Journée d’étude – La lutte contre le cyberharcèlement à l’école : quels acteurs et quels dispositifs ?

J’ai le plaisir de vous annoncer l’organisation par le Crem d’une journée d’étude intitulée La lutte contre le cyberharcèlement à l’école : quels acteurs et quels dispositifs ?, le 28 septembre 2017 à l’Université de Lorraine, sur le campus Lettres et Sciences humaines de Nancy (salle A104). La journée est ouverte à toute personne intéressée par la question. Elle réunira des chercheur-e-s en sciences de l’information et de la communication, en sciences de l’éducation, en sciences du langage et en psychologie du développement ainsi que des praticien-ne-s et président-e-s d’association engagé-e-s dans la prévention contre le harcèlement scolaire.

Inscription gratuite mais obligatoire: berengere.stassin@univ-lorraine.fr

Le programme sera le suivant : 

Programme JE cyberharcèlement-final

8h30 : Accueil des participants

9h15 : Ouverture de la journée

  • Bérengère Stassin, Université de Lorraine, pour le comité d’organisation
  • Jacques Walter, Université de Lorraine, Directeur du Crem
  • Jean-Michel Wavelet, Inspecteur d’académie, Inspecteur pédagogique régional, Académie Nancy-Metz

10h-12h : Nature et fonctionnement du cyberharcèlement scolaire       

  • Modération : Corinne Martin, Université de Lorraine

Cybersexisme : une étude sociologique dans des établissements scolaires franciliens, Sigolène Couchot-Schiex, Université Paris-Est-Créteil-Val-de-Marne

Facebook, Snapchat : instances de construction identitaire partagées, Anne Dizerbo, Université de Rouen Normandie

L’impact des variables individuelles sur le cyberharcèlement à l’école : existe-t-il un profil des victimes ? Jérôme Dinet et Pauline Villière, Université de Lorraine

12h-13h30 : Déjeuner

13h30-15h30 : Dispositifs de prévention                                                               

  • Modération : Aurore Promonet, Université de Lorraine

Traiter les situations de harcèlement scolaire avec la méthode de la préoccupation partagée (Pikas), Jean-Pierre Bellon, APHEE

La confiance en soi pour être ni victime, ni harceleur, Catherine Verdier, Association Marion La Main Tendue

Violences et cyber-violences : un problème, des solutions, Willy Pierre, Association Les Parents

15h45 – 17h : Dispositifs éducatifs                                                                     

  • Modération : Pierre Morelli, Université de Lorraine

Prévenir le cyberharcèlement : contribution de l’éducation aux médias et à l’information, Brigitte Simonnot, Université de Lorraine

Quelles « Éducations à » pour développer un regard critique à l’égard du (cyber)harcèlement ? Sylvie Pierre, Université de Lorraine

La lutte contre le cyberharcèlement à l’école : quels acteurs et quels dispositifs ?

Dans ce billet, je vais dresser une typologie (non exhaustive) des acteurs embarqués dans la lutte contre le cyberharcèlement à l’école en mentionnant les dispositifs de prévention et/ou d’éducation qu’ils mettent en place.

1 –  Éducation nationale

Le premier grand acteur est de toute évidence l’Éducation nationale. Comme je l’ai évoqué précédemment, la lutte contre le harcèlement scolaire est inscrite dans la loi de refondation de l’école du 8 juillet 2013. Afin d’endiguer le phénomène qui touche, je le rappelle, environ 10 % des élèves, différents dispositifs de prévention ont été lancés à partir de novembre 2013. Comme l’a rappelé la ministre de l’Éducation nationale lors d’une conférence de presse donnée à l’occasion de la deuxième journée de mobilisation nationale pour dire « Non au harcèlement » qui s’est déroulée le jeudi 3 novembre 2016, « le harcèlement doit être l’affaire de la communauté éducative dans son ensemble ». Chaque établissement scolaire est donc concerné et tous les membres de l’équipe éducative sont parties prenantes de la lutte. Ils ont tous un rôle à jouer dans la prévention, la détection et le traitement du phénomène, mais aussi dans l’éducation des élèves. Pour ce faire, ils peuvent s’appuyer sur différents dispositifs tels que l’EMC (enseignement moral et civique), l’EMI (éducation aux médias à l’information) ou encore le CESC (comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté). Les chefs d’établissement peuvent aussi faire appel aux intervenants de la DANE (délégation académique au numérique éducatif) mais aussi aux acteurs d’autres mondes sociaux que je vais présenter ci-dessous.

2 – Associations

Il existe une vingtaine d’associations françaises engagées dans la lutte contre le (cyber)harcèlement à l’école, mais quatre me semblent occuper le devant de la scène de par leur (forte) médiatisation mais surtout des liens qu’elles ont su tisser avec l’Éducation nationale :

* L’APHEE et Marion La Main Tendue qui sont engagées dans la lutte contre le harcèlement scolaire – et par extension contre le cyberharcèlement entre pairs – et mènent toutes deux des actions de prévention en milieu scolaire ; outre ces actions, la première dispense des formations à la Méthode Pikas et la seconde offre aux victimes et à leur famille une prise en charge thérapeutique et anime plusieurs fois par an des ateliers dédiés au développement de l’estime de soi.

*  e-Enfance et Les Petits Citoyens qui sont spécialisées dans la sensibilisation aux bons usages de l’Internet et des médias sociaux ainsi qu’aux risques encourus par les enfants en termes de cyberviolence et de cybercriminalité ; toutes deux agréées par l’Éducation nationale, elles interviennent également en milieu scolaire et mettent à disposition des équipes éducatives différentes ressources sur lesquelles elles peuvent s’appuyer pour mettre en place des actions préventives ou éducatives en lien avec le cyberharcèlement.

3 – Troupes de théâtre interactif

Des troupes spécialisées dans le théâtre interactif – plus connu sous le nom de théâtre forum – interviennent dans les établissements scolaires sur le thème des violences scolaires et du harcèlement entre pairs. Les comédiens jouent une première scène présentant une situation d’oppression qui finit généralement mal pour l’opprimé. Les élèves sont ensuite invités à prendre la parole et à monter sur scène pour faire évoluer le scénario vers une issue positive. L’enjeu est de provoquer un débat et de les faire « prendre conscience ». Parmi les différentes compagnies spécialisées dans ce type d’intervention, nous pouvons citer Donc y Chocs, Le Théâtre de l’oppriméComédiens associés , la Compagnie des Chimères ou encore Le théâtre sur mesure.

4 – Police et Gendarmerie

Police et Gendarmerie nationales interviennent en milieu scolaire dans le cadre de leurs actions de prévention des risques et des comportements dangereux liés à la consommation d’alcool et de stupéfiants, au non-respect du code de la route ou encore à la cybercriminalité. C’est au sein de ce dernier item que sont abordées les questions relatives à la violence et au harcèlement en ligne. En partenariat avec l’association Axa Prévention, la Police et la Gendarmerie ont développé un « kit pédagogique » à destination des élèves de CM2. L’objectif est de les accompagner vers un usage sûr et responsable de l’Internet et des réseaux sociaux et vers une assimilation plus facile des règles élémentaires de prudence et de civilité à respecter en ligne. A la fin du programme, les élèves se voient remettre leur « Permis Internet ».

5 – Entreprises et entrepreneurs

Des entreprises « innovantes » s’inscrivent également dans la lutte contre le cyberharcèlement, à l’instar de la société Tralalere qui est spécialisée dans la création de contenus numériques éducatifs, membre du programme européen Internet sans Crainte (tout comme e-Enfance) et qui anime en milieu scolaire des ateliers de sensibilisation aux usages responsables du Web et des médias sociaux. L’entrepreneuse Anne-Sophie Bordry a quant à elle lancé en 2013 l’application mobile Stop Bashing qui permet aux enfants lorsqu’ils reçoivent sur leur smartphone un message qu’ils jugent choquant ou blessant de le signaler à leurs parents.

6 – Les plateformes de réseautage social

Les plateformes de réseautage social ont également un rôle à jouer dans la lutte contre les cyberviolences qui se déroulent la plupart du temps en leur sein. Si toutes permettent à leurs utilisateurs de signaler et/ou de demander à ce que des contenus jugés blessants ou inappropriés ou que des photos postées sans leur autorisation soient supprimés, certaines d’entre elles ont adopté ou vont adopter différentes mesures visant à atténuer le phénomène [Nous sommes sauvés]. En partenariat avec l’association e-Enfance, Facebook France a élaboré un « guide pédagogique » intitulé « Réfléchissez avant de publier » et rappelant des conseils de base concernant la protection de son mot de passe ou la publication de données personnelles. La plateforme a également revu le paramétrage des comptes de ses utilisateurs mineurs : activation par défaut de l’approbation ou du rejet des identifications ajoutées aux publications avant qu’elles n’apparaissent, désactivation par défaut de la géolocalisation, non référencement dans les moteurs de recherche de leur compte. Ces paramétrages par défaut ne fonctionnent qu’à condition que l’enfant n’ait pas menti sur son âge. La plateforme Instagram (filiale du groupe Facebook) développe actuellement une mise à jour de son système visant à permettre aux usagers de bloquer tout commentaire ou tout au moins de filtrer les commentaires violents, dégradants, racistes, homophobes. Notons que pour l’instant cette fonctionnalité ne va être déployée que sur les grands comptes, c’est-à-dire sur les comptes de personnalités qui sont parfois envahis de commentaires inappropriés (cf. le spamming du compte de Marion Cotillard par l’émoticône « serpent » dont j’avais parlé ici), sa généralisation à l’ensemble des comptes n’est pas d’actualité [Nous ne sommes pas encore tout à fait sauvés].

7 – Les parents 

Les parents forment la septième grande catégorie d’acteurs embarqués dans la lutte contre le (cyber)harcèlement entre pairs. C’est une catégorie qui n’est absolument pas homogène tant le degré de maîtrise de l’environnement numérique, de « connexion » ou encore d’encadrement des pratiques de l’enfant varie d’un parent à l’autre. Mais malgré cela, il est important de souligner qu’ils sont des acteurs majeurs de cette lutte et qu’ils sont les seuls à avoir le pouvoir (et le devoir) de contrôler ce que leurs enfants font de leur smartphone et de leur ordinateur une fois qu’ils sont sortis de l’école, et de s’assurer de la nature des contenus qu’ils publient, qu’ils envoient ou qu’ils reçoivent.

S’il est indéniable que la responsabilité de l’école est engagée dans les cas de harcèlement qui se déroulent en son sein – le tribunal administratif de Versailles a d’ailleurs reconnu, le 26 janvier dernier, la responsabilité partielle du collège Jean-Monnet de Briis-sous-Forges dans le suicide de la jeune Marion Fraisse – , s’il est indéniable que sa responsabilité est engagée dans les cas de diffusion en ligne de scènes d’agression qui ont eu lieu et qui ont été filmées dans ses locaux, à l’instar du happy slapping dont a été victime le jeune Romain en novembre 2012, sa responsabilité ne peut l’être dans les cas de violence qui sont exercées au sein des réseaux sociaux depuis le domicile des élèves ou tout au moins en dehors de l’établissement et des temps scolaires.

S’il est indéniable que certains cas de violence ou de harcèlement en ligne ne sont qu’un prolongement d’une violence et d’un harcèlement qui a lieu à l’école, il est également indéniable que d’autres cas de violence ou de harcèlement ne sont exercés qu’au sein des médias sociaux, par des élèves dont le comportement violent est insoupçonnable et à l’encontre d’élèves dont la souffrance est indétectable car leur comportement en classe ne change pas de manière significative. Dans ce type de cas, il n’est pas rare que les parents tombent des nues lorsqu’ils apprennent que leur enfant est victime ou auteur de violences en ligne. Dès lors comment reprocher à l’école de n’avoir rien vu ? Comment lui reprocher de ne pas avoir su détecter des phénomènes qui ont pris corps en des lieux et en des temps auxquels elle n’avait pas accès, au sein d’espaces où elle n’a aucune prise (p. ex. les comptes Facebook et Snapchat des élèves) ? 

Afin d’aider les parents à détecter, à comprendre et à prévenir le (cyber)harcèlement, la société Tralalere – que j’ai mentionnée plus haut – a produit une série de vidéos intitulée « Parents, parlons-en » qui vise à leur donner quelques pistes d’action et à leur rappeler les ressources et contacts qu’ils ont à leur disposition et vers lesquels ils peuvent se tourner en cas de problème avéré ou tout simplement pour demander conseil. Les différentes associations que j’ai citées supra font partie de ces contacts et sont à l’écoute des familles, quelle que soit l’implication de l’enfant dans un acte de violence en ligne.

 

 

 

 

 

Le cyberharcèlement : un « vieux vin » dans une « nouvelle bouteille » ?

Comme nous l’avons vu précédemment, le harcèlement entre pairs a, d’une certaine manière, toujours existé et nous avons tous été, au moins une fois au cours de notre scolarité, soit le témoin, soit la cible, soit encore l’auteur si ce n’est d’un comportement harcelant tout au moins de brimades relativement répétées. Ainsi, la chercheuse Qing Li (2007) compare le « cyberharcèlement » à un « vieux vin » contenu dans une « nouvelle bouteille » (« new bottle but old wine »), c’est-à-dire un « phénomène ancien » qui se réalise et prend corps à travers les nouveaux canaux de communication que constituent les dispositifs numériques. Cette métaphore est intéressante car elle soulève certaines questions : Le « cyberharcèlement » entre pairs est-il un phénomène comparable au « harcèlement scolaire » tel qu’on le connaissait jusqu’à la fin du siècle dernier ? Les violences et autres brimades perpétrées « en ligne » sont-elles de même nature que celles perpétrées « hors ligne » ? Sont-elles exercées et subies par celles et ceux qui les exercent ou les subissent déjà hors ligne ? La « nouvelle bouteille » que constituent Facebook, Twitter, Instagram et autre Snapchat ne donne-t-elle pas au « vieux vin » un nouvel « arôme », un nouveau « goût », plus acide, plus amer ? Nous allons voir que si l’on retrouve certaines similitudes entre le « cyberharcèlement » et sa version « non cyber » ce dernier engendre tout de même un nouveau rapport à l’espace et au temps et fait émerger de nouvelles parties prenantes qui rendent l’appréhension du phénomène beaucoup plus difficile.

Un nouveau rapport à l’espace et au temps

Dans le billet précédent, j’ai présenté et défini les différentes formes de violence qui s’exercent en ligne entre jeunes : dénigrement, exclusion, flaming, happy slapping, outing, sexting, revenge porn, slut shaming, etc. Ces formes de violence peuvent relever de l’ « exclusion sociale », de la « violence verbale » ou encore de la « violence physique », tout comme les violences exercées en ligne. Si nous nous appuyons sur la définition du harcèlement, nous pouvons dire qu’il y a « cyberharcèlement » lorsque des cyberviolences sont exercées de manière répétée dans l’intention délibérée de nuire à l’autre. Mais la répétition peut-elle être appréhendée de la même manière « en ligne » que « hors ligne » ? De manière générale, il est impossible de quantifier la répétition, de définir un nombre à partir duquel les brimades et les violences franchissent le cap du harcèlement, parce que tout dépend du seuil de tolérance de la personne ciblée.

Dans sa forme la plus traditionnelle et non numérique, le harcèlement scolaire s’inscrivait dans la durée : l’élève cible subissait les brimades de ses camarades de manière répétée au cours d’un trimestre ou d’une année (voire durant une partie de sa scolarité), mais connaissait quelques moments de répit : le soir, le week-end et pendant les vacances scolaires. Les brimades médiées par les outils numériques sortent désormais de l’école et poursuivent la cible chez elle et sur son temps libre. Le harcèlement « en ligne » n’entretient donc pas le même rapport à l’espace que le harcèlement scolaire tel qu’on le connaissait jusqu’à la fin du siècle dernier. Cette abolition des frontières et la chambre d’écho que constituent les médias sociaux donnent au harcèlement une nouvelle audience et peuvent engager des personnes qui ne fréquentent pas le même établissement que la cible, voire qui ne la connaissent pas, voire encore qui ont quitté les bancs de l’école depuis un certain temps. Parmi les 100 000 tweets en lien avec l’affaire de sexting dont a été victime une jeune fille lors de la soirée du 31 décembre 2015, combien émanaient de personnes qui la connaissaient vraiment ?

Le cyberharcèlement n’entretient pas non plus le même rapport à la temporalité et peut s’opérer de manière condensée : 100 000 tweets sur 4 jours. La vitesse et la viralité avec lesquelles les contenus se diffusent au sein du Web aboutissent donc à une répétition condensée sur une très courte période. En outre, en contexte numérique, la répétition peut également venir de la pérennité des traces. Les photos et les vidéos intimes postées à l’insu des victimes sont généralement supprimées des sites sources, mais leur copie et leur partage font qu’elles sont toujours stockées quelque part dans le Web profond et qu’elles peuvent resurgir à tout moment, comme l’a expérimenté Laure Manaudou dont l’ex petit-ami avait publié en 2007 des photos d’elle posant nue. Alors qu’elle croyait cette affaire de sexting classée depuis plusieurs années, elle voit les photos resurgir sur la Toile au printemps 2016 suite à leur évocation par le rappeur français Booba. Ce dernier, poussé par un intense élan de poésie, déclare à la fin de sa chanson Salside : « Tu vaux rien comme un selfie d’la chatte à Laure Manau­dou ». Avertie de la chose, l’ancienne nageuse publie, non sans humour, le 9 mai 2016 sur son compte Twitter le message suivant : « Son intérêt soudain pour mes animaux m’a interpellée. Avec tout le respect que je ne lui dois pas, il parle dans sa dernière chanson de mon félin, et fait une faute. En effet, mon animal de compagnie s’appelle Malau et est un mâle, contrairement aux paroles de sa chanson… ». Lorsque Cyril Hanouna interroge le chanteur sur cette affaire dans son émission Touche à mon poste, il répond dans un premier temps que « c’était pour rire » (« Ça, c’est une vanne, c’est pas bien méchant »), sous couvert de l’humour il banalise son acte. Puis il reporte crûment la faute sur la principale intéressée (« Elle a sa chatte sur internet, faut qu’elle assume ») qui se retrouve alors coupable d’être victime. Cette attitude ne détonne malheureusement pas vraiment dans un programme télé où, « pour rire », l’on prend plaisir à ridiculiser et à humilier l’autre, où tantôt un homme embrasse, sans son accord, une femme sur la poitrine, tantôt lui prend la main et la pose sur son sexe.

[Ouvrons une petite parenthèse] Dans une lettre ouverte publiée le 30 novembre dernier sur sa page Facebook, Greg Allaeys, comédien engagé dans la lutte contre le harcèlement scolaire, interpelle l’animateur : « NON, humilier quelqu’un, même pour rire, ce n’est pas normal. Et embrasser une fille ou un garçon sans son consentement non plus. […] Tout ce que tu fais impunément contribue à banaliser le harcèlement ». Dans la même lignée, c’est la journaliste Audrey Pulvar qui s’adresse à lui quelques jours plus tard via son compte Twitter : « Cyril, des dizaines de milliers de femmes sont victimes tous les jours en France d’atteintes et d’agressions sexuelles. Certaines regardent Touche pas à mon poste. Faire de ces agressions, réelles, un jeu, ne les rend pas moins condamnables mais plus banales. Et c’est très grave. Reprends-toi,ami ! ». Pour Capucine Anav, à qui appartient la fameuse main, l’emploi du terme « agression sexuelle » est inadmissible : « Inadmissible le terme « agression sexuelle » TPMP est une famille ! Continuons à rigoler. Et stop au donneurs de leçons #JustKiffer », tweete-t-elle le 8 décembre. Mais peut-on #JustKiffer quand on sait que #DesMilliersDeJeunesVousRegardent ? Je répondrai en citant le CSA qui a récemment été saisi suite à une énième humiliation que le trublion de C8 à fait subir à son bouc émissaire préféré : « Le Conseil a considéré que l’agression verbale de l’animateur à l’encontre de l’un des chroniqueurs constituait un manque de retenue dans la diffusion de telles images susceptible d’humilier les personnes. Le Conseil est également particulièrement préoccupé du caractère répété de ce type de séquences et des effets d’imitation que cela peut induire auprès du jeune public. » [Fermons la parenthèse]

De nouvelles parties prenantes

Revenons maintenant aux cyberviolences entre jeunes. Comme pour la violence hors ligne, on retrouve, en ligne,  trois cas de figure : (1) des jeunes qui sont cyberagresseurs mais qui ne sont pas cybervictimes ; (2) des jeunes qui sont cybervictimes mais ne sont pas cyberagresseurs ; (3) des jeunes qui sont et cyberagresseurs et cybervictimes.

Si parmi les « cyberagresseurs » se trouvent des jeunes qui sont déjà impliqués dans des actes de violence hors ligne et qui prolongent tout naturellement leurs méfaits en ligne, si parmi les « cybervictimes » se trouvent des jeunes qui sont déjà victimes hors ligne et qui se font poursuivre en ligne une fois la journée d’école terminée, le lien entre « agression en ligne » et « agression hors ligne » n’est pas avéré dans tous les cas. En effet, de nouvelles parties prenantes font leur apparition (Bellon, Gardette, 2014), rendant l’analyse du phénomène plus complexe :

  • Ceux qui font l’objet de moqueries voire de harcèlement hors ligne et qui se servent de leurs compétences informatiques pour se venger de leurs harceleurs ; l’avocate américaine Parry Aftab (spécialiste du droit numérique) appelle ce phénomène la « revenge of the nerds » ;
  • Ceux qui ne font pas l’objet de moqueries et encore moins de harcèlement mais qui se servent de leurs compétences informatiques pour venger les victimes et punir les harceleurs ; ce sont les « vengeful angels » ;
  • Ceux qui se métamorphosent et se désinhibent sous l’anonymat et qui se livrent à des actions qu’ils s’interdiraient totalement hors ligne ;
  • Ceux qui par leurs likes, retweets, partages et commentaires cautionnent les méfaits et y participent pleinement ; comme l’indiquait le slogan de la 2ème journée de mobilisation nationale contre le harcèlement scolaire : « liker, c’est déjà harceler ».

Pourquoi des jeunes peuvent-ils plus facilement s’engager dans la violence « en ligne » que dans la violence « hors ligne » ? Pourquoi des jeunes se font sans scrupule malmener en public, « malmenance » qui laisse parfois la place à un véritable lynchage numérique ? Trois éléments de réponse peuvent être avancés. Tout d’abord, l‘absence de face à face « physique » propre à la communication en ligne, l’impossibilité d’accéder aux visages des cibles et donc à leurs émotions, diminue l’empathie des agresseurs voire la fait même disparaître : « le cyberespace facilite des niveaux d’empathie affective [capacité à vivre et partager les émotions d’autrui] et cognitive [capacité à comprendre les émotions des autres] peu élevés chez les individus de par l’éloignement de la victime » (Blaya, 2013 :118). Ensuite, parce que l’anonymat que permettent de conserver les dispositifs numériques entraîne un sentiment d’impunité et une désinhibition : « le cyberespace rend possible l’anonymat de l’agresseur qui est ainsi plus susceptible d’adopter des comportements inhibés par ailleurs » (idem). Enfin, parce que le cyberharcèlement peut être le fait d’un morcellement et d’une démultiplication des tâches faisant que chacun apporte par son clic sa pierre à ce répugnant édifice que l’on construit « pour rire » et qui « est virtuel », que l’on bâtit sans toujours réfléchir au mal que l’on fait et aux conséquences « réelles » de ses actes.

Dès lors, comment endiguer le phénomène ? Comment faire sortir nos jeunes de la cyberviolence et du cyberharcèlement ? Je répondrai à ces questions de manière plus détaillée dans un futur billet, mais je vais donner pour l’heure quatre bribes de réponse. (1) En rendant les actions de prévention systématiques dans chaque établissement scolaire, à chaque rentrée scolaire et tout au long de l’année. (2) Comme la seule prévention sans éducation ne peut être efficace, en renforçant les dispositifs éducatifs tels que  l’« éducation à l’empathie », l’« enseignement moral et civique » et l’« éducation aux médias et à l’information ». (3) En enseignant à nos élèves l’économie et l’écologie des médias sociaux, leur structure et leurs logiques, l’« intelligence des traces » que laissent nécessairement toutes leurs activités en ligne, (4) mais surtout en déconstruisant avec eux le mythe de la « virtualité du Web », ce mythe d’un Web où l’on peut mal agir parce que « ce n’est pas la vraie vie ».

 

Les différentes formes de cyberviolence

La violence en ligne entre pairs peut prendre différentes formes. En appui sur les travaux de Blaya (2013) et de Bellon et Gardette (2014) je vais en présenter sept (qui font également l’objet d’une définition synthétique dans le glossaire) : « exclusion », « flaming », « dénigrement », « usurpation d’identité », « outing », « happy slapping » et « sexting ». Nous verrons, par les exemples que je donnerai, que ces cyberviolences peuvent aussi bien être exercées entre jeunes qu’entre adultes, qu’elles peuvent tout autant toucher des personnages publics que des illustres inconnus qui se retrouvent alors bien malgré eux propulsés sur le devant d’une scène dont le public est loin de se distinguer par sa bienveillance.

L’exclusion ou l’ostracisme consiste à exclure une personne d’un regroupement social en ligne (ex : un groupe Facebook). La personne exclue peut faire, au sein du groupe, l’objet de moqueries. Notons qu’en contexte « scolaire », la création d’un « groupe » en ligne peut aussi avoir vocation à se moquer d’un ou de plusieurs professeurs. En effet, les cyberviolences n’épargnent pas les enseignants qui peuvent aussi bien être ciblés par des élèves ou des parents que par leurs propres pairs (Villeneuve et al., 2016).

Le flaming consiste à envoyer un message violent (insultant, menaçant) et plus particulièrement une « salve » de messages à destination d’une personne ou d’un groupe de personnes. Les 295 commentaires injurieux et sexistes, dont a fait l’objet une vidéo postée en mai 2016 par la youtubeuse Marion Seclin et intitulée « #TasÉtéHarceléeMais… t’as vu comment t’étais habillée ? », illustrent parfaitement le phénomène. C’est également de flaming – en plus des brimades et des humiliations quotidiennement subies au sein de son collège – dont a été victime la jeune Marion Fraisse. Moquée, insultée, menacée de mort par SMS et sur son « mur » Facebook, invitée « à se pendre », elle met fin à ses jours en février 2013. Son histoire a été racontée par sa mère dans un ouvrage intitulé « Marion, 13 ans pour toujours » et récemment adapté en téléfilm.

Le dénigrement consiste à décrédibiliser une personne, à porter atteinte à son image, à sa réputation, à lancer toute sorte de rumeurs à son égard, comme l’a récemment expérimenté l’actrice française Marion Cotillard. Accusée par certains d’avoir eu une liaison avec Brad Pitt, provoquant sa rupture avec Angelina Jolie, elle a fait l’objet de nombreux messages d’injure (qu’elle a elle-même qualifiés de « déferlante inouïe ») mais a surtout vu son compte Instagram littéralement spammé par une émoticône particulière : un serpent. En anglais, le « snake » est un terme argotique et dépréciatif utilisé pour qualifier une personne de « sournoise », de « perfide ». Au sein des médias sociaux, il est devenu un outil de diffamation sexiste reposant « sur le postulat que les femmes sont sournoises, manipulatrices et mesquines lorsqu’il s’agit de conquérir un homme déjà engagé » : sneaky girls.

Dans la « catégorie » du dénigrement, on trouve également le « slut shaming » que l’on peut traduire en français par l’expression « couvrons de honte les salopes ». Cette forme de violence, touchant particulièrement les jeunes filles, consiste à blâmer et à déconsidérer celles dont la tenue vestimentaire, le maquillage, l’attitude voire les activités sexuelles ne correspondent pas aux normes en vigueur dans un groupe d’adolescents. Catherine Blaya (2013 : 56-57) rapporte qu’elle est avant tout exercée par d’autres jeunes filles « voulant ainsi se démarquer des autres et asseoir leur popularité de « filles bien » et vertueuses au sein de la communauté masculine ». La chercheuse d’ajouter : « Les filles s’adonnent ainsi à des pratiques de discrimination sexiste, pensant se valoriser aux dépens de leurs congénères mais contribuant à leur propre enfermement dans des stéréotypes de genre ».

L’usurpation d’identité consiste à usurper l’identité de quelqu’un en accédant à sa messagerie ou à son profil, à se faire passer pour lui pour envoyer des messages embarrassants/insultants à une autre personne. Mais elle consiste aussi à ouvrir un profil aux nom et prénom de la personne ciblée et à publier des contenus embarrassants (cf. revenge porn). C’est par exemple ce qui est arrivé en 2013 à Jean (*) qui a découvert qu’un profil Facebook et un compte Twitter avaient été créés à son nom et comportaient des contenus injurieux ayant trait à son homosexualité ainsi que des photos compromettantes.

L’outing consiste à divulguer des informations intimes et /ou confidentielles sur une personne, par exemple révéler, sans qu’elle le sache ou ne le veuille, son homosexualité. L’usurpation d’identité dont a fait l’objet Jean (*) relevait également de l’outing.

Le happy slapping, dont on a beaucoup parlé au milieu des années 2000, consiste à filmer, le plus souvent à l’aide d’un téléphone portable, une scène de violence subie par une personne et à diffuser la vidéo en ligne. Comme le souligne Serge Tisseron (2011 : 60), « le happy slapping n’est pas une agression filmée, mais une agression perpétrée avec l’intention de la filmer pour la montrer ensuite à d’autres ». 

Le sexting, mot-valise anglais issu de la contraction de « sex » (sexe) et de « texting » (envoi de SMS), renvoie au fait d’envoyer des textos, des photographies ou encore des vidéos à caractère explicitement sexuel dans le but de séduire son/sa partenaire. Mais lorsque ces photos ou vidéos sont interceptées (ou réalisées) puis diffusées en ligne par un tiers malveillant cherchant à nuire à la personne qu’elles représentent, il s’agit d’une cyberviolence. C’est de sexting dont a été victime une jeune fille de 17 ans lors du réveillon du nouvel an 2016. En soirée chez des amis, elle s’éclipse dans la salle de bain pour un moment d’intimité avec son petit-ami ignorant que des « voyeurs » les ont suivis et que l’un d’eux photographie leurs ébats avec son téléphone portable. La photo est instantanément partagée sur Snapchat, « screenée » par l’un des récepteurs et rediffusée via Twitter. En moins de quatre jours l’affaire fait l’objet de plus de 100 000 tweets, pour la plupart moqueurs, sexistes et offensifs (ex : « Vous êtes là à [la] défendre Mdrrr mais une pute reste une pute, elle n’a plus qu’à assumer vu qu’elle devait aimer ça »). Aux messages insultants s’ajoutent la création de faux profils (usurpation d’identité) et le lancement d’une rumeur évoquant son suicide. Dans la même lignée, mais dont l’issue a été des plus tragiques, nous pouvons évoquer l’histoire de la jeune italienne Tiziana Cantone qui a mis fin à ses jours en septembre 2016 suite à la diffusion de sextapes (auxquelles elle a volontairement participé mais dont elle pensait qu’elles resteraient confidentielles) et suite surtout au lynchage en ligne qu’elle a subi pendant plus d’un an.

Lorsque les photos ou vidéos intimes sont publiées à des fins de vengeance par un(e) ex petit(e) ami(e) qui vit mal la rupture et souhaite nuire à l’autre, on parle de « revenge porn ». C’est ce qu’a amèrement expérimenté en décembre 2007 la nageuse française Laure Manaudou qui a vu publiées en ligne une série de photos d’elle posant nue. Notons que le revenge porn cible tout de même plus les femmes que les hommes et qu’il peut aussi se réaliser par usurpation d’identité visant à créer un faux profil présentant la cible comme une escorte ou une prostituée.

Les différentes formes de violence que je viens de présenter s’articulent autour de trois axes relativement « classiques » : l’exclusion sociale, la violence verbale et la violence physique. Elles portent autant atteinte à l’intégrité morale des personnes qu’elles ciblent (flaming, dénigrement) qu’à leur intégrité physique (happy slapping), font la part belle au sexisme (slut shaming, sexting, revenge porn) et peuvent tout aussi bien être exercées entre adultes qu’entre jeunes. Les violences subies en ligne peuvent cependant avoir sur certaines victimes des répercussions beaucoup plus importantes que les violences subies « hors ligne ». On imagine aisément comment le sentiment d’inconfort, d’insécurité et de honte peut s’amplifier à mesure que se multiplie le nombre de vues, de partages et de commentaires. 

Concernant la violence entre jeunes, 40 % des élèves interrogés par Catherine Blaya (2013 : 98) entre 2011 et 2012 affirment avoir au moins subi une fois une attaque en ligne : flaming ou dénigrement (20 %), usurpation d’identité (12 %), exclusion d’un groupe en ligne (11 %), humiliation par image (5 %), happy slapping (4 %). L’étude récemment menée auprès de 1 500 élèves franciliens par l’Observatoire universitaire international éducation et prévention (2016) révèle, quant à elle, que 13 % des filles et 6 % des garçons ont été victimes de rumeurs au sein des médias sociaux et que 20 % des filles et 13 % des garçons ont fait l’objet de moqueries et d’insultes liées à leur apparence physique. Elle met également en exergue que 7 % des élèves ont déjà réalisé des selfies intimes et que parmi eux 4 % de filles et 1 % de garçons ont vu ces photos publiées sans leur accord suite à une rupture amicale ou sentimentale. Enfin, un élève sur cinq fait régulièrement l’objet de violences en ligne donc de « cyberharcèlement », phénomène dont je présenterai les logiques et caractéristiques dans le prochain billet. 

 

Le harcèlement scolaire

Comme je l’ai évoqué dans le « paratexte », ce carnet vise à analyser les formes de violence et de harcèlement en ligne exercées par les jeunes en contexte scolaire ou post-scolaire ainsi que les discours sociaux qui les entourent. Mais avant de définir ce que j’entends par « cyberviolence » et « cyberharcèlement », je propose de consacrer ce premier billet au « harcèlement scolaire ».

Le harcèlement dans la littérature

Selon Jean-Pierre Bellon et Bertrand Gardette (2016 : 81), « ce sont les écrivains qui ont donné les premières descriptions du [harcèlement scolaire] sans le nommer ainsi ». La littérature classique regorge en effet de personnages moqués, voire brimés par leurs pairs. Dans les Mémoires d’un fou, roman de jeunesse de Gustave Flaubert, publié à titre posthume (1901), le narrateur nous confie avoir « été tracassé par [s]es maîtres et raillé par [s]es camarades » tout comme l’a été Daniel Eyssette, dit le Petit Chose (Alphonse Daudet, 1868), à cause de sa fragilité et de la pauvreté de ses parents. Dans La cicatrice (Bruce Lowery, 1960), le jeune Jeff se livre : « Tout a commencé parce que j’ai un vilain visage : un bec de lièvre qu’à la maison on appelle pudiquement « ma cicatrice ». Ma mère en est si malheureuse… […] À l’école, à cause de cette cicatrice, les autres se moquaient de moi, et même me faisaient subir toutes sortes d’avanies, de méchancetés et de menaces ». Ce défaut sur son visage lui vaut le surnom de « grosses lèvres » et l’exclusion du groupe. Dans Tom Brown’s schooldays, Thomas Hughes (1857), lui, brosse le portrait du tyrannique Harry Flashman : « il ne laissait jamais passer la moindre occasion de dire ou faire du mal », « était expert en toutes les formes de torture, mais avant tout avait l’art de dire des paroles blessantes et cruelles ». Quant à l’élève Törless (Robert Musil, 1906), il ne subit ni ne fait subir, mais est témoin de brimades face auxquelles il a du mal à se positionner : doit-il se ranger du côté du plus faible… ou des plus forts ? Enfin, on pourrait également ajouter à cette liste les humiliations que font subir les garçons de Longeverne à ceux de Velrans dans la Guerre des Boutons (Pergaud, 1912) ou encore les cruautés que les écoliers anglais, livrés à eux-mêmes, s’infligent mutuellement dans Sa Majesté des mouches (William Golding, 1954).

Sobriquets, moqueries, insultes, bousculades, croche-pieds, coups de poing, vol ou détérioration du matériel, crachat dans l’assiette à la cantine, rabaissement, humiliation, tels sont les méfaits qu’ont subis des générations d’enfants et d’adolescents dans l’enceinte ou sur le chemin de l’école et que subissent encore aujourd’hui près de 700 000 élèves français, soit 10 % d’entre eux.

Premières théorisations du « harcèlement scolaire » 

Longtemps considéré comme un épiphénomène de cours de récréation, comme des « histoires de gosses » qui « ont toujours existé », des choses par lesquelles il faut passer pour s’endurcir et apprendre à vivre en société, le harcèlement scolaire devient objet de recherche en sciences sociales dans les années 1970 et est pour la première fois théorisé dans les travaux de deux psychologues scandinaves : Anatol Pikas et Dan Olweus. Le premier qualifie cette forme particulière de violence entre pairs de « mobbing », terme anglais formé à partir du verbe to mob (attaquer, assaillir) et renvoyant à the mob (la foule), alors que le second choisit le terme « bullying », formé à partir du verbe to bully (maltraiter, tyranniser) et renvoyant à la figure du bully (la brute, le tyran). « Derrière ce qui pourrait apparaître comme une simple différence de terminologie, on voit clairement se profiler deux approches très différentes » (Bellon, Gardette, 2016 : 15), deux visions, quasi antagonistes, d’un même phénomène.  Pour Pikas, les actions de violence entre pairs se caractérisent avant tout par leur dimension groupale : le groupe exerce une pression sur ses membres les poussant à commettre des méfaits. A contrario, Olweus considère que c’est la personnalité agressive, voire perverse, d’un individu, qui le conduit, seul ou en groupe, à s’en prendre violemment à autrui. L’agresseur-type est pour lui un individu impulsif, avide de dominer et de soumettre l’autre, jouissant des souffrances qu’il lui fait endurer, et qui évolue la plupart du temps dans un cadre familial soit trop laxiste, soit trop répressif. C’est une approche psychologisante « qui tend à individualiser le problème et à n’en rendre responsable que l’agresseur ou la victime, parfois la famille, en minimisant l’influence du contexte socio-économique et celle des institutions. […] Être victime ou agresseur devient alors le cumul de traits de caractère qui culminent chez les agresseurs dans une personnalité antisociale » (Debarbieux, 2006 : 118).

C’est pourtant le terme bullying – et plus particulièrement school bullying – qui s’est imposé dans les pays anglo-saxons et qui a été traduit en France par « harcèlement scolaire »,  lors de la traduction des travaux d’Olweus : Violence entre élèves, harcèlement et brutalité (1999). Dans la préface, Jacques Pain admet que  « traduire bullying n’a rien d’une sinécure ». Il a lui-même proposé le néologisme « malmenance » mais c’est « harcèlement » qui l’a emporté.

La lutte contre le harcèlement scolaire en France

Alors que la plupart des pays nord-européens et anglo-saxons ont mis en place des réflexions et des dispositifs de prévention relatifs au harcèlement scolaire depuis plusieurs décennies, le phénomène est longtemps resté, en France, englobé dans les questions et les débats sur la violence scolaire en général (Catheline, 2015). Ce n’est qu’au début des années 2010, à l’initiative de Luc Chatel, alors ministre de l’Éducation nationale (2010-2012), et de son conseiller, le magistrat Laurent Bayon, que des actions concrètes sont mises en places, actions poursuivies par Vincent Peillon (2012-2014) et Najat Vallaud-Belkacem (2014-_).

La lutte contre le harcèlement scolaire a ainsi été inscrite dans la loi de refondation de l’école du 8 juillet 2013. Une campagne de sensibilisation (« Agir contre le harcèlement scolaire ») a été lancée en novembre 2013. Un site Internet ministériel a été mis en ligne, proposant différentes ressources (guides pédagogiques, outils de sensibilisation, recommandations d’actions destinées aux enfants victimes, témoins ou auteurs de harcèlement, ainsi qu’aux parents et aux enseignants). Un numéro vert à quatre chiffres (3020) a été ouvert en 2015 : accessible de 9 à 20 heures en semaine et de 9 à 18 heures le samedi, il s’inscrit en complément du numéro vert « net écoute » (0 800 200 000) géré par l’association e-Enfance mais avant tout dédié au cyberharcèlement. Le prix « Mobilisons nous conte le harcèlement » a été créé en 2013 et récompense, chaque année dans chaque académie, les élèves ayant réalisé les meilleurs plan de prévention et support de communication. Une journée de mobilisation nationale pour dire « Non au harcèlement » aura désormais lieu chaque premier jeudi de novembre. La première a été lancée le 5 novembre 2015 et la seconde s’est déroulée le 3 novembre 2016. Un parcours m@gistère « Ressources sur le harcèlement entre pairs en milieu scolaire » est ouvert aux personnels de toutes les académies.

Telles sont les principales actions mises en place par le ministère au cours des cinq dernières années. Je précise qu’en « local », au sein de chaque académie et de chaque établissement, il existe également des dispositifs de prévention et d’éducation, mais c’est un point sur lequel je reviendrai beaucoup plus longuement dans mes futurs billets.

Les caractéristiques du harcèlement scolaire 

Où s’arrête la brimade, où commence le harcèlement ? Selon Hélène Romano (2015 : 22) pour que les brimades ou les violences subies par un élève puissent être qualifiées de harcèlement, elles doivent remplir cinq « critères » : (1) relever d’une intention de nuire, c’est-à-dire être réalisées volontairement dans le seul objectif de blesser la personne qu’elles ciblent ; (2) s’inscrire dans un processus de répétition, de réitération, un acte isolé et ponctuel ne peut être considéré comme du harcèlement ; (3) s’inscrire dans une relation asymétrique, au sens où l’émetteur des brimades exerce une domination (physique, psychologique) sur sa cible ; (4) provoquer chez cette dernière un sentiment d’insécurité, (5) ainsi qu’une blessure psychique.

La répétition est cependant une question délicate, car il est impossible de définir un nombre précis à partir duquel la brimade devient harcèlement. Comme le souligne la psychologue, tout dépend du « seuil de tolérance [qui] varie inévitablement d’un individu à un autre ».  Les répercussions (somatiques, psychologiques, scolaires, familiales ou encore sociales) peuvent ainsi être nettement plus importantes chez un élève qui a été harcelé au cours d’un seul et unique trimestre que chez un élève ayant subi des brimades tout au long d’une année, voire durant toute sa scolarité.

Concernant la relation asymétrique propre à toute situation de harcèlement, si elle peut être rendue possible par le tandem « émetteur sadique – récepteur masochiste », elle résulte tout de même plus dans la majorité des cas du phénomène de groupe évoqué supra : un élève est ciblé par un groupe composé d’un meneur et de suiveurs. Il peut parfois recevoir de l’aide ou du soutien de la part d’un défenseur (le meilleur ou la meilleure ami(e)) mais, sous la pression du groupe, il n’est pas rare que ce dernier se désolidarise. De même, il existe un certain nombre d’observateurs extérieurs qui « voient mais ne disent rien », généralement par peur des représailles. L’élève cible se retrouve donc seul contre tous.

Quant au lieu et au temps du harcèlement, ils sont relativement variables. Il se manifeste principalement au sein même de l’établissement, dans la cour de récréation, dans les couloirs, à la cantine mais aussi dans les salles de classe. Les activités scolaires qui se déroulent hors de l’établissement (sorties sportives ou culturelles) sont aussi propices au prolongement des attaques, tout comme le trajet scolaire ou les activités extrascolaires où la cible peut à nouveau croiser la route de ses assaillants. Enfin, la maison, qui constituait il y a encore quelques années un lieu de répit et de repos, est également devenue, sous certains aspects, un lieu potentiel de harcèlement par le biais des smartphones et des médias sociaux, nouveaux canaux de diffusion de messages insultants, violents, menaçants. C’est un point que je ne détaillerai ni ne commenterai également pas ici, mais sur lequel je reviendrai plus tard.

Approche critique de la notion de « harcèlement »

Bellon et Gardette (2016 : 20) se livrent à une critique de l’emploi du terme « harcèlement » pour désigner ces formes particulières de violence entre pairs, « un terme relatif à des comportements pervers ou déviants d’adultes pour qualifier des pratiques enfantines ou adolescentes », un terme qui renvoie avant tout au harcèlement « moral » et au harcèlement « sexuel » ainsi qu’aux « manipulations » et « perversions » qui les entourent. Bien qu’ils ne nient pas le fait que certains jeunes puissent être dotés d’une structure psychique perverse ou ne puissent ressentir aucune empathie à l’égard des personnes qu’ils malmènent, ils soulignent que « [p]armi l’ensemble des situations de brimades entre élèves qu'[ils ont] pu observer, très rares sont celles qui relèvent d’une logique perverse; les intimidateurs de cour d’école ne deviendront pas mécaniquement les pervers narcissiques de demain; et l’on commettrait autant une erreur qu’une faute en induisant à partir de comportements de l’enfance on ne sait quelle prédiction engageant l’avenir ». Dans les pays anglo-saxons le terme « harassment » est ainsi réservé au harcèlement entre adultes et c’est le terme de « bullying » qui est donc privilégié, mais également de « mobbing » tout comme au Québec où l’on parle d’ « intimidation » et de « cyberintimidation » à l’école.

Partisans de l’approche pikassienne, les deux auteurs insistent à plusieurs reprises sur le fait que c’est la pression que le groupe exerce sur ses membres et la peur qu’il peut leur inspirer (peur d’être rejeté, peur des représailles) qui les poussent le plus souvent à s’engager dans des actions et des comportements violents. En considérant le pouvoir performatif des mots on ne peut que partager leur point de vue et prôner un emploi mesuré du terme « harcèlement ». En outre, si la forte médiatisation qu’a connu ces dernières années le « harcèlement scolaire » semble avoir porté ses fruits (diminution des agressions de 15% au collège entre 2010 et 2014, des langues qui se délient beaucoup plus facilement), il faut cependant être vigilant quant aux dérives que pourrait générer une surmédiatisation du « phénomène » et qui consisteraient à considérer trop rapidement et trop systématiquement comme « harcelants » des actes qui ne le seraient pas.