Trois dispositifs ludiques pour travailler sur les émotions et développer l’empathie des jeunes élèves

Les émotions jouent un rôle important dans les situations de harcèlement scolaire. Des études ont montré que les élèves ayant des difficultés à reconnaître leurs émotions et à les exprimer risquaient plus que d’autres de se faire violenter. De même, ceux qui ont du mal à reconnaître les émotions des autres et à se mettre à leur place se rendent plus souvent auteurs d’actes de malveillance ou d’intimidation. Aussi l’apprentissage de la vie en société et la lutte contre la violence scolaire passent-ils par le développement des compétences émotionnelles et par l’éducation à l’empathie et au respect (des autres et de soi-même). Dans ce billet, je vais donc présenter trois jeux qui peuvent être mobilisés par les enseignants pour travailler de manière ludique avec leurs élèves, ou dont ils peuvent s’inspirer librement pour développer leurs propres activités.

1) Les trois figures

Le jeu des trois figures est une activité théâtrale mise au point par le psychiatre Serge Tisseron. Avant tout menée à l’école primaire, elle a également toute sa place au collège, en classe de sixième notamment. Les « trois figures » renvoient aux trois personnages généralement présents dans les scénarios élaborés par les enfants dans les cours de récréation : le « méchant », la « victime » et le « sauveur ». Au cours d’une séance, les élèves sont invités à parler d’images ou de scènes qu’ils ont vues à la télévision et qui les ont impressionnés, pour de bonnes ou de mauvaises raisons. Partant de là, ils vont inventer une histoire et élaborer un scénario en définissant les différentes répliques que va prononcer chaque personnage. Afin d’expérimenter ce que l’on ressent lorsque l’on est  « victime », « agresseur » et « sauveur », ils vont alternativement jouer chacun des trois rôles. Les habituels « malmenants » deviendront ainsi, l’espace d’un instant, « malmenés », et vice versa. Cette activité vise avant tout à faire augmenter le degré d’empathie des élèves en leur apprenant « à se mettre à la place d’autrui », mais pour qu’elle porte ses fruits, elle doit être répétée régulièrement au cours d’une année scolaire. 

2) Feelings

Feelings est un jeu de société conçu et développé par une équipe pluridisciplinaire composée de l’infirmier en pédopsychiatrie Vincent Bidault, des pédopsychiatres Jean-Louis Roubira et Nicole Catheline, de l’artiste plasticien Franck Charlard et du professeur des écoles Olivier Decroix. Basé sur l’expression de ses émotions et sur l’identification des émotions d’autrui, le jeu a initialement été pensé comme un outil de lutte contre les discriminations, mais s’est également avéré opérant pour prévenir la violence et le harcèlement scolaires. Sous le regard bienveillant d’un professeur ou de tout autre « médiateur », deux équipes de deux joueurs s’affrontent. Un membre de l’équipe A pioche une carte sur laquelle sont inscrites trois situations. Il en choisit une et la lit à voix haute (p. ex. « Intégration obligatoire des enfants handicapés physiques et mentaux en classe ordinaire »). Chacun des membres de l’équipe B doit alors deviner ce que ressent son partenaire à la lecture de cette situation. Pour cela, il dispose de cartes « émotion » (p. ex. « Je suis inquiet », « Je suis en colère », « Je suis dégoûté »). L’équipe B gagne un point si chacun des deux membres a réussi à deviner l’émotion de son partenaire. Ils sont ensuite invités à commenter les émotions qui ont été choisies. Puis, c’est au tour de l’équipe B de lire une carte « situations » et aux membres de l’équipe A de s’exprimer… La présence d’un adulte est indispensable pour cadrer les débordements et s’assurer que les idées circulent librement, tout comme pour le jeu suivant.

3) Valeurs en main 

Valeurs en main est un jeu de cartes conçu par Willy Pierre, président de l’association Les Parents et coordinateur du collectif You Are Heroes. Inspiré du célébrissime jeu des 7 familles, il est composé de 4 familles dites de « valeur » (Entraide, Message, Sagesse, Respect) et de 3 familles de « malheur » (Abandon, Corruption, Sentence) dont il faut réunir tous les membres. Point ici de grand-mère, de père ou encore de fille, mais des notions liées à la valeur ou au malheur de référence : « Dans la famille Entraide, je voudrais la Solidarité », « Dans la famille Sagesse, je voudrais la Patience »… Chaque carte reçue par un joueur est l’occasion de l’interroger sur la notion qu’elle représente : « Peux-tu définir la notion de patience ? », « As-tu déjà fait preuve de solidarité ? ». L’enjeu est de laisser les enfants s’exprimer librement sur les expériences positives, mais aussi négatives, qu’ils ont pu faire ainsi que sur les émotions qu’elles ont suscitées et suscitent encore aujourd’hui. En outre, toutes les cartes sont dotées d’une citation que le joueur peut lire et commenter : « Dominer les autres relève de la force. Se maîtriser soi-même est le vrai pouvoir » (Lao Tseu), « Ce qui m’effraie, ce n’est pas l’oppression des méchants mais l’indifférence des bons » (Martin Luther King). Un voyage à travers les cultures et les époques. 

… A vous de jouer !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *