des plus tragiques, nous pouvons évoquer l’histoire de la jeune italienne Tiziana Cantone qui a mis fin à ses jours en septembre 2016 suite à la diffusion de sextapes (auxquelles elle a volontairement participé mais dont elle pensait qu’elles resteraient confidentielles) et suite surtout au lynchage en ligne qu’elle a subi pendant plus d’un an.

Lorsque les photos ou vidéos intimes sont publiées à des fins de vengeance par un(e) ex petit(e) ami(e) qui vit mal la rupture et souhaite nuire à l’autre, on parle de « revenge porn ». C’est ce qu’a amèrement expérimenté en décembre 2007 la nageuse française Laure Manaudou qui a vu publiées en ligne une série de photos d’elle posant nue. Notons que le revenge porn cible tout de même plus les femmes que les hommes et qu’il peut aussi se réaliser par usurpation d’identité visant à créer un faux profil présentant la cible comme une escorte ou une prostituée.

Les différentes formes de violence que je viens de présenter s’articulent autour de trois axes relativement « classiques » : l’exclusion sociale, la violence verbale et la violence physique. Elles portent autant atteinte à l’intégrité morale des personnes qu’elles ciblent (flaming, dénigrement) qu’à leur intégrité physique (happy slapping), font la part belle au sexisme (slut shaming, sexting, revenge porn) et peuvent tout aussi bien être exercées entre adultes qu’entre jeunes. Les violences subies en ligne peuvent cependant avoir sur certaines victimes des répercussions beaucoup plus importantes que les violences subies « hors ligne ». On imagine aisément comment le sentiment d’inconfort, d’insécurité et de honte peut s’amplifier à mesure que se multiplie le nombre de vues, de partages et de commentaires. 

Concernant la violence entre jeunes, 40 % des élèves interrogés par Catherine Blaya (2013 : 98) entre 2011 et 2012 affirment avoir au moins subi une fois une attaque en ligne : flaming ou dénigrement (20 %), usurpation d’identité (12 %), exclusion d’un groupe en ligne (11 %), humiliation par image (5 %), happy slapping (4 %). L’étude récemment menée auprès de 1 500 élèves franciliens par l’Observatoire universitaire international éducation et prévention (2016) révèle, quant à elle, que 13 % des filles et 6 % des garçons ont été victimes de rumeurs au sein des médias sociaux et que 20 % des filles et 13 % des garçons ont fait l’objet de moqueries et d’insultes liées à leur apparence physique. Elle met également en exergue que 7 % des élèves ont déjà réalisé des selfies intimes et que parmi eux 4 % de filles et 1 % de garçons ont vu ces photos publiées sans leur accord suite à une rupture amicale ou sentimentale. Enfin, un élève sur cinq fait régulièrement l’objet de violences en ligne donc de « cyberharcèlement », phénomène dont je présenterai les logiques et caractéristiques dans le prochain billet.