La lutte contre le cyberharcèlement à l’école : quels acteurs et quels dispositifs ?

Dans ce billet, je vais dresser une typologie (non exhaustive) des acteurs embarqués dans la lutte contre le cyberharcèlement à l’école en mentionnant les dispositifs de prévention et/ou d’éducation qu’ils mettent en place.

1 –  Éducation nationale

Le premier grand acteur est de toute évidence l’Éducation nationale. Comme je l’ai évoqué précédemment, la lutte contre le harcèlement scolaire est inscrite dans la loi de refondation de l’école du 8 juillet 2013. Afin d’endiguer le phénomène qui touche, je le rappelle, environ 10 % des élèves, différents dispositifs de prévention ont été lancés à partir de novembre 2013. Comme l’a rappelé la ministre de l’Éducation nationale lors d’une conférence de presse donnée à l’occasion de la deuxième journée de mobilisation nationale pour dire « Non au harcèlement » qui s’est déroulée le jeudi 3 novembre 2016, « le harcèlement doit être l’affaire de la communauté éducative dans son ensemble ». Chaque établissement scolaire est donc concerné et tous les membres de l’équipe éducative sont parties prenantes de la lutte. Ils ont tous un rôle à jouer dans la prévention, la détection et le traitement du phénomène, mais aussi dans l’éducation des élèves. Pour ce faire, ils peuvent s’appuyer sur différents dispositifs tels que l’EMC (enseignement moral et civique), l’EMI (éducation aux médias à l’information) ou encore le CESC (comité d’éducation à la santé et à la citoyenneté). Les chefs d’établissement peuvent aussi faire appel aux intervenants de la DANE (délégation académique au numérique éducatif) mais aussi aux acteurs d’autres mondes sociaux que je vais présenter ci-dessous.

2 – Associations

Il existe une vingtaine d’associations françaises engagées dans la lutte contre le (cyber)harcèlement à l’école, mais quatre me semblent occuper le devant de la scène de par leur (forte) médiatisation mais surtout des liens qu’elles ont su tisser avec l’Éducation nationale :

* L’APHEE et Marion La Main Tendue qui sont engagées dans la lutte contre le harcèlement scolaire – et par extension contre le cyberharcèlement entre pairs – et mènent toutes deux des actions de prévention en milieu scolaire ; outre ces actions, la première dispense des formations à la Méthode Pikas et la seconde offre aux victimes et à leur famille une prise en charge thérapeutique et anime plusieurs fois par an des ateliers dédiés au développement de l’estime de soi.

*  e-Enfance et Les Petits Citoyens qui sont spécialisées dans la sensibilisation aux bons usages de l’Internet et des médias sociaux ainsi qu’aux risques encourus par les enfants en termes de cyberviolence et de cybercriminalité ; toutes deux agréées par l’Éducation nationale, elles interviennent également en milieu scolaire et mettent à disposition des équipes éducatives différentes ressources sur lesquelles elles peuvent s’appuyer pour mettre en place des actions préventives ou éducatives en lien avec le cyberharcèlement.

3 – Troupes de théâtre interactif

Des troupes spécialisées dans le théâtre interactif – plus connu sous le nom de théâtre forum – interviennent dans les établissements scolaires sur le thème des violences scolaires et du harcèlement entre pairs. Les comédiens jouent une première scène présentant une situation d’oppression qui finit généralement mal pour l’opprimé. Les élèves sont ensuite invités à prendre la parole et à monter sur scène pour faire évoluer le scénario vers une issue positive. L’enjeu est de provoquer un débat et de les faire « prendre conscience ». Parmi les différentes compagnies spécialisées dans ce type d’intervention, nous pouvons citer Donc y Chocs, Le Théâtre de l’oppriméComédiens associés , la Compagnie des Chimères ou encore Le théâtre sur mesure.

4 – Police et Gendarmerie

Police et Gendarmerie nationales interviennent en milieu scolaire dans le cadre de leurs actions de prévention des risques et des comportements dangereux liés à la consommation d’alcool et de stupéfiants, au non-respect du code de la route ou encore à la cybercriminalité. C’est au sein de ce dernier item que sont abordées les questions relatives à la violence et au harcèlement en ligne. En partenariat avec l’association Axa Prévention, la Police et la Gendarmerie ont développé un « kit pédagogique » à destination des élèves de CM2. L’objectif est de les accompagner vers un usage sûr et responsable de l’Internet et des réseaux sociaux et vers une assimilation plus facile des règles élémentaires de prudence et de civilité à respecter en ligne. A la fin du programme, les élèves se voient remettre leur « Permis Internet ».

5 – Entreprises et entrepreneurs

Des entreprises « innovantes » s’inscrivent également dans la lutte contre le cyberharcèlement, à l’instar de la société Tralalere qui est spécialisée dans la création de contenus numériques éducatifs, membre du programme européen Internet sans Crainte (tout comme e-Enfance) et qui anime en milieu scolaire des ateliers de sensibilisation aux usages responsables du Web et des médias sociaux. L’entrepreneuse Anne-Sophie Bordry a quant à elle lancé en 2013 l’application mobile Stop Bashing qui permet aux enfants lorsqu’ils reçoivent sur leur smartphone un message qu’ils jugent choquant ou blessant de le signaler à leurs parents.

6 – Les plateformes de réseautage social

Les plateformes de réseautage social ont également un rôle à jouer dans la lutte contre les cyberviolences qui se déroulent la plupart du temps en leur sein. Si toutes permettent à leurs utilisateurs de signaler et/ou de demander à ce que des contenus jugés blessants ou inappropriés ou que des photos postées sans leur autorisation soient supprimés, certaines d’entre elles ont adopté ou vont adopter différentes mesures visant à atténuer le phénomène [Nous sommes sauvés]. En partenariat avec l’association e-Enfance, Facebook France a élaboré un « guide pédagogique » intitulé « Réfléchissez avant de publier » et rappelant des conseils de base concernant la protection de son mot de passe ou la publication de données personnelles. La plateforme a également revu le paramétrage des comptes de ses utilisateurs mineurs : activation par défaut de l’approbation ou du rejet des identifications ajoutées aux publications avant qu’elles n’apparaissent, désactivation par défaut de la géolocalisation, non référencement dans les moteurs de recherche de leur compte. Ces paramétrages par défaut ne fonctionnent qu’à condition que l’enfant n’ait pas menti sur son âge. La plateforme Instagram (filiale du groupe Facebook) développe actuellement une mise à jour de son système visant à permettre aux usagers de bloquer tout commentaire ou tout au moins de filtrer les commentaires violents, dégradants, racistes, homophobes. Notons que pour l’instant cette fonctionnalité ne va être déployée que sur les grands comptes, c’est-à-dire sur les comptes de personnalités qui sont parfois envahis de commentaires inappropriés (cf. le spamming du compte de Marion Cotillard par l’émoticône « serpent » dont j’avais parlé ici), sa généralisation à l’ensemble des comptes n’est pas d’actualité [Nous ne sommes pas encore tout à fait sauvés].

7 – Les parents 

Les parents forment la septième grande catégorie d’acteurs embarqués dans la lutte contre le (cyber)harcèlement entre pairs. C’est une catégorie qui n’est absolument pas homogène tant le degré de maîtrise de l’environnement numérique, de « connexion » ou encore d’encadrement des pratiques de l’enfant varie d’un parent à l’autre. Mais malgré cela, il est important de souligner qu’ils sont des acteurs majeurs de cette lutte et qu’ils sont les seuls à avoir le pouvoir (et le devoir) de contrôler ce que leurs enfants font de leur smartphone et de leur ordinateur une fois qu’ils sont sortis de l’école, et de s’assurer de la nature des contenus qu’ils publient, qu’ils envoient ou qu’ils reçoivent.

S’il est indéniable que la responsabilité de l’école est engagée dans les cas de harcèlement qui se déroulent en son sein – le tribunal administratif de Versailles a d’ailleurs reconnu, le 26 janvier dernier, la responsabilité partielle du collège Jean-Monnet de Briis-sous-Forges dans le suicide de la jeune Marion Fraisse – , s’il est indéniable que sa responsabilité est engagée dans les cas de diffusion en ligne de scènes d’agression qui ont eu lieu et qui ont été filmées dans ses locaux, à l’instar du happy slapping dont a été victime le jeune Romain en novembre 2012, sa responsabilité ne peut l’être dans les cas de violence qui sont exercées au sein des réseaux sociaux depuis le domicile des élèves ou tout au moins en dehors de l’établissement et des temps scolaires.

S’il est indéniable que certains cas de violence ou de harcèlement en ligne ne sont qu’un prolongement d’une violence et d’un harcèlement qui a lieu à l’école, il est également indéniable que d’autres cas de violence ou de harcèlement ne sont exercés qu’au sein des médias sociaux, par des élèves dont le comportement violent est insoupçonnable et à l’encontre d’élèves dont la souffrance est indétectable car leur comportement en classe ne change pas de manière significative. Dans ce type de cas, il n’est pas rare que les parents tombent des nues lorsqu’ils apprennent que leur enfant est victime ou auteur de violences en ligne. Dès lors comment reprocher à l’école de n’avoir rien vu ? Comment lui reprocher de ne pas avoir su détecter des phénomènes qui ont pris corps en des lieux et en des temps auxquels elle n’avait pas accès, au sein d’espaces où elle n’a aucune prise (p. ex. les comptes Facebook et Snapchat des élèves) ? 

Afin d’aider les parents à détecter, à comprendre et à prévenir le (cyber)harcèlement, la société Tralalere – que j’ai mentionnée plus haut – a produit une série de vidéos intitulée « Parents, parlons-en » qui vise à leur donner quelques pistes d’action et à leur rappeler les ressources et contacts qu’ils ont à leur disposition et vers lesquels ils peuvent se tourner en cas de problème avéré ou tout simplement pour demander conseil. Les différentes associations que j’ai citées supra font partie de ces contacts et sont à l’écoute des familles, quelle que soit l’implication de l’enfant dans un acte de violence en ligne.

 

 

 

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *