Le cyberharcèlement : un « vieux vin » dans une « nouvelle bouteille » ?

Comme nous l’avons vu précédemment, le harcèlement entre pairs a, d’une certaine manière, toujours existé et nous avons tous été, au moins une fois au cours de notre scolarité, soit le témoin, soit la cible, soit encore l’auteur si ce n’est d’un comportement harcelant tout au moins de brimades relativement répétées. Ainsi, la chercheuse Qing Li (2007) compare le « cyberharcèlement » à un « vieux vin » contenu dans une « nouvelle bouteille » (« new bottle but old wine »), c’est-à-dire un « phénomène ancien » qui se réalise et prend corps à travers les nouveaux canaux de communication que constituent les dispositifs numériques. Cette métaphore est intéressante car elle soulève certaines questions : Le « cyberharcèlement » entre pairs est-il un phénomène comparable au « harcèlement scolaire » tel qu’on le connaissait jusqu’à la fin du siècle dernier ? Les violences et autres brimades perpétrées « en ligne » sont-elles de même nature que celles perpétrées « hors ligne » ? Sont-elles exercées et subies par celles et ceux qui les exercent ou les subissent déjà hors ligne ? La « nouvelle bouteille » que constituent Facebook, Twitter, Instagram et autre Snapchat ne donne-t-elle pas au « vieux vin » un nouvel « arôme », un nouveau « goût », plus acide, plus amer ? Nous allons voir que si l’on retrouve certaines similitudes entre le « cyberharcèlement » et sa version « non cyber » ce dernier engendre tout de même un nouveau rapport à l’espace et au temps et fait émerger de nouvelles parties prenantes qui rendent l’appréhension du phénomène beaucoup plus difficile.

Un nouveau rapport à l’espace et au temps

Dans le billet précédent, j’ai présenté et défini les différentes formes de violence qui s’exercent en ligne entre jeunes : dénigrement, exclusion, flaming, happy slapping, outing, sexting, revenge porn, slut shaming, etc. Ces formes de violence peuvent relever de l’ « exclusion sociale », de la « violence verbale » ou encore de la « violence physique », tout comme les violences exercées en ligne. Si nous nous appuyons sur la définition du harcèlement, nous pouvons dire qu’il y a « cyberharcèlement » lorsque des cyberviolences sont exercées de manière répétée dans l’intention délibérée de nuire à l’autre. Mais la répétition peut-elle être appréhendée de la même manière « en ligne » que « hors ligne » ? De manière générale, il est impossible de quantifier la répétition, de définir un nombre à partir duquel les brimades et les violences franchissent le cap du harcèlement, parce que tout dépend du seuil de tolérance de la personne ciblée.

Dans sa forme la plus traditionnelle et non numérique, le harcèlement scolaire s’inscrivait dans la durée : l’élève cible subissait les brimades de ses camarades de manière répétée au cours d’un trimestre ou d’une année (voire durant une partie de sa scolarité), mais connaissait quelques moments de répit : le soir, le week-end et pendant les vacances scolaires. Les brimades médiées par les outils numériques sortent désormais de l’école et poursuivent la cible chez elle et sur son temps libre. Le harcèlement « en ligne » n’entretient donc pas le même rapport à l’espace que le harcèlement scolaire tel qu’on le connaissait jusqu’à la fin du siècle dernier. Cette abolition des frontières et la chambre d’écho que constituent les médias sociaux donnent au harcèlement une nouvelle audience et peuvent engager des personnes qui ne fréquentent pas le même établissement que la cible, voire qui ne la connaissent pas, voire encore qui ont quitté les bancs de l’école depuis un certain temps. Parmi les 100 000 tweets en lien avec l’affaire de sexting dont a été victime une jeune fille lors de la soirée du 31 décembre 2015, combien émanaient de personnes qui la connaissaient vraiment ?

Le cyberharcèlement n’entretient pas non plus le même rapport à la temporalité et peut s’opérer de manière condensée : 100 000 tweets sur 4 jours. La vitesse et la viralité avec lesquelles les contenus se diffusent au sein du Web aboutissent donc à une répétition condensée sur une très courte période. En outre, en contexte numérique, la répétition peut également venir de la pérennité des traces. Les photos et les vidéos intimes postées à l’insu des victimes sont généralement supprimées des sites sources, mais leur copie et leur partage font qu’elles sont toujours stockées quelque part dans le Web profond et qu’elles peuvent resurgir à tout moment, comme l’a expérimenté Laure Manaudou dont l’ex petit-ami avait publié en 2007 des photos d’elle posant nue. Alors qu’elle croyait cette affaire de sexting classée depuis plusieurs années, elle voit les photos resurgir sur la Toile au printemps 2016 suite à leur évocation par le rappeur français Booba. Ce dernier, poussé par un intense élan de poésie, déclare à la fin de sa chanson Salside : « Tu vaux rien comme un selfie d’la chatte à Laure Manau­dou ». Avertie de la chose, l’ancienne nageuse publie, non sans humour, le 9 mai 2016 sur son compte Twitter le message suivant : « Son intérêt soudain pour mes animaux m’a interpellée. Avec tout le respect que je ne lui dois pas, il parle dans sa dernière chanson de mon félin, et fait une faute. En effet, mon animal de compagnie s’appelle Malau et est un mâle, contrairement aux paroles de sa chanson… ». Lorsque Cyril Hanouna interroge le chanteur sur cette affaire dans son émission Touche à mon poste, il répond dans un premier temps que « c’était pour rire » (« Ça, c’est une vanne, c’est pas bien méchant »), sous couvert de l’humour il banalise son acte. Puis il reporte crûment la faute sur la principale intéressée (« Elle a sa chatte sur internet, faut qu’elle assume ») qui se retrouve alors coupable d’être victime. Cette attitude ne détonne malheureusement pas vraiment dans un programme télé où, « pour rire », l’on prend plaisir à ridiculiser et à humilier l’autre, où tantôt un homme embrasse, sans son accord, une femme sur la poitrine, tantôt lui prend la main et la pose sur son sexe.

[Ouvrons une petite parenthèse] Dans une lettre ouverte publiée le 30 novembre dernier sur sa page Facebook, Greg Allaeys, comédien engagé dans la lutte contre le harcèlement scolaire, interpelle l’animateur : « NON, humilier quelqu’un, même pour rire, ce n’est pas normal. Et embrasser une fille ou un garçon sans son consentement non plus. […] Tout ce que tu fais impunément contribue à banaliser le harcèlement ». Dans la même lignée, c’est la journaliste Audrey Pulvar qui s’adresse à lui quelques jours plus tard via son compte Twitter : « Cyril, des dizaines de milliers de femmes sont victimes tous les jours en France d’atteintes et d’agressions sexuelles. Certaines regardent Touche pas à mon poste. Faire de ces agressions, réelles, un jeu, ne les rend pas moins condamnables mais plus banales. Et c’est très grave. Reprends-toi,ami ! ». Pour Capucine Anav, à qui appartient la fameuse main, l’emploi du terme « agression sexuelle » est inadmissible : « Inadmissible le terme « agression sexuelle » TPMP est une famille ! Continuons à rigoler. Et stop au donneurs de leçons #JustKiffer », tweete-t-elle le 8 décembre. Mais peut-on #JustKiffer quand on sait que #DesMilliersDeJeunesVousRegardent ? Je répondrai en citant le CSA qui a récemment été saisi suite à une énième humiliation que le trublion de C8 à fait subir à son bouc émissaire préféré : « Le Conseil a considéré que l’agression verbale de l’animateur à l’encontre de l’un des chroniqueurs constituait un manque de retenue dans la diffusion de telles images susceptible d’humilier les personnes. Le Conseil est également particulièrement préoccupé du caractère répété de ce type de séquences et des effets d’imitation que cela peut induire auprès du jeune public. » [Fermons la parenthèse]

De nouvelles parties prenantes

Revenons maintenant aux cyberviolences entre jeunes. Comme pour la violence hors ligne, on retrouve, en ligne,  trois cas de figure : (1) des jeunes qui sont cyberagresseurs mais qui ne sont pas cybervictimes ; (2) des jeunes qui sont cybervictimes mais ne sont pas cyberagresseurs ; (3) des jeunes qui sont et cyberagresseurs et cybervictimes.

Si parmi les « cyberagresseurs » se trouvent des jeunes qui sont déjà impliqués dans des actes de violence hors ligne et qui prolongent tout naturellement leurs méfaits en ligne, si parmi les « cybervictimes » se trouvent des jeunes qui sont déjà victimes hors ligne et qui se font poursuivre en ligne une fois la journée d’école terminée, le lien entre « agression en ligne » et « agression hors ligne » n’est pas avéré dans tous les cas. En effet, de nouvelles parties prenantes font leur apparition (Bellon, Gardette, 2014), rendant l’analyse du phénomène plus complexe :

  • Ceux qui font l’objet de moqueries voire de harcèlement hors ligne et qui se servent de leurs compétences informatiques pour se venger de leurs harceleurs ; l’avocate américaine Parry Aftab (spécialiste du droit numérique) appelle ce phénomène la « revenge of the nerds » ;
  • Ceux qui ne font pas l’objet de moqueries et encore moins de harcèlement mais qui se servent de leurs compétences informatiques pour venger les victimes et punir les harceleurs ; ce sont les « vengeful angels » ;
  • Ceux qui se métamorphosent et se désinhibent sous l’anonymat et qui se livrent à des actions qu’ils s’interdiraient totalement hors ligne ;
  • Ceux qui par leurs likes, retweets, partages et commentaires cautionnent les méfaits et y participent pleinement ; comme l’indiquait le slogan de la 2ème journée de mobilisation nationale contre le harcèlement scolaire : « liker, c’est déjà harceler ».

Pourquoi des jeunes peuvent-ils plus facilement s’engager dans la violence « en ligne » que dans la violence « hors ligne » ? Pourquoi des jeunes se font sans scrupule malmener en public, « malmenance » qui laisse parfois la place à un véritable lynchage numérique ? Trois éléments de réponse peuvent être avancés. Tout d’abord, l‘absence de face à face « physique » propre à la communication en ligne, l’impossibilité d’accéder aux visages des cibles et donc à leurs émotions, diminue l’empathie des agresseurs voire la fait même disparaître : « le cyberespace facilite des niveaux d’empathie affective [capacité à vivre et partager les émotions d’autrui] et cognitive [capacité à comprendre les émotions des autres] peu élevés chez les individus de par l’éloignement de la victime » (Blaya, 2013 :118). Ensuite, parce que l’anonymat que permettent de conserver les dispositifs numériques entraîne un sentiment d’impunité et une désinhibition : « le cyberespace rend possible l’anonymat de l’agresseur qui est ainsi plus susceptible d’adopter des comportements inhibés par ailleurs » (idem). Enfin, parce que le cyberharcèlement peut être le fait d’un morcellement et d’une démultiplication des tâches faisant que chacun apporte par son clic sa pierre à ce répugnant édifice que l’on construit « pour rire » et qui « est virtuel », que l’on bâtit sans toujours réfléchir au mal que l’on fait et aux conséquences « réelles » de ses actes.

Dès lors, comment endiguer le phénomène ? Comment faire sortir nos jeunes de la cyberviolence et du cyberharcèlement ? Je répondrai à ces questions de manière plus détaillée dans un futur billet, mais je vais donner pour l’heure quatre bribes de réponse. (1) En rendant les actions de prévention systématiques dans chaque établissement scolaire, à chaque rentrée scolaire et tout au long de l’année. (2) Comme la seule prévention sans éducation ne peut être efficace, en renforçant les dispositifs éducatifs tels que  l’« éducation à l’empathie », l’« enseignement moral et civique » et l’« éducation aux médias et à l’information ». (3) En enseignant à nos élèves l’économie et l’écologie des médias sociaux, leur structure et leurs logiques, l’« intelligence des traces » que laissent nécessairement toutes leurs activités en ligne, (4) mais surtout en déconstruisant avec eux le mythe de la « virtualité du Web », ce mythe d’un Web où l’on peut mal agir parce que « ce n’est pas la vraie vie ».

 


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *